Nos mares, hier, aujourd'hui et demain.

Get Started. It's Free
or sign up with your email address
Rocket clouds
Nos mares, hier, aujourd'hui et demain. by Mind Map: Nos mares, hier, aujourd'hui et demain.

1. mare près de Lyons-la-forêt

2. Oui, et elles se distinguent par les caractéristiques de leur eau. La plupart des mares ont une eau acide (pH autour de 6,2) du fait de l’acidité de l’eau de pluie et de la réaction, également acide, du substrat argileux. En forêt, l’accumulation de feuilles mortes et l’installation de sphaignes (mousses qui donnent la tourbe) renforcent cette caractéristique. Le pH s’abaisse alors jusqu’à 3,8 environ. Dans un environnement de terres agricoles recevant de la marne ou d’autres amendements calciques, l’acidité naturelle de l’eau est, au contraire, atténuée. Le chaulage, naguère pratiqué pour désinfecter l’eau des mares, avait le même effet neutralisant. Les mares diffèrent également par la richesse de l’eau en sels nutritifs dissous (principalement phosphates et nitrates). On distingue ainsi les mares oligotrophes ou mésotrophes, faiblement enrichies, situées le plus souvent en forêt, et les mares eutrophes — voire même hypertrophes —, très (ou trop) riches en ces éléments, dans les villages et dans les parcelles agricoles. Une flore particulière, bio-indicatrice, caractérise la richesse de chaque mare.

2.1. Eaux eutrophes

2.1.1. définition : Généralement, il s'agit d'un plan d'eau dont les eaux enrichies en matières organiques sont le siège d'une prolifération végétale et bactérienne entraînant une désoxygénation prononcée de l'eau.

2.2. Eaux oligotrophes

2.2.1. définition : se dit d'entités (terre, eau,..) pauvres en composés organiques, en éléments nutritifs, ou d'organismes qui présentent l'aptitude de se développer à de faibles concentrations de composés organiques.

2.2.2. Shéma d'eaux oliogotrophes

3. Non, bien sûr. Les mares jouent un rôle important dans la régulation du ruissellement pluvial, et donc dans la prévention de nuisances ou de catastrophes chroniques, hélas, dans notre région : inondations, coulées de boue, pollutions de captages d’eau potable, érosion des terres agricoles. Elles partagent cette fonction avec les haies, les fossés, les bosquets et autres « infrastructures paysagères ». On constate souvent qu’à l’emplacement d’anciennes mares, les caves sont inondées ou bien l’eau stagne sur des surfaces plus grandes que les mares elles-mêmes. C’est lorsqu’elles sont situées au fond des dépressions, des thalwegs (fonds de vallée), ou à la tête des bassins versants, que les mares sont le plus efficaces dans le drainage des eaux de ruissellement. Dans un contexte urbanisé (lotissement, centre commercial, zone industrielle, école, etc.), elles recueillent les eaux produites par les surfaces imperméabilisées (toitures, chaussées, parkings, etc.). En zone agricole, notamment là où la transformation de prairies en labours accroît le ruissellement, elles peuvent aussi jouer ce rôle, mais justifient un entretien plus fréquent du fait des sédiments qu’elles accumulent.

4. Une surface importante (au moins 500 m2) permet à de nombreuses espèces d’être présentes sans trop se concurrencer les unes les autres. Une profondeur suffisante (au moins1,20 m) évite le réchauffement excessif de toute la masse d’eau, ce qui garantit une concentration minimale en oxygène dissous. Rappelons que plus la température augmente, plus la teneur en oxygène dissous diminue. Ainsi peuvent être évités les déséquilibres écologiques liés à la mortalité de certains organismes, à la proliférations des espèces les moins sensibles, à l’asphyxie du milieu causée par la dégradation de la matière organique, etc. Chaque plante ou animal pourra s’installer, prospérer ou simplement se maintenir si les facteurs écologiques lui sont favorables : température, acidité de l’eau, richesse de celle-ci en sels minéraux, éventuelle concurrence d’autre espèces.

5. De multiples espèces d'amphibiens, de bactéries, et de nombreux invertébrés, dont vers, sangsues, insectes, mollusques..) colonisent les mares. Les conditions propres à chaque mare (température, pH, dureté, exposition, profondeur, durée de vie en eau, volume d'eau, milieu environnant, présence de prédateurs, d'engrais, de pesticides ou autres polluants, etc. ) détermineront les espèces qui s'installeront. Les mares d'eau douce abreuvent de nombreux mammifères et oiseaux, la matin très tôt souvent, participant ainsi à l'enrichissement des milieux alentours. Quand les mares sont trop peu nombreuses, les animaux s'épuisent à y venir, et sont soumis à une concurrence et une promiscuité qui est un facteur de risque de diffusion d'épidémies (maladie de Lyme, grippe aviaire, échinococcose, etc.). Les espèces sont aussi alors plus à la merci de prédateurs ou des chasseurs, avec possible disparition par surprédation.

6. La végétation colonise la mare en fonction de ses adaptations physiologiques et anatomiques. Les plantes flottantes, non fixées, à courts rhizoïdes (pseudoracines) exploitent les nutriments dissous dans l’eau de surface. Ex. :_ lentilles d’eau. _Les plantes flottantes, non fixées, à longs rhizoïdes exploitent une tranche d’eau plus importante. Ex. : aloès d’eau, grenouillette (hydrocharis). Les plantes immergées, non fixées, fixées ou enracinées, absorbent directement leur Un véritable condensé d’écologie. alimentation carbonée et les sels dissous à travers leurs parois cellulaires. Ex. : utriculaires, cornifles, renoncule peltée. Les plantes flottantes enracinées possèdent des feuilles plus ou moins larges étalées à la surface de l’eau pour capter l’énergie lumineuse nécessaire à leur métabolisme. Ex. : nymphéa. Les plantes dressées du bord des eaux sont étagées en fonction de la hauteur d’eau favorable à leur développement et de leur tolérance à l’exondation. Ex. : iris faux-acore, phragmite, glycérie, etc

6.1. aloès d'eau

6.2. grenouillettes

6.3. cornifle

6.4. utriculaire

6.5. nymphéa

6.6. Iris faux-acore

7. Une mare c'est quoi ?

7.1. définition : les spécialistes parlent à propos de la mare d'hydrosystème clos, uniquement alimenté par le ruissellement superficiel. plus simplement, il s'agit d'un plan d'eau stagnante de petite superficie (quelques dizaines à plusieurs milliers de mètres carrés). Au-delà, on parle plutôt d'un étang ou d'un lac.

7.1.1. définition d'hydrosystème : Système composé de l'eau et des milieux aquatiques associés dans un secteur géographique délimité, notamment un bassin versant. Le concept d'hydrosystème insiste sur la notion de système et sur son fonctionnement hydraulique et biologique qui peuvent être modifiés par les actions de l'homme ensemble des éléments d'eau courante, d'eau stagnante, semi-aquatiques, terrestres, tant superficiels que souterrains et leurs interactions. Un hydrosystème peut comprendre un ou plusieurs écosystèmes.

8. A quelle condition une mare peut-elle être riche sur le plan biologique ?

8.1. Bien quelle soit par nature isolée, la mare est, dès sa création, rapidement investie par la flore et la faune si elle offre des conditions favorables. En effet, nombre de plantes et d'animaux aquatiques possèdent des moyens de disséminations très performants.

8.1.1. Exemples de moyens de propagations :

8.1.1.1. -Algues filamenteuses, plantes immergées ( characées : spores transportées par le vent.

8.1.1.1.1. exemple d'algues filamenteuses

8.1.1.2. -Bidents : graines à crochets qui s'accrochent au pelage d'un mammifère ou au plumage d'un oiseau.

8.1.1.2.1. exemple de Bidents

8.1.1.3. -Massettes : multiples graines plumeuses transportées par le vent.

8.1.1.3.1. exemple de Massettes

8.1.1.4. -Lentilles d'eau, pontes de mollusques ou de poissons : ce collent au pattes ou aux plumes d'oiseaux.

8.1.1.4.1. exemple de lentilles d'eau

8.1.1.5. -Plantes flottantes ( utriculaires, cornifles ) : poutures de feuilles transportées par le vent.

8.1.1.5.1. exemple de plantes flottantes

8.1.1.6. -Insectes aquatiques ( libellules ...) : repèrent en volant les points d'eau favorables à la ponte.

8.1.1.6.1. insectes aquatiques

8.1.1.7. -Amphibiens (salamandres, tritons, grenouilles, crapauds) : pondent dans les points d’eau qui se trouvent sur leur chemin migratoire.

8.1.1.7.1. exemples d'amphibiens

9. Une grande diversité écologique

10. Les mares ne sont-elles utiles que comme réserves d’eau ?

11. Y a-t-il plusieurs sortes de mares ?