Peut-on changer de personnalité ? (Le patrimoine génétique supplante-t-il l'environnement dans l...

Get Started. It's Free
or sign up with your email address
Rocket clouds
Peut-on changer de personnalité ? (Le patrimoine génétique supplante-t-il l'environnement dans la construction d'une personnalité ?) by Mind Map: Peut-on  changer de personnalité ? (Le patrimoine génétique supplante-t-il l'environnement dans la construction d'une personnalité ?)

1. Évaluation de la personnalité

1.1. Modèle en 5 facteurs

1.1.1. O - Ouverture à l'expérience (originalité)

1.1.2. C - Consciencieusité (contrôle, minutie, discipline)

1.1.3. E - Extraversion (énergie, enthousiasme)

1.1.4. A - Agréabilité (altruisme, affection)

1.1.5. N - Neuroticisme ou névrosisme (émotions négatives)

1.2. Lone Franck : focalisation sur les choses négatives, anxiété, introversion, agréabilité basse,...

2. Etude du matériel génétique

2.1. ADN = alphabet de 4 lettres : A, T, G, C

2.2. Gènes = ces lettres mises ensemble pour former des phrases

2.3. Schéma interne de l'individu = ces phrases mises ensemble pour former un livre

2.4. Lone Franck : matériel génétique composé de toutes les variantes à risque

3. Daniel NETTLE, Newcastle University, Royaume-Uni, Psychologie de la personnalité

3.1. Le test de personnalité ne nous apprend rien que nous ne sachions déjà puisqu'il s'agit de nos propres réponses.

3.2. Les différences fondamentales qui existent au niveau du système nerveux déterminent la manière dont les individus réagissent.

3.3. La personnalité est une constante : on peut changer la façon dont on vit sa vie mais la personnalité est stable tout au long de la vie.

3.4. S'accepter tels que nous sommes et renoncer à changer

4. Robert PLOMIN, King's College, Londres, Génétique du comportement : étude sur jumeaux monozygotes pour déterminer si l'environnement familial joue un rôle sur la construction de la personnalité

4.1. Freud : l'environnement familial façonne les individus

4.2. 1970, John Loehlin, Hérédité, environnement et personnalité, étude de 850 paires de jumeaux : la composante génétique est si forte qu'elle explique l'origine des ressemblances familiales

4.2.1. Vrais jumeaux éduqués séparément dans des milieux différents = preuves de l'influence génétique

4.2.2. Absence de corrélation entre membres d'une fratrie adoptive = preuves de l'absence d'influence de l'environnement sur la construction de la personnalité

4.3. Notre potentiel génétique détermine ce que nous sommes

5. Histoire personnelle

5.1. Lone Franck : un père alcoolique, une mère dépressive, un divorce difficile, nombreux suicides chez ses aïeux, maladie puis mort de la mère,... = douloureuse histoire familiale

6. Etudes qui décrivent les interactions entre gènes et environnement, Terrie Moffit et Avshalom Caspi, 2004

6.1. Gènes MAOA et SERT = influence déterminante sur notre psychisme et notre personnalité

6.2. 2 variantes chacun

6.2.1. une variante robuste

6.2.2. une variante sensible

6.3. Combinaison de l'environnement avec telle ou telle version de ces gènes détermine le comportement de l'enfant devenu adulte

6.3.1. Variante sensible de MAOA + enfance traumatisante = risque accru d'agressivité

6.3.2. Variante sensible de SERT + traumatismes subis dans l'enfance = risque accru de dépression

6.4. Cocktail personnel d'inné et d'acquis détermine ce que je suis

7. Ahmad HARIRI, Duke University, Durham NC, USA , Psychologie et neurosciences : comprendre pourquoi deux individus confrontés au même événement vont réagir différemment

7.1. Les différences génétiques influent sur la façon dont leur cerveau traite l'information

7.2. Structure du cerveau

7.2.1. l'amygdale nous avertit des dangers auxquels nous sommes exposés // chien de garde

7.2.2. le cortex préfrontal contrôle notre comportement // le maître du chien

7.3. la génétique détermine comment fonctionne l'amygdale et comment le cortex préfrontal la régule

7.3.1. COMT, régulation du taux de dopamine : 2 versions, allèle MET et allèle VAL

7.3.1.1. COMT MET-MET = catégorie des inquiets qui méditent et ruminent

7.3.1.2. COMT VAL-VAL = catégorie des fonceurs, des guerriers qui agissent et réagissent

7.3.2. allèle MET = plus de dopamine dans le cortex préfrontal

7.3.2.1. bonne capacité à focaliser son attention

7.3.2.2. persévération, rumination

7.4. Moyen d'agir sur les données génétiques ?

7.4.1. Stratégies comportementales pour une rééducation systématique du cerveau

7.4.2. Approche descendante = reprogrammation du cortex préfrontal pour le rendre plus flexible

7.5. Nos données génétiques déterminent le fonctionnement de notre cerveau mais notre cerveau est malléable et peut se modifier

8. James H. FALLON, University of California, Irvine, USA, Psychiatrie et comportement humain : étude du fonctionnement cérébral de meurtriers de masse

8.1. Activité faible des zones du cerveau qui contrôlent le ça et l'inhibition du comportement > groupe de récepteurs de sérotonine qui activent ou désactivent ces zones

8.2. Gène MAOA = gène de l'agression ou gène meurtrier, mais agit en interaction avec une maltraitance infantile sèvére

8.3. Gènes et environnement unis dans une danse complexe

8.4. James Fallon = psychopathe prosocial, exemple d'acceptation de sa biologie avec ses avantages et ses inconvénients

9. Jay BELSKY, Université de Californie, Davis, USA, Psychologie du développement humain : la sensibilité aux influences environnementales est variable et cette variabilité est innée (explication évolutionniste de la variation biologique)

9.1. Les Lumières, idéalistes romantiques qui pensent que les humains sont perfectibles (grâce à leur environnement) >< biologie évolutionniste : l'objectif principal des êtres vivants est de se reproduire et de transmettre leurs gènes

9.2. // étude de Terrie Moffit et Avshalom Caspi sur l’interaction entre gènes et environnement

9.2.1. Une personne porteuse d'un gène sensible tourne mal dans de mauvaises conditions (théorie du risque)

9.2.2. MAIS si environnement positif ou absence d'environnement négatif, cette personne s'en tire MIEUX que d'autres

9.3. Résilience

9.3.1. Si situation -, le résilient s'en tire mieux

9.3.2. Si situation +, le vulnérable s'en tire mieux

9.4. Pas de génome parfait, mais physiologie du cerveau plus ou moins "opportune" en fonction de l'environnement

10. Conclusion : l'environnement et les gènes ne peuvent être considérés séparément, ils sont en échange perpétuel. Nous ne pouvons changer de personnalité mais la plasticité de notre cerveau permet d'apprendre à le "réguler"