Terminale STMG - 2016/2017

Get Started. It's Free
or sign up with your email address
Rocket clouds
Terminale STMG - 2016/2017 by Mind Map: Terminale STMG - 2016/2017

1. Certains domaine de métiers exigent de hautes qualifications. Les chômeurs sont rares avec des qualifications que les entreprises exigent, c'est pour cela que ces dernières ont du mal à recruter.

2. Manque d'argent pour pouvoir payer des formations aux salariés pour améliorer leurs compétences.

3. Un demandeur va préféré un offreur qui à plus d'ancienneté dans son métiers ( 30 ans / 40 ans ). Il y a souvent une inégalité entre les hommes et les femmes; et le demandeur regardera aussi sa nationalité , il préférera une personne de la même nationalité que lui qu'un d'un offreur d'un autre pays ou d'origines différentes + beaucoup de préjugés donc énormément de mal à attirer différents candidats

4. Économie

4.1. Pourquoi certaines entreprises peinent-elles à recruter en période de chômage de masse ?

4.1.1. 1 - Faute de candidat disponible dans certains métiers

4.1.1.1. Il n'y a pas beaucoup de candidats disponible dans certains métier car il y a une manque de qualifications. Souvent les demandeurs d'emplois affichent un niveau BEP-CAP et dans certains métiers ont demande plus de qualifications et de compétences.

4.1.1.2. Manque d'entretiens spécifiques pour les métiers

4.1.2. 2 - inadéquation entre les qualifications offertes et les qualifications recherchées

4.1.2.1. Domaine de la construction: maçon, couvreur, ...

4.1.3. 3 - Déficit d'image, métiers en manque de notoriété , préjugés

4.1.3.1. Explications

4.1.3.2. Exemple

4.1.4. 4 - Mise en place de formations pour des entreprises en difficulté de recrutement

4.1.4.1. Explications

4.1.4.2. Exemple

4.1.5. 5 - Peu d'offres d'emploi

4.1.5.1. Certains domaine de métiers exigent de hautes qualifications, les chômeurs sont plus rares avec des qualifications que l'ont exigent, c'est pour cela que les entreprises ont du mal à recruter.

4.1.5.2. Explications

4.1.5.3. Exemple

4.1.6. 6 - Différences des contrats proposés

4.1.6.1. Domaine de la construction: maçon, couvreur, ...

4.1.7. 7 - Localisation

4.1.7.1. - Des personnes vont choisir leur lieu de travail en fonction de leur lieu d'habitation, si leur lieu de travail nécessite 1h de route chaque jour, cela va décourager certain, fautes de budget pour le transport

4.1.7.2. si par exemple habitat en Aquitaine, muté en Lorraine, risque d'être - bien payé car Lorraine fais partie des régions les - dynamiques

4.1.8. Un employeur n'aura peut-être pas assez de moyen de recruter une personne qui a les qualifications recherchées par rapport au salaire qui pourra lui offrir.

4.1.9. 8 - problème de mobilité

4.1.10. 9 - Pas assez de mains d'oeuvre

4.1.10.1. Manque de personnel et les industries "manquent toujours de BRAS"

4.1.10.2. Exemple

4.1.11. 10 - Discrimination : age, sexe, nationalité...

4.1.11.1. Exemple

4.1.12. 11 - Crise économique

4.1.12.1. Un demandeur (l'employeur) qui va proposer un poste qui demande des qualifications élevées ne pourra pas proposer un salaire bas, puisque l'offreur (salarié) n'acceptera pas le poste proposé avec un salaire moindre.

4.1.12.1.1. une formation pour un nouveau programme informatique.

5. Gestion Finance

5.1. Quels sont les apports et les limites de la méthode des coûts complets ?

5.1.1. Cette méthode permet de contrôler la formation du coût de revient aux différents stades du processus de fabrication.

5.1.2. Première partie - Apports

5.1.2.1. Argument 1 - Titre - Explicite - Exemple

5.1.2.2. Permet de définir un prix de vente pour les produits en complétant l'analyse par le prix de marché.

5.1.2.3. Elle permet de comparer, dans le cadre du contrôle de gestion, les coûts réels aux coûts antérieurs.

5.1.2.4. La méthode du coût complet permet de calculer un coût de revient par produit et de connaître ainsi la contribution de chaque activité à la rentabilité de l’entreprise. Elle est complémentaire de la comptabilité générale qui ne fournit qu’un résultat global.

5.1.2.5. La méthode des coûts complets permet de calculer le coût de revient afin de fixer un prix de vente qui permet de dégager un bénéfice.

5.1.2.6. Connaître la contribution de chaque activité à la rentabilité de l'entreprise.

5.1.2.7. Elle est fondée sur la distinction entre :    -charges directes, qu'il est possible d'affecter immédiatement, sans calcul intermédiaire, au coût d'un produit déterminé;    -charges indirectes, qui concernent plusieurs coûts, font l'objet d'une répartition et nécessitent un calcul préalable à leur imputation.

5.1.2.8. Établir des devis, grâce au calcul du coût de revient d'une commande.

5.1.2.9. Elle est une aide précieuse pour évaluer les différents types de stocks (matières premières, produits en cours, produits finis).

5.1.2.10. Elle complète la comptabilité générale qui ne fournit qu'un bénéfice global.

5.1.2.11. Elle constitue une approche utile pour déterminer le prix de vente d'un nouveau produit qui n'a pas de référence sur le marché.

5.1.2.12. Elle permet de comparer les coûts réels aux coûts antérieurs.

5.1.2.13. La méthode des coûts complets a pour objectif de chiffrer le coût de revient en vue notamment d'établir la politique tarifaire de l'entreprise et de permettre d'expliquer le résultat de l'entreprise en comparant pour chaque produit (biens ou services) le prix de vente et le coût de revient.

5.1.2.14. L'apport de capitaux dans une entreprise , consiste à apporter des capitaux au sein de l'entreprise

5.1.2.15. L'apport est la dénomination juridique que l'on donne à l'opération qui consiste à remettre des espèces, un bien, une créance, ou un droit en vue d'obtenir une prestation. L'apport consiste dans le transfert du patrimoine de l'apporteur à celui de la personne ou de l'entité qui est appelée à fournir la prestation attendue. L'exemple type est l'apport que fait une personne à une société en vue d'obtenir des actions productrice de dividendes. L'apport obéit aux règles de la vente.

5.1.2.16. Les coûts complets servent à voir quelle activité de l'entreprise est rentable ou non.

5.1.3. Deuxième partie - Limites

5.1.3.1. La méthode des coûts complets est longue, lourde et coûteuse à mettre en œuvre, notamment quand les centres d’analyse sont nombreux et la gamme des produits très étendue.

5.1.3.2. Le coût complet ne permet que de constater à postériori et non d’anticiper. Il est connu de façon tardive en raison du temps nécessaire à la collecte et à la production des informations.

5.1.3.3. Les résultats produits se révèlent souvent approximatifs dans la mesure où la ventilation des charges indirectes au sein des centres d’analyse comporte une part plus ou moins importante d’arbitraire.

5.1.3.4. Les résultats produits se révèlent souvent approximatifs dans la mesure où la ventilation des charges indirectes au sein des centres d’analyse comporte une part plus ou moins importante d’arbitraire. L’imputation des charges aux produits s’effectue selon une unité d’œuvre (ou taux de frais) arbitraire (heure de MOD, heure machine). La rentabilité (ou non rent abilité) d’une activité peut n’être qu’apparente du fait du subventionnement d’un produit par un autre

5.1.3.5. °la mise en œuvre de la méthode du coût complet est délicate du fait de la difficulté à découper l'entreprise en sections homogènes sans en multiplier exagérément le nombre,  °son coût d'élaboration est important,   °les calculs à mettre en œuvre sont souvent laborieux et l'analyse des coûts est tardive,   °les centres principaux reçoivent, des centres auxiliaires, des charges qui leur sont étrangères et sur lesquelles ils n'ont aucune maîtrise ni contrôle,   °les choix d'imputation sont subjectifs et les résultats obtenus seront toujours discutables,   ° le découpage de certaines charges peut occulter des éléments qu'il aurait mieux valu considérer de manière globale,   °l'impact sur les coûts des variations d'activité n'est pas pris en compte.

5.1.3.6. Cela entraîne des effets de subventionnements qui masquent les différences de profitabilité entre les produits

5.1.3.7. La méthode des couts complets est délicate du faits de la difficulté à découper l'entreprise en section homogène sans en multiplier exagérément le nombre

5.1.3.8. La méthode des coûts complets est particulièrement bien adaptée aux entreprise industrielles pratiquant la production de masse. Or le consommateur a imposé aux organisations des politiques de différenciation des produits

5.1.3.9. Le coût d'une machine n'aura pas le même poids dans les coûts complets selon que l'entreprise fabrique 100 produits ou 5 000. Elle ne permet pas de déterminer à partir de quel niveau de production l'entreprise fait des bénéfices. Cet inconvénients entraîne le recours à d'autres méthodes, notamment les coûts partiels.

5.2. Dans quelle mesure l’organisation du traitement comptable permet-elle de répondre aux besoins de l’entreprise tout en facilitant la diffusion des informations financières aux parties prenantes ?

5.3. La normalisation de l’information financière permet-elle de donner une image réelle de l’entreprise ?

5.3.1. Première partie- Image réel

5.3.2. Deuxième partie- Pas toujours une image réel