Create your own awesome maps

Even on the go

with our free apps for iPhone, iPad and Android

Get Started

Already have an account?
Log In

GESTION DURABLE DES RESSOURCES by Mind Map: GESTION DURABLE DES
RESSOURCES
0.0 stars - reviews range from 0 to 5

GESTION DURABLE DES RESSOURCES

DÉFINITION DÉVELOPPEMENT DURABLE ''...un développement, intégrant les dimensions économiques, sociopolitiques et écologiques, capable de répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs.''   (source: CMED, 1988; Gendron et Revéret, 2001)   OBJECTIFS PRINCIPAUX DU DÉVELOPPEMENT DURABLE:   "Maintenir l'intégrité de l'environnement" "Améliorer l'équité sociale" "Améliorer l'efficacité économique" (source: MENV, Québec)   EXIGENCES FONDAMENTALES DU DÉVELOPPEMENT DURABLE:   Considérer le renouvellement naturel de la ressource (la régénération) au delà même de l'exploitation de la ressource renouvelable L'exploitation des ressources non-renouvelables nécessite le respect du renouvellement de ces substituts Le rejet de déchets et de pollution doit être inférieur à la capacité d'absorption de l'environnement (source: Conseil canadien des ministres de l'environnement, MENV, Québec)

Biens communs

Les biens communs regroupent les ressources, les biens et services écologiques qui sont rivaux et non-exclusifs. Par rivaux, nous entendons que l'exploitation individuelle a un effet sur celle des autres. Et par non-exclusives nous signifions que tous ont libre accès au bien commun. On devine ainsi le problème qui se dessine: Une ressource accessible à tous mais dont l'exploitation bouleverse un équilibre. Les branches suivantes vont d'ailleurs explorer en détails cet aspect crucial de la gestion durable des ressources, à travers des exemples, des problèmes, des solutions et les deux travaux les plus importants y étant consacrés.

Gouvernance

Défis de gestion, Garrett Hardin, "The Tragedy of the Commons", Le cas du berger, Problèmes, Surpopulation, Le mythe de la solution technologique, Solutions, Législation, Privatisation, Taux de croissance "zéro", Intégration des savoirs écologiques traditionnels, Documentation, Étude de cas: Le paradis des caribous, Elinor Ostrom, Gestion durable, Échelle globale, Échelle locale, "Revisiting the Commons", Nature des ressources communes, Institutions pour gouverner et gérer les ressources communes, Leçons de gestion des ressources communes locales et régionales, L'évolution des normes et la création des règles, Défis globaux des communaux

Gestion communautaire, Approche, Défis

Exemples

Diversité écologique (cas de la perchaude)

Air

Eau

Ressources naturelles

Tout ce qui est exploité par l'homme afin de satisfaire à ses besoins de tout genre.  

Types de ressources

Non renouvelables, Destructibles, Pétrole et gaz naturel, Charbon, Recyclables, Roches et minéraux

Renouvelables, Potentiellement permanentes, Bois, Faune, Flore, Eau, Sol, Espèces aquatiques, Permanentes, Oxygène, Énergie solaire, Énergie éolienne, Énergie hydroélectrique, Énergie géothermique, Énergie marémotrice

Notion de stock

Le stock est non seulement la somme de tout ce qui est exploitable dans les ressources mais également toute l'énergie et la matière composant l'environnement qui n'est pas exploitée à ce jour.

L'analyse des ressources (bilan)

Les ressources changent avec le temps. On les analyse en tenant compte de leur accessibilité, des lieux où on les produit, des réseaux d'échanges qui les impliquent ainsi que des marchés financiers et de consommation.

Approches de gestion des ressources, EX: gestion de la forêt

Approches durables et démocratiques

L'approche durable perçoit la ressource exploitée comme partie intégrante d'un système interdépendant, où la conservation prime sur l'exploitation, sans pour autant être mise de côté. L'exploitation ne doit pas avoir d'effets négatifs sur aucune facette de l'écosystème, autant sur l'aspect biophysique que l'aspect humain, puisque l'homme y est considéré comme un agent interne de l'écosystème. Cette approche nécessite un regard sur les caractères sociopolitiques, économiques et écologiques.   (source: Lael Parrott)

Approche écosystémique, Système d'intervention naturelle, Nature du problème, Principales variables en cause, Échelle spatio-temporelle, Délimitation de la zone de pertinence géographique, Système d'intervention socio-économique, Fixation d'objets et de cibles: éthique environnemental, Identification des acteurs impliqués, Stratégie d'intervention, Mise en oeuvre et suivi: adaptation

Approche intégrée

Approche communautaire, Savoirs écologiques traditionnels (SETs), Documentation, Gestion communautaire

Approche de préservation

L'approche de préservation préconise une législation de protection d'un territoire, c'est-à-dire qu'elle préfère conserver des territoires qui ne subiront aucune exploitation, des territoires qui seront préservés. On cherche à les préserver entres autres pour des questions de valorisation. Certaines parcelles de terre sont préservées depuis toujours!   (source: Lael Parrott)

Gestion de la sensibilisation, Film, Exposition, Dépliant

Gestion du reboisement

Gestion de la réutilisation du bois

Gestion des nuisances naturelles

Gestion par la législation, Fédéral, Parcs nationaux: intégrité écologique, Réserves nationales et refuges animaliers, Provincial, Parc provinciaux, de récréation, de conservation, Arrondissements naturels, loi sur les biens culturels, Écosystèmes forestiers exceptionnels, Conservation du patrimoine naturel en milieu privé

Gestion de la fréquentation des zones préservées, Réduction du compactage, Augmentation de la teneur en oxygène, Sols moins vulnérables, Érosion atténuée, Préservation du taux de reproduction des espèces

Historique de la création des réserves protégées, Organisation mondiale, UNESCO, United Nations Environment Programme, IUCN, Réserve naturelle, Municipale, Régionale, Provinciale, Nationale, Terrain privé

Anecdote

Approche utilitaire

L'approche utilitaire favorise une utilisation de ressources renouvelables dans l'aspect où l'épuisement totale de celles-ci ne doit jamais être atteinte. Le renouvellement naturel de la ressource en question est essentiel en vue de satisfaire le besoin des générations futures. Cette approche requiert des connaissances approfondies sur le fonctionnement des écosystèmes.   (source: Lael Parrott)

Gestion de la déforestation, Coupe en mosaïque, Coupe de succession, Coupe de régénération, Coupe de jardinage

Approche d'exploitation

Lorsque l'on adopte une approche d'exploitation, on convient que la nature est inépuisable. Seules les capacités technologiques à exploiter constituent les limites à l'exploitation des ressources. Également, le soucis environnemental y est quasi absent.

Gestion de la déforestation, coupe à blanc, IMPACTS, Animaux, Habitat, Nourriture, Chaîne alimentaire, Bassins versants, Contamination de l'eau, Air, Oxygène, Gaz Carbonique, Sols, pH, Drainage, Érosion, Sédimentation, Humains, Espaces récréatifs, Communauté locale, Patrimoine culturel, Biodiversité, Espèces menacées, Économie, Eau, Qualité de l'eau, Température (régulation thermique), Coupes liées à l'approche utilitaire, mais qui ne respectent pas la notion de seuil.

Gestion de l'eau, Surconsommation d’eau potable

SEUIL

Le fait qu'une ressource soit renouvlable ne signifie pas qu'elle est inépuisable. Lorsqu'on exploite une ressource renouvlable elle requiert un certain temps de régénération. C'est en respectant ce temps que nous pourrons exploiter la ressource sans l'épuiser. Pour ce faire, il faut établir un seuil d'exploitation (en quantité et en structure) qui respecte le cycle de régénération de la ressource exploitée. Si ce seuil n'est par respecté, il y aura épuisements et grands débalancement dans les écosystèmes.

Biens et services écologiques

  Les biens et services écologiques représentent des produits et des conditions de l'écosystème naturel qui assurent le maintien de l'équilibre vital pour les espèces vivantes. Ces services sont essentiels à la pérennité de l'espèce humaine. Contrairement aux ressources, ce sont des choses que l'écosystème offre, mais qui ne figurent dans aucun plan économique. N'ayant aucune valeur monétaire, ces biens et services ne sont pas soumis à un plan de gestion et se voient surexploités et dégradés.   Afin de comprendre ce qu'ils représentent, il est possible de leur approprier une valeur économique en les comparant à des structures conçues par l'Homme, ayant sensiblement les mêmes fonctions. Par exemple, un bassin versant n'a pas de valeur monétaire, mais agit comme épurateur d'eau. Sa valeur est comparable à celle d'une usine d'épuration d'eau.   La question se pose: cela coûte-t-il plus cher de conserver un bassin versant propre et apte à filtrer notre eau que de construire une usine d'épuration d'eau? Souvent, il est préférable d'agir en faveur du bassin versant, puisque tellement de facteurs y sont rattachés qu'en bout de ligne, ont peut protéger et préserver plusieurs systèmes naturels utiles qui, lorsque fonctionnels, ne nous contraignent pas à développer des alternatives technologiques telles que des usines d'épuration d'eau.        

Services écologiques

Les biens et services écologiques sont des choses que les écosystèmes offrent, mais qui ne figurent pas dans le système économique et qui n'ont aucune valeur monétaire. Un service écologique est, plus précisément, une condition ou un processus d'un écosystème naturel assurant le bon fonctionnement des espèces vivantes.

Cycle Hydrologique

Atténuation des inondations

Support culturel et spirituel

Écotourisme

Formation des sols

Photosynthèse

Maintien de la diversité génétique

Modulation du climat

Biens écologiques

Ce qui différentie un bien d'un service écologique est l'aspect tangible de la chose, dans l'espace et dans le temps. Un service est une condition ou un processus de l'écosystème alors que le bien est un produit de l'écosystème.  

Eau

Relations entre le consommateur et un bien ou un service écologique

Exclusif, Activités de récréation sur une propriété privée, Écotourisme, Non-Rival et exclusif, Actions de récréation sur un terrain privé mais non achalandé

Rival, Rival et non-exclusif, Nappe phréatique

Non-rival et Non-exclusif, Air

Rival et Exclusif, Accès à la pêche, Chasse sur un terrain privé, Biens non-renouvelables (minerai)

Historique de la gestion, EX: ressource forestière

Québec

Au Québec, le régime forestier à toujours été public.

Régime Français (1535-1759)

La Conquête (1759)

Le 19e siècle, Première loi sur les bois et forêts (1805), Première usine de pates et papiers (1804), Premières licences de coupe (1807), Premier réglement sur le commerce du bois (1808), Première usine de sciage à vapeur (1820), Acte de l'Amérique du Nord Britannique, Création du système de garde forestiers (1874)

Le 20e siècle, Création du département des terres et des forêt et du service de protection des forêts (1905), Premiers inventaires forestiers (1915), Création de la Commission des produits forestier (1932), le Ministère des Terres et Forêts (1961), Ministère de l'Environnement et des Ressources (1979), Création du ministère des Forêts (1994), SOPFEU (1994), Ministère des Ressources Naturelles et de la Faune (2005)