30 ans de psycholinguistique

Solve your problems or get new ideas with basic brainstorming

Get Started. It's Free
or sign up with your email address
Rocket clouds
30 ans de psycholinguistique by Mind Map: 30 ans de psycholinguistique

1. conclusion

1.1. accroissement du caractére multidisciplinaire du domaine

1.1.1. psychologues

1.1.2. linguistes

1.1.3. neurologues

1.1.4. informaticiens

1.2. apparition de modèles théoriques de plus en plus précis des processus mis en jeu dans l'encodage et le déodage du langage

2. évolution ds connaissances en production et en compréhension du langage

2.1. production

2.1.1. travaux des années 70

2.1.1.1. Fromkin 1971: les lapsus

2.1.1.2. Goldman-Eisler 1972: les hésitations

2.1.1.3. Brown et McNeill 1966: phénomène du mot sur le bout de la langue

2.1.2. modèles

2.1.2.1. Fromkin 1971

2.1.2.1.1. première à avoir proposé un modèle des opérations cognitives

2.1.2.1.2. modèle de planification de la phrase comportant 5 étapes

2.1.2.2. Garrett 1975,1980, développé par Levelt 1989

2.1.2.2.1. ensemble de modules de traitement fonctionnant en cascade

2.1.2.2.2. modules légèrement différents de ceux de Fromkin

2.1.2.2.3. perspective modulaire unidirectonnelle

2.1.2.3. Dell 1986, Dell et Reich 1982, Stemberger 1985

2.1.2.3.1. perspective connexionniste interactive dans laquelle les informations d'un niveau inférieur peuvent influencer en retour les niveaux supérieurs

2.2. compréhension

2.2.1. parole

2.2.1.1. Liberman 1996

2.2.1.1.1. importance des phénomènes de coarticulation

2.2.1.1.2. théorie motrice de la perception de la parole: auditeur pourrait identifier les phonèmes en associant aux sons de la parole les gestes articulatoires

2.2.2. lexique

2.2.2.1. identification de frontières de mots

2.2.2.1.1. 2ème problème de l'auditeur après lidentification des phonèmes

2.2.2.1.2. Grosjean et Gee 1987

2.2.2.1.3. Christiansen et coll. 1998

2.2.2.1.4. Banel et Bacri 1997

2.2.2.2. théories de l'accès lexical pour les mots simples

2.2.2.2.1. Forster 1976,1979

2.2.2.2.2. modèle Cohorte (Marslen-Wilson 1984)

2.2.2.2.3. modèle Trace (McClelland et Elman 1986)

2.2.2.2.4. Dahan et coll. 2000

2.2.2.3. décodage des mots morphologiquement complexes

2.2.2.3.1. mots dérivés

2.2.2.3.2. mots sémantiquement opaques sont listés dans le lexique --> ne donnent pas lieu à un découpage morphologique

2.2.2.3.3. mots sémantiquement transparents

2.2.2.3.4. morphologie flexionnelle

2.2.3. syntaxe

2.2.3.1. recherches basées en partie sur le traitement des phrases totalement/localement ambigues

2.2.3.1.1. peu connues du milieu francophone

2.2.3.1.2. 1ére possibilité: parseur adopte une analyse par défaut

2.2.3.1.3. 2ème possibilité: il construit 2 analyses en parallèle pour éliminer l'un ou l'autre

2.2.3.1.4. 3ème possibilité: il réporte sa décision et se contentee d'un traitement superficiel en attendant

2.2.3.1.5. Frazier 1978

2.2.3.1.6. MacDonald, Pearlmutter et Seidenberg 1994, Truesqell et Tanenhaus 1994)

3. nouveaux courants de recherche

3.1. Neuropsychologie cognitive

3.1.1. développement durant les années 70

3.1.2. objectif: contribuer à la caractérisation du foncionnement cognitif en utilisant des données d'ordre neurologique

3.1.3. recherches ont permis d'établir des corrélations entre les dommages dans des régions spécifiques du cerveau et certains déficits linguistiques; préciser les fonctions exacts des aires de Broca et de Wernicke

3.1.4. travaux

3.1.4.1. Kutas 1998

3.1.4.1.1. aire de Broca regroupe 4/5 aires fonctionnellement distinctes

3.1.4.2. Poeppel 1996

3.1.4.2.1. diverses tâches de nature phonologiques mettent en cause divers sous-systèmes fonctionnels

3.1.4.3. Grodzinsky 2000

3.1.4.3.1. aire de Broca est le siège de la composante transformationnelle du langage

3.1.4.4. Zurif et Swinney 1994

3.1.4.4.1. saturation d'une position argumentale par un opérateur est un processus syntaxique

3.1.4.5. Fodor 1983

3.1.4.5.1. perspective modulaire du cerveau --> "double dissociation"

3.1.4.6. Caplan 1992,1994

3.1.4.6.1. modèles fonctionnels des opérations cognitives impliquées; basés sur les modèles existants

3.1.5. nouvelles techniques d'imagerie cérébrale qui permettent d'observer les régions du cerveau impliqués dans diverses tâches cognitives

3.1.5.1. tomographie par émission de positions (TEP)

3.1.5.2. magnéto-encéphalographie (MEG)

3.1.6. recherches dans le domaine cellulaire

3.1.6.1. divers aspects du traitement du signal visuel sont effectués par des celules specialisées situées dans des aires spécifiques (Zeki 1990)

3.1.6.2. modules spécialisés (confirmation de la modularité du cerveau defendue par Fodor et Chomsky)

3.2. Études de potentiels évoqués

3.2.1. "event-related potentials" (ERP)

3.2.2. étudier en temps reel l'activité électrique générée par l'influx nerveux lors du traitement du langage

3.2.3. comparaison des potentiels évoqués pendant le traitement de phrases contrôles avec phrases différentes

3.2.4. avantage: possibilité de calculer à la milliseconde près l'effet d'une variable sans qu'interfèrent d'autres tâches accessoires demandées au sujet

3.2.5. travaux

3.2.5.1. Osterhout 1994

3.2.5.1.1. travail sur différence N400 qui est liée à l'anomalie sémantique

3.2.5.1.2. P600 liée à l'agrammaticalité

3.2.5.2. Coulson, King et Kutas 1998

3.2.5.2.1. P6000 liée au caractére improbable de l'évènement

3.2.5.3. Kutas 1998

3.2.5.3.1. LAN ("left lateralized anterior negativities" / effets négatifs) plus grande pour les relatives objets que pour les relatives sujets

3.3. l'étude des mouvements des yeux en lecture

3.3.1. développée dès la fin du 19ème siècle par Cartell 1886, puis par Huey 1908; mais utilisée pour tester des modèles psycholinguistiques à partir des années 80 à la suite du travail de Just et Carpenter 1980

3.3.2. découvertes/conclusions

3.3.2.1. intégration des informations sémantiques se fait en fin de phrase ou de syntagme

3.3.2.2. premières lettres jouent un rôle crucial dans l'identification des mots

3.3.2.3. reconnaissance d'un mot est affectée par sa fréquence

3.3.3. permet d'étudier la résolution de l'ambiguité syntxique et lexicale; l'ambiguité verbale ne donne pas lieu au même traitement que l'ambiguité nominale

3.4. réseaux d'activation et connexionnisme

3.4.1. basé sur la notion de distriution d'activation (années 70)

3.4.2. neurones forment un réseau complexe; neurones communiquent au moyen de synapses; neurone activé transmet une stimulation (positive ou négative) aux neurones auxquels il est relié

3.4.3. développement des modèles informatiques de réseaux neuronaux ou réseaux connexionnistes

3.4.4. perspective connexionniste est beaucoup critiquée MAIS reste l'un des courants dominants de la psychologie moderne

4. psycholinguistique

4.1. domaine de recherche relativement récent

4.2. objectif: mettre au jour les mécanismes impliqués dans l'utilisation du langage; production, compréhension et l'acquisition

4.3. essor avec la "révolution cognitive" des années 70