NOURRIR LES HOMMES

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Rocket clouds
NOURRIR LES HOMMES par Mind Map: NOURRIR LES HOMMES

1. Croissance des productions, croissance des populations

1.1. Une demande alimentaire en hausse

1.1.1. L'accroissement de la population mondiale reste le principal facteur d'augmentation de demande alimentaire

1.1.2. La production alimentaire devra augmenter de 70% d'ici 2050 pour nourrir 9,7 milliards de personnes.

1.2. Une offre alimentaire suffisante

1.2.1. La production agricole mondiale progresse à un rythme moyen supérieur à celui de la croissance démographique.

1.2.2. Chaque habitant dispose théoriquement de 2800 kcal/jour ( une ration de 2500 kcal/jour est jugée suffisante ) mais les inégalités alimentaires restent fortes.

1.3. Pourtant, de graves insuffisances alimentaires

1.3.1. La sous-alimentation demeure très présente : elle touchait 805 millions de personnes en 2014. Les crises alimentaires et les famines subsistent, elles sont dues à la pauvreté, à l'instabilité politique et aux conflits.

1.3.2. La malnutrition présente deux faces :

1.3.2.1. D'un côté, 2 milliards d'habitants souffrent du manque de micronutriments

1.3.2.2. De l'autre, 2,1 milliards d'individus sont en surpoids

2. Développer des agricultures durables ?

2.1. L'agriculture productiviste remise en cause

2.1.1. L'agriculture productiviste a de lourdes conséquences environnementales : pollution des eaux et des sols, érosion des sols...

2.1.2. La place croissante de cette agriculture intensive met à l'écart la petite agriculture familiale.

2.2. Plusieurs voies vers une production durable

2.2.1. L'agriculture durable : elle préserve la biodiversité des ressources, assure la production suffisante et accessible, permet la qualité des aliments et garantit des prix équitables.

2.2.2. La culture raisonnée : elle limite l'usage des intrants chimiques d'origine industrielle.

2.2.3. L'agriculture biologique qui interdit l'utilisation d'intrants industriels. Ses rendements sont plus faibles et ses produits plus chers : elle ne peut donc pas "nourrir le monde".

2.2.4. L'usage des OGM

2.3. Vers des remises en question plus globale ?

2.3.1. Les règles du commerce international pénalisent les agriculteurs les plus pauvres et l'agriculture familiale.

2.3.2. Le commerce équitable ne représente qu'une infime partie des échanges mondiaux.

2.3.3. Les modes de consommation sont mis en cause ( gaspillage alimentaire, surconsommation de viande et consommation de produits étrangers et pas de saison ).

3. Assurer la sécurité alimentaire

3.1. Une nécessité: produire plus

3.1.1. Le gain de terres agricoles est désormais limité et d'importantes pertes de superficie sont dues à l'érosion, à la salinisation des sols, à l'étalement urbain ou à la production d'agrocarburants.

3.1.2. L'augmentation de la production a reposé sur l'accroissement des rendements. Elle a été permise par la mécanisation, l'utilisation d'engrais et produits sanitaires,...

3.1.3. L'agriculture paysanne ou familiale des pays pauvres, le plus souvent peu productive, a une marge de progrès.

3.2. Deux défis : sécurité et qualité alimentaire

3.2.1. La sécurité alimentaire ( = situation où les êtres humains ont, à tout moment, accès à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires ) est un besoin majeur des populations.

3.2.2. La qualité de la nourriture est un autre défi : production en masse de produits transformés et conditionnés, industrialisation de la nourriture des animaux.

3.3. L'inégale capacité à nourrir les populations

3.3.1. Les pays développés sont devenus autosuffisants grâce à de fortes politiques agricoles.

3.3.2. Beaucoup de pays en développement doivent s'approvisionner sur le marché mondial. La souveraineté alimentaire est donc très aléatoire pour nombre de pays pauvres, qui dépendent de l'aide alimentaire internationale.

3.3.3. Le mouvement d'accaparement des terres dans les pays pauvres par achat ou location des étrangers accentue ce contraste car les terres sont cultivées à des fins non-alimentaires ou pour l'exportation.