Sources de l'époque contemporaine

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Rocket clouds
Sources de l'époque contemporaine par Mind Map: Sources de l'époque contemporaine

1. Histoire orale Consiste à recueillir des témoignages oraux sur des faits passé

1.1. Faits doivent être assez récents pour que des témoins puissent apportes leur témoignage

1.2. Histoire à hauteur de l'humain

1.3. Histoire ouverte aux groupes socioculturels "oubliés", "dominés", "occultés"...

1.4. Histoire de "l'affect"

1.5. La question des "témoignages sonores" filmés

1.5.1. Eléments d'analyse

1.5.1.1. Question du format

1.5.1.2. Question du contexte général & médiatique

1.5.1.3. Question du contexte particulier

1.5.1.4. Question de la temporalité

1.5.1.5. + si filmée: indices visuels (gestuelle, corps, proximité, etc.

2. I. Problématique du cours (Le goût de l'archive, A. Farge); Les "Archives": extension progressive de la signification du terme

2.1. Objectifs du cours: - Apprendre à s'orienter dans la recherche des sources - Être bien au fait de la diversité des sources disponible (dvlpmnt des nouvelles sources; enjeux de la numérisation) > sources matérielles (architect. objets,...) - Comprendre la logique du travail des archivistes - Construire son "Chef d'oeuvre": le mémoire de fin d'études

2.2. Définitions: Archives = ? - Le petit Robert: Collection de pièces, titres, documents, dossiers anciens (....). Par extension: lieu où les archives sont conservées Les fonds d'archives =? "Ensemble de documents, quels que soient leurs formes ou leur support matériel, dont l'accroissement s'est effectué d'une manière organique, automatique, dans l'exercice des activités d'une personne physique ou morale, privée ou publique, et dont la conservation respecte cet accroissement sans jamais la démembrer" => respect des modalités physique de l'accroissement => fonds numérique/archives traditionnelles (objets, cinéma,... pas ds arch. trad.) MAIS on peut croiser es inventaires numériquement ce qui permet de garder l'unicité du fond m^me si conservation à des endroits différents. L'archivistique: "La SCIENCE ou l'ART de la conservation, du traitement et de la MISE EN VALEUR des documents ou supports de l'information". L'archivistique est une science ayant pour objet l'administration et l'histoire avec comme spécialisation les périodes anciennes et la période contemporaine => rôle de la paléographie diminue, et doit de plus e plus être au fait des nouvelles méthodes et ouverts à la sociétés et à ses besoins.

2.2.1. - A l'origine "Archives" : Titres sur lesquels pouvaient se fonder les droits et obligations de leurs possesseurs (armes juridiques précieuses et donc privée par définition et susceptible d'être victime de destruction ) - Depuis 2 siècles: Les archives sont un passage indispensable du travail historique. Les dépôts d'archives sont les "nouveaux laboratoires de l'histoire" et l'aspect juridique est devenu secondaire pour l'historien. => Besoin de protection => dépôts

2.3. FARGE, Arlette, "Le goût de l'archive", 1989: - "Il n'y a pas de doute, la découverte de l'archive est une manne offerte justifiant pleinement son nom: source" Témoin des changements du métier avec l'aube d'internet et de la numérisation (gain de temps mais disparition de la "main"

2.3.1. Réflexion sur l'importance presque sensorielle du rapport physique avec les archives

2.3.2. IMPRIME*/SOURCE** -*"Un texte intentionnellement livré au public (...) organisé pour être lu et compris de nombreuses personnes" L'archive: -**" trace brute de vies qui ne demandaient aucunement à se raconter ainsi et qui y sont obligées parce qu'un jour confrontées aux réalités de la police et de la répression"

2.3.2.1. Les documents imprimés sont dans les premières sources à laquelle on a commencé à réfléchir sur son intérêt de conservation (ex. des livrets ouvriers ayant subis des destructions massives)

2.3.3. Le dépouillement, une monotonie de la répétition, de la copie. L'accumulation des documents permet d'ordonner le chaos. Cet pratique n'est pas exempt de surprises

2.3.4. Les citations et leurs pièges: LA CITATION NE PEUT REMPLACER LE RAISONNEMENT

2.3.4.1. Des fois le document laisse croire par la force de son témoignage qu'il peut se suffire à lui même. Mais risque de faire une histoire descriptive et plate. De plus même si elle a du charme, la citation est un aveux implicite de l'auteur de ne pouvoir dire mieux ou pire camoufle "un sorte d'impuissance à réfléchir plus avant"

2.3.5. L'empathie: l'histoire c'est la rencontre avec la/le mort. Cela sollicite affectivité et intelligence.. rencontre avec des existences, ...

2.3.6. Question de l'anecdotique, de l'anodin. Que garder ? privilégier le collectif au singulier. Savoir jongler entre histoire quantitative/qualitative.

2.3.7. Le résultat de la recherche: Quelle finalités ?

2.3.7.1. Comprendre l'histoire grâce à une méthode de réinterprétation permanente en concert avec les besoins de la société ou servir une idéologie ?

2.3.8. "L'historien qui réfléchit sur un sujet doit construire l'histoire dont il a besoin et le faire avec les disciplines autres"

2.3.8.1. En ccl du livre: triptyque interconnecté Historien/Lecteurs/Epoque(Contexte)

2.3.9. CRITIQUE: Elle ne parle que de source papier/écrite. Tout ce qu’elle dit sur l’aspect olfactif, tactile, sensoriel n'est valable que pour les sources papiers.

2.3.9.1. Quand on est face à un film, on ne peut pas recopier la source. Parfois il y a une perte dans la traduction et il y a un enjeux dans la source écrite qui est la question de la mémoire visuelle.

2.4. Les sources sont multiformes: -Archives (officiels ou privés) -Publications -Objets (ex.:bâtiments) -Oeuvre d'art -Photos et documents audio-visuels -Documents numériques -Sources orales -Mémoire des gestes -Sources immatérielles (ex. Le folklore) -L'architecture -Cartes -Sources archéologiques -...

2.4.1. La photographie chinoise Silin Liu: "I'm everywhere (2017)

2.4.1.1. La photographie, document incontestable?

2.4.1.2. Se retrouveront peut être un jour dans les images de l'époque?

2.4.2. Le Rhinocéros de Dürer (1515)

2.4.3. Penne d'étudiant de l'ULG (Musée de le vie wallonne)

2.4.4. Photographie de la Place de Brouckère (1920;1930;2000;simulation)

2.4.4.1. polémique du Cloud gate/ the bean

2.4.5. ""Nazi Concentration Camp (1945)" dans Le Procès de Nuremberg Les Nazis face à leurs crimes" (Christian Delage, France, 2006, 90 min., Arte France)

2.4.5.1. Film/camera devient un outil juridique et historique. Comme "preuve à l'appui". Cela pose une série de questions

2.4.5.2. "Nazi Concentration Camp (1945)" réalisé par des cinéastes hollywoodien. Partent avc bcp de moyens en Europe pour tourner un film-preuve pour Nuremberg. On leurs dicte la forme que doit avoir le film.

3. II. Enjeux de la conservation (travail de l'archiviste) -Conserver -Éliminer -Classer -Valoriser -Rendre accessible

3.1. 1. Conserver "Sauver" les archives dès leur perte d'intérêt. Probl. : => masse des docs et tentation de destruction immédiate. =>manque de place =>États des bâtiments (//manque de moyens) =>Fragilité du doc (papier moderne issu du bois, encres, humidité (45-55%), saleté, t° (16-22), lumière (doit ê artificielle), le feu, animaux, destruct. humaines). Besoins de cartons neutre, exit pochette en plastique

3.1.1. Les archives emportées par les envahisseurs: COMBE, Sonia et CINGAL, Grégory, "Retour de Moscou; Les archives de la Ligue des droits de l'homme (1898-1940)" Les archives de la LDH chopées par les bosh en 1940 et ensuite transporté à Moscou rendue en 2000 (= pour la Bel)

3.1.2. La Numérisation: Pas une solution au problème du stockage des originaux MAIS facilite le communication et permet la protection de ceux-ci

3.1.3. Problème spécifique=> Conservation des films.

3.1.3.1. Le nitrate

3.1.3.2. Le triacétate de cellulose

3.1.3.3. (Conservation/stockage): -Baril de nitrate: Compartiment en béton (15000 à 18000 boîtes) contre le feu. Fréquent tests chimiques + Surveillance des bâtiments OU -Polyester (1945) résiste longtemps=> entre 500 et 1000 ans. Stockage à froid (3 à 8° couleur/11° b&w). Humidité 20% -Impérativement à l'abri de la lumière

3.1.3.4. Histoire de destructions massives: 1908: objet mercantile périmé => récupération des sels d'argent 1925: Invention de la pellicule panchromatique exit ante 1930: Avènement du parlé + crise éco. (chute des fréquentations) exit ante 1940: matériau pour la fonte 50': nouvelles technologies exit ante 1959: films en nitrate trop dangereux pour conservation exit

3.1.3.5. Exemple des archives filmiques du cinéma ABC

3.1.3.6. Réappropriation artistique de questions de conservation

3.2. 2. Détruire => Gagner de la place pour un meilleur classement MAIS sur quels critères ? - Utilité administrative ? - Intérêt historique ? =>Destruction est ARBITRAIRE MAIS IRRÉMÉDIABLE.

3.2.1. STENGERS, Jean, "Vertige de l'histoire; Les historiens au risque du hasard" L’importance du hasard en histoire, pose problème de la source unique et du hasard qui a conduit à sa conservation CONCEPTS SURTOUT POUR M-A et ANTIQ.

3.2.1.1. Pas toujours lié à la volonté d’un archiviste mais peut-être le résultat d’un évènement extérieur.

3.2.1.2. L’auteur montre que l’historien doit résister à la tentation de donner une place centrale aux documents arrivés jusqu’à nous, mais toi être attentif aux documents qui ne sont pas arrivé jusqu’à nous :

3.2.2. Pour la SELECTION, on établit une différence entre:

3.2.2.1. • Les documents de conception (ou d’évaluation) surtout à un niveau élevé de décision.

3.2.2.2. • Les documents d’exécution volumineux répétitifs.

3.2.2.2.1. Pour les documents d'exécution ÉCHANTILLONNAGE: -Auparavant alphabétique ou chronologique (parfois trop, parfois pas assez, ne tient pas compte du volume) -Aujourd'hui systématique. Cela permet un rapport de proportionnalité avec l'effectif de départ et de prendre en compte l’aspect +- répétitifs des documents. De plus, on conjugue avec une sélection qualitative demandant une réflexion détaillée. => Ces choix doivent être explicités par l'archiviste (au début d'un guide par exemple)

3.2.3. Choix de l'archiviste est capital, (ex. des livrets ouvriers supp. ds les années 20 en France)

3.3. 3. Classer Principe de base: LE RESPECT DU FONDS. C'est à dire qu'il faut RESPECT DE LA PROVENANCE Laisser groupées les archives venant d'une administration, d'une entreprises, d'une personne? D'UN MÊME PRODUCTEUR

3.3.1. Cependant, l'archiviste peut poser arbitrairement des critères selon lesquelles les documents seront classer. C'est une réunions artificielles de documents appelés COLLECTION d'archives.

3.3.2. Ne pas confondre AUTEUR et PRODUCTEUR: le producteur est souvent l’auteur des documents qu’il a envoyé mais pas de ceux qu’il a reçu (ex. correspondance). Des documents d'un même auteur se trouveront dans des dossiers de différents producteurs.

3.3.3. Deux principes connexes au respect du fonds : • Respecter l’intégrité du fonds : le laisser dans sa composition originelle (ne rien enlever ni ajouter). • Respecter l’ordre originel

3.3.4. Subdivision des fonds: Les FONDS sont divisés en niveaux de classements successifs : • SOUS-FONDS : structures spécifiques du producteur. o SÉRIES ORGANIQUES : regroupe les dossiers résultant d’une même activité.  Les DOSSIERS sont souvent l’unité de base de la description, • quant aux PIÈCES, elles sont les plus petites unités indivisibles matériellement et intellectuellement.

3.3.4.1. -Facilite la recherche -Évite l'arbitraire du classement -Donne toute sa signification au document

3.3.5. Pour apprécier un document, il faut savoir : • Qui l’a produit ? • En quelles circonstances ? • Dans le cadre de quelle procédure ? • Dans quel but (publication ou non) ? • A destination de qui ? • Quand et comment a-t-il été reçu par son destinataire ?

3.3.6. Le classement n'est plus LA tâche première de l'archiviste comme avant. Depuis 40 ans, la collecte des archives contemporaines et les activités culturelles concurrencent le classement dans la hiérarchie des missions.

3.4. 4. Valoriser

3.4.1. Faire connaître le résultat du classement

3.4.1.1. Guides: Idée générale du contenu des dépôts d'archives

3.4.1.2. >Inventaires: Outils plus spécialisés. Ils peuvent être électroniques maisles imprimés restent disponibles dans les dépôts

3.4.2. Organisation d'expositions

3.5. 5. Rendre accessible Et le débat entre accessibilité et protection de la vie privée

3.5.1. Durant les dernières décennies du XXème siècle,↗ des visiteurs avec comme exemple sociotypique le cas des généalogistes.

3.5.2. Un autre phénomène est l'importance de plus en plus présente de la numérisation.

3.5.3. Depuis 2ème 1/2 du XXème: histoire contemporaine ↗

3.5.4. Numérisation ↗

4. III. Les Centres d'archives en Belgique

4.1. Archives publiques: Toutes les archives d'autorités publiques. Elles appartiennent à l'État et doivent lui revenir

4.1.1. Accessibilité: Démocratisation MAIS débat res publica/vie privée

4.1.1.1. Loi de 1955 relative aux archives et modifiée par la loi du 6 mai 2009:

4.1.1.1.1. Documents de plus de 30 doivent être transférés au Archives de l’état

4.1.1.1.2. Exceptions

4.1.2. Lieux de conservation des archives publiques:

4.1.2.1. La justice militaire

4.1.2.1.1. .

4.1.2.2. Les fonds publics (19 dépôts dans le pays dont un dans chaque province)

4.1.2.3. Ministère des affaires étrangères

4.1.2.4. Ministère de la Défense nationale (Musée royal de l'Armée et d'histoire militaire)

4.1.2.5. dans certaines administrations

4.1.2.6. dans certaines communes (AVB, Gand, Anvers, etc.)

4.1.2.6.1. La richesse des archives communales:

4.1.2.7. Les archives de l'État conservent de la

4.1.2.7.1. Communauté française

4.1.2.7.2. Communauté germanophone

4.1.2.7.3. Région de Bruxelles-Capitale

4.1.2.8. Les bibliothèques (ex.: KBR) contenant des sources officielles imprimées

4.1.2.9. L'intérêt des documents parlementaires

4.1.2.9.1. Les annales parlementaires (retranscr. des débats)

4.1.2.9.2. Le compte-rendu analytique (résumé)

4.1.2.9.3. Les documents parlementaires (docs à l'usage des parlementaires, projets sur les amendements, propositions de lois)

4.1.2.9.4. Les PV des réunions des commissions

4.1.2.9.5. La pasinomie: Tous les textes de lois passé au Parlement par ordre chronologique. Texte de loi + en note les réf. à tout les débats qui ont eu lieu.

4.1.2.10. Le Moniteur belge

4.1.2.10.1. Publie l'ensemble des documents officiels

4.1.2.11. Les archives du palais royal

4.1.2.12. Les archives des ministères

4.1.2.13. Le pouvoir judiciaire

4.2. Archives privées (Tout le reste): Peuvent se trouver tant dans des dépôts privés que publics et il n'y a pas de règles spécifiques car le droit de propriété de ceux qui les détiennent est absolu

4.2.1. PROBLÈMES

4.2.1.1. pas simple à localiser

4.2.1.2. forte demande des historiens

4.2.1.3. Exemples

4.2.1.3.1. Archives des cabinets ministériels

4.2.1.3.2. Syndicats, mutuelles (fonctions délégués par l'Etat)

4.2.1.3.3. Archives d'ASBL...

4.2.2. Lieux de conservation des archives privées (dans dépôts privés ou publics):

4.2.2.1. Au siège de l'institution (ou chez la personne) qui les a produits

4.2.2.2. Au niveau fédéral

4.2.2.2.1. AVG-CARHIF AVG-Carhif : Le Carhif

4.2.2.3. En Flandre (4 piliers subventionnées par les autorités flamandes)

4.2.2.3.1. KADOC

4.2.2.3.2. AMSAB-ISG (Instituut voor sociale geschiedenis)

4.2.2.3.3. ADVN (Archief & Onderzoekcentrum) ADVN | archief voor nationale bewegingen

4.2.2.3.4. Liberaal Archief 190.000 documents historiques en ligne - Liberas

4.2.2.4. Fédération Wallonie-Bruxelles

4.2.2.4.1. IEV (Institut Emile Vandervelde) centre d'étude du PS

4.2.2.4.2. beaucoup de choses sur l'histoire du parti libéral et qlq groupes qui gravitent

4.2.2.4.3. CArCoB (Centre des Archives communistes en Belgique) Englobe aussi les mouvements de gauche et d'Xtrm gauche

4.2.2.4.4. Arca (Archives du monde catholique) ARCA ASBL – Association Régionale des Centres d'Accueil

4.2.2.4.5. CARHOP (Centre d'Animation et de Recherche en Histoire Ouvrière et Populaire asbl) Basé sur les archives du mouvement catholique.

4.2.2.4.6. Mundaneum

4.2.2.4.7. Le Fonds d'histoire du mouvement wallon (intégré au Musée de la Vie Wallonne) à Liège

4.2.2.4.8. La Fonderie asbl Musée mais aussi centre de documentation ("Les cahiers de la Fonderie")

4.2.2.4.9. civa.brussels/fondation stichting histoire de l'architecture (XIX-XXème siècle)

4.2.2.4.10. AMVB (Archief en Museum voor het vlaams leven te Brussel) Mouvement flamand à Bruxelles

4.2.2.5. Autres institutions

4.2.2.5.1. Les partis

4.2.2.5.2. Les entreprises

4.2.2.5.3. Les organisations syndicales

4.2.2.5.4. Les archives religieuses, laïques

4.2.2.5.5. Les universités

4.2.2.5.6. Les archives familiales

4.2.2.5.7. Archives étrangères

4.3. Se présenter aux archives : Un démarche que l'on prépare

4.3.1. Réfléchir à l'historique (de l'institution, des acteurs etc.) pour comprendre où peuvent se trouver les archives

4.3.2. Déterminer s'il s'agit d'archives publiques ou privées

4.3.3. Une référence: Patricia Van Eeckhout, Guy Vanthemsche, "Sources pour l'étude de la Belgique contemporaine, Bruxelles, 2017

4.4. Centres d'archives PAR SUPPORTS/MÉDIAS =>Intégration dans des centres d'archives existants =>Création de centres d'archives spécifiques pour: -Les photographies -Les films -Les sources orales/Radio -Les bâtiments et les objets -cartes, cartes postales, dessins, bande dessinée, etc.

4.4.1. Les photographies

4.4.1.1. Centres existants

4.4.1.1.1. Mundaneum

4.4.1.1.2. CEGESOMA

4.4.1.1.3. phototèques dans les universités

4.4.1.1.4. Archives photographiques des agences de presse

4.4.1.1.5. KBR: Le cabinet des estampes (photographies, Affiches, Dessins, gravures, cartes postales...) Digital Viewer by KBR http://www.kbr.be/fr/salles-de-lecture/estampes

4.4.1.2. Centres spécifiques

4.4.1.2.1. FoMu (Fotomuseum à Antwerpen) hjp:// www.daguerreobase.org/fr/#

4.4.1.2.2. Musée de la Photographie de Charleroi www.museephoto.be

4.4.1.2.3. IRPA (Institut Royal du Patrimoine Artistique) www.kikirpa.be

4.4.1.2.4. Journaux et agences de presse

4.4.2. Les films

4.4.2.1. Cinematek (Cinémathèque Royale de Belgique) CINEMATEK -

4.4.2.1.1. Fin du XIXème siècle, militantisme pour l'archivage

4.4.2.1.2. Boleslaw Matuszewski en 1898 va écrire « Une nouvelle source pour l’histoire »

4.4.2.1.3. Initiatives privées, publiques

4.4.2.1.4. Avènement des cinémathèques

4.4.2.1.5. La cinémathèque belge

4.4.2.1.6. Initiative privée : Jacques Ledoux

4.4.2.1.7. Extension en ligne

4.4.2.2. Les Centres

4.4.2.2.1. Centre du film sur l'art (Bruxelles) Le Centre du Film sur l'Art

4.4.2.2.2. FIAF (Fédération Internationale des archives du film)(Bruxelles) International Federation of Film Archives

4.4.2.2.3. IMAJ (Images de la Mémoire Audio-visuelle juive) www.imaj.be

4.4.2.2.4. Fondation Auschwitz (Photothèque & vidéos)

4.4.2.2.5. SONUMA (Société de numérisation et de commercialisation des archives audiovisuelles) : Archives Audiovisuelles + extensions en ligne www.sonuma.be

4.4.2.2.6. INA (Institut National Audiovisuel) www.ina.fr

4.4.2.2.7. European Film Collections : "Filmarchives online" welcome to filmarchives online

4.4.2.2.8. Archives Gaumont & Pathé Gaumont Pathé Archives

4.4.2.2.9. CNC - Archives Française du Film

4.4.2.2.10. European Film Treasures http://www.europeanfilmtreasures.fr

4.4.2.2.11. Cinémémoire (films de famille) Cinémémoire

4.4.3. Les objets

4.4.3.1. MOMU (Mode Museum) www.momu.be

4.4.3.1.1. 25 000 objets (vêtements, chaussures, accessoires, depuis le 16e siècle jusqu’à aujourd’hui) + bibliothèque spécialisée.

4.4.3.2. Musée de la vie wallonne (Liège) Musée de la Vie wallonne | Province de Liège

4.4.3.2.1. 100 000 pièces (accessoires de modes, objets industriels, bibelots, vaisselle, ...).

4.4.3.3. Huis van Alijn: Musée de la vie populaire du XXème siècle (Gent) http://www.huisvanalijn.be/info/la-maison-dalijn

4.4.3.4. Le MRAH (Musées d'art et d'histoire) - Musée du Cinquantenaire - Musée d'Extrême-Orient - Porte de Hal - Musée des Instruments de musique KMKG

4.4.3.4.1. MIM (Musée des instruments de musique) www.mim.be

4.4.3.5. Le MRAC (Musée Royal de l'Afrique Centrale (Tervuren) Home | Royal Museum for Central Africa - Tervuren - Belgium

4.4.3.6. La Fonderie - Musée bruxellois de l'industrie et du travail (Photothèque, objets, histoire orale) www.lafonderie.be

4.4.3.7. Plasticarium/Musée ADAM - Musée privé des plastiques pop de 1960 à 1973

4.4.4. Les bâtiments

4.4.4.1. CIVA (Centre International pour la Ville, l'architecture et le paysage) => Bruxelles C.I.II.III.IV.A

4.4.5. La bande dessinée

4.4.5.1. Centre belge de la bande dessinée (Sablon) www.cbbd.be

4.4.6. Les sources orales/sonores

4.4.6.1. Répertoire des archives orales en Belgique (2007) http://www.memoire-orale.be/PDF/repertoire_oralites.pdf

5. IV. Émergence des nouvelles sources & Ligne du temps des procédés techniques

5.1. Grille d'analyse méthodologique (Marc Ferro)

5.1.1. 1.Critique d'authenticité/esthéticité

5.1.1.1. Réalité ou mise en scène? Authentique ou construction

5.1.2. 2.Critique d'identification

5.1.2.1. Identification de la date de production

5.1.2.2. Identification du support/des matières/de la taille + si document visuel, des personnage, des actions, des lieux

5.1.2.3. Interprétation du contenu (préciser le contenu dans sa spécificité + si nécessaire vis-à-vis de l'ensemble auquel il appartient)

5.1.3. 3.Critique analytique

5.1.3.1. La source émettrice (Qui produit? Réalise? Crée?)

5.1.3.2. Les conditions de production (époque de production, moyens techniques, etc.)

5.1.3.3. La fonction ou finalité de la source (à quoi sert la source?)

5.1.3.4. La fréquence (archive unique ou reproductible)

5.1.3.5. La réception (réception publique mais aussi critique, vente, circulation, etc.)

5.1.4. 4.Spécificités des supports

5.1.4.1. ...à quoi il faut rajouter une analyse des éléments spécifiques liés au support de la source (photographique, film, objet, carte, etc.)

5.1.5. EXEMPLES

5.1.5.1. BD

5.1.5.1.1. "La BÊTE EST MORTE ! LA GUERRE MONDIALE CHEZ LES ANIMAUX" (1944; 1945)

5.1.5.1.2. "C'était la guerre des tranchées" (Tardi, 1993)

5.1.5.1.3. "Putain de guerre; 1914-1915-1916" (Tardi et Verney, 2008)

5.1.5.1.4. // Cas de la satire animalière : - "Animal Farm" (George Orwell, 1945) - "Maus" (Art Spiegelmal, 1980-91)

5.1.5.2. Photographie

5.1.5.2.1. "The burning Monk" (Malcolm Browne, 1963)

5.1.5.2.2. "The situation Room" (Peter Souza, 1er Mai 2011)

5.1.5.2.3. ROUSSEAU, Frédéric, "L'Enfant juif de Varsovie. Histoire d'une photographie" (Paris, Seuil, 2009)

5.1.5.2.4. "Raising the Flag on Iwo Jima" (Joe Rosenthal/the Associated Press, 1945)

5.1.5.3. Film

5.1.5.3.1. Film muet en 8 mm d'Abraham Zapruder (22/11/1963, Dallas, Elm Street, assassinat de JFK)

5.2. Supports visuels

5.2.1. Gravure sur bois (1400)

5.2.2. Premier livre imprimé par Gutenberg (1451; Bible en 1454)

5.2.3. Lithographie (Aloys Senefelder, 1796)

5.2.4. Bande dessinée (Rodolphe Töpffer, 1827)

5.2.5. Carte postale (1869)

5.2.6. Carte postale illustrée (1900)

5.2.6.1. Carte de LIBONIS (1889)

5.2.6.2. Carte postale: "Miss Edith Cavell murdered October 12th 1915 - Remember!" (1915-1930)

5.3. Image photographique

5.3.1. - Photographie/Daguerréotype (1839 nég.; 1841 posit.)

5.3.2. Microfilm (1859 Dagron; 1937 Kodak/Agfa)

5.3.3. "Instant camera (Polaroid en 1948 par Edwin Land; couleur en 1963)

5.3.4. Carte postale photographique (1902, Léon Besnardeau)

5.3.4.1. "Les femmes de l'avenir" (Albert Bergeret, 1902)

5.4. Image cinématographique

5.4.1. Cinématographe (Lumière, 1895)

5.4.2. Kinetoscope (Edison, 1888; breveté en 1892)

5.4.3. Cinéma (24 i./sec. 1927 avec le parlant)

5.4.3.1. Vitaphone Sound Film System (1926-1931)

5.5. De la transmission à l'enregistrement

5.5.1. Radio (1895-1901)

5.5.2. Disque phonographique (1887-commercialisation en 1904)

5.5.3. Magnétophone (1928- commercialisation en 1947)

5.5.4. K7 (Philips, 1962)

5.5.5. Compact Disc (1928 - 1988)

5.5.6. Digitalisation

5.6. Transmission des images

5.6.1. Télévision (1926;exploitation en 1936; commercialisation en 1941 - USA)

5.6.1.1. Spécificités

5.6.1.1.1. Aspect du quotidien et du direct (temps éternellement présent, simultanéité, des distances et des heures sont supprimées même si existence de programmes préfilmés) ; coïncidence entre le temps de l'enregistrement et de la représentation

5.6.1.1.2. Spontanéité, imprévisibilité de ce qui est montré en direct

5.6.1.1.3. Montage permanent (émissions, publicités, séries, etc.) => flux des émissions

5.6.1.1.4. Codification des émissions télévisées: chaque émission a son format, son modus operandi (aussi en fonction des années de réalisation) - journal télévisé, retransmission en direct, etc.

5.6.2. Magnétoscope (1956-1961)

5.6.3. Portapack Sony (1965)

5.7. Image: Ère du personnel

5.7.1. Vidéocassette (1971) & VHS (JVC)(1976)

5.7.2. Caméscope VHS (1985)

5.7.3. Caméra digitale (1975-1990)/ DVD (1995)

5.8. Avènement des réseaux

5.8.1. Ordinateur (1946=> IBM 1952 + microprocesseur en 1971)

5.8.2. Internet (1983/World Wide Web, 1990)

5.8.3. Evolution des supports informatiques ...=>...

5.9. Jeux Video

5.9.1. Création (1962, MIT, Spacewar)

5.9.2. Commercialisation arcade (1972 - Pong/console Magnavox)

5.9.3. Commercialisation d’ordinateurs personnels (1983, Nintendo)

6. V. La numérisation (L'oeuvre d'art à l'ère de la reproductibilité technique, Walter Benjamin)

6.1. "Blow Up" (Michelangelo Antonioni 1966)

6.2. Chronologie de la reproductibilité

6.2.1. -" Il est du principe de l'oeuvre d'art d'avoir toujours été reproductible" -" Vers 1900, la reproduction technique avait atteint un niveau où elle était en mesure désormais non seulement de s'appliquer à toutes les œuvres d'art du passé et d'en modifier, de façon très profonde, les modes d'action, mais de conquérir elle-même une place parmi les procédés artistiques" =>photographie, cinéma,...

6.2.1.1. Repr. technque: (Grecs) Fonte et empreinte

6.2.1.2. Repr. de dessin: gravure sur bois

6.2.1.3. Repr. technique de l'écriture

6.2.1.4. Gravure sur cuivre, au burin et à l'eau forte

6.2.1.5. Lithographique (19ème siècle)

6.3. Les 3 Idées essentielles du livre

6.3.1. Le Concept d'"aura" et les valeurs attachées à l'oeuvre d'art : Valeur rituelle, valeur culturelle, valeur d'exposition

6.3.2. Dans une société de masse, l'avènement de la photographie et du cinéma (et ses conséquences sur la peinture)

6.3.3. Esthétisation de la politique ou politisation de l'art

6.3.4. Notion d'Aura

6.3.4.1. " Ce qui fait l'authenticité d'une chose est tout ce qu'elle contient de transmissible de par son origine, de sa durée matérielle à son pouvoir de témoignage historique. Comme cette valeur de témoignage repose sur sa durée matérielle, dans le cas de la reproduction, où le premier élément - la durée matérielle- échappe aux hommes, le second - le témoignage historique de la chose- se trouve également ébranlé"

6.3.4.2. Questionnement et retour vers l'aura?

6.3.4.2.1. Francis Alÿs, "Fabiola" (2009) (National Portrait Gallery)

6.4. Avantages de la reproductibilité

6.4.1. Technique plus indépendante que la reproduction manuelle

6.4.2. Transport de la reproduction dans des situations où l'original lui-même ne saurait jamais se trouver : rendre l'objet plus proche et le standardiser

6.4.3. Réception collective simultanée

6.4.4. Rend l'oeuvre d'art exposable (valeur d'exposition)

6.4.5. Démocratisation des images

6.5. Quel est l'impact de la reproductibilité technique sur l'art ?

6.5.1. POSTULAT: avènement des avancées technologiques amène une modification de la notion même de l'art

6.5.2. CONTEXTE: contexte marxiste avec une des idées révolutionnaires dans la politique de l'art (anti-fascisme)

6.5.2.1. Valeur révolutionnaire du cinéma/critique du capitalisme

6.5.2.1.1. Critique anti-capitaliste: Montée en puissance de l'Entertainment (déjà vivace aux USA dans les années 1920) auquel l'acteur participe et "favorise le capitalisme des producteurs de films"

6.5.2.1.2. Valeur révolutionnaire du cinéma - déstabilise le monde de l'art par son existence mais ne propose pas de critique révolutionnaire des rapports sociaux ou de propriété (sauf dans certains cas précis - le cinéma soviétique)

6.5.3. Ébranlement de la chose et de la tradition/Aspect destructeur de la tradition

6.5.4. Perte de l'AURA et de l'authenticité

6.5.4.1. "À la plus parfaite reproduction il manquera toujours une chose: le HIC et NUNC, [le] ici et maintenant de l'oeuvre d'art - l'unicité de son existence au lieu où elle se trouve. C'est cette existence unique pourtant, et elle seule qui, aussi longtemps qu'elle dure, subit le travail de l'histoire"

6.5.4.1.1. => Plus de travail des altérations et de processus successifs

6.5.4.1.2. => Remet en question l'authenticité dans son pouvoir de témoignage historique

6.5.4.1.3. => Détache l'objet reproduit de la tradition