Démocratie citoyenne à PONT PEAN

democratie citoyenne

Lancez-Vous. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse e-mail
Démocratie citoyenne à PONT PEAN par Mind Map: Démocratie citoyenne à PONT PEAN

1. Une marche, avec des experts, des débats, des conférences, de la musique, un objectif : de petits villages résilients de 150 personnes, cellules de base de la bio-région

2. Question : des personnes viennent avec leur outillage et les ramènent en laissant la salle disponible et propre. Cela concerne le petit matériel, mais si on veut réparer un vélo, comment faire ? Création d'un autre concept : "ReBike" ou "ReVel" Réparation de vélos pour encourager l'usage du vélo (actuellement recommandé pour éviter les transports en commun, finances mises sur la table par le gouvernement ; soit réparation de vélo gratuit ou en échange d’un service, une part de tarte, etc. Ne faudrait-il pas un petit local atelier mis à disposition par la mairie ?

3. Animateurs Bulloterie en soutien : Sur place et Anthony (com à diffuser…) et Erwan pour le réseau/mise en relation/mails…

4. L'ensauvagement

4.1. dans le sens Retour à l’état sauvage, non domestiqué des espaces partagés ou des jardins privés

4.2. Sources : Histoire d'hier à aujourd'hui - Noe ; http://noe.org/Noe/PresentationNoe/VDEF-NOE-dep-insti-2016-web.pdf

4.3. Différents axes de préservation peuvent être investis dans une commune de façon collaborative, répondant à différents centres d'intérêt. http://spiderwan.free.fr/democratie-participative/axes.jpg

4.3.1. Il y a notamment à la question de la reconnexion http://spiderwan.free.fr/democratie-participative/reconnecter.jpg

4.3.2. Il y a aussi la question de la restauration http://spiderwan.free.fr/democratie-participative/restaurer.jpg

4.3.3. Travail sur une charte partagée https://media.rte-france.com/wp-content/uploads/2019/11/1573729177_jardin-de-noe-10-geste-charte-biodiversite.jpg

4.4. Les réflexions plus larges que cela implique

4.4.1. Mise en place de plans de gestion différenciée

4.4.2. Apprendre à dissocier espace abandonnés et espaces naturels, valorisation de la friche, travail sur le débroussaillage au lieu de la tonte.

4.4.3. la prairie fleurie, pourquoi, comment.

4.4.4. Aménagement des espaces verts, prenant en compte les abris, les nichoirs, "les passages à faune", la gestion es bois morts et le vandalisme

4.4.5. La gestion de l'eau dans ces espaces, phytoépuration, récupération, choix des essences et réflexion sur les aménagement pour l'économiser.

4.4.6. Le compostage, sous ses diverses formes

4.4.7. La question de l'éclairage publique dans ces espaces

4.4.8. La valorisation des espèces locales

4.4.9. la place du traitement phytosanitaire et de la préparation des sols

4.5. La question de la sensiblisation

4.5.1. implication des jeunes

4.5.2. Les chantiers citoyens

4.5.3. les méthodologies croisées

4.5.3.1. l'approche naturaliste

4.5.3.2. l'approche sensible

4.5.3.3. l'approche expérimentale

4.5.3.4. la méthodologie de projet

4.5.3.5. l'approche artistique et plastique

4.5.3.6. la sensibilisation douce ; sentier d'interprétation...

4.6. L'approche conjointe sur les jardin privés !

5. Expérience en temps de Covid-19 vers l'idée de la coopérative avec citoyens bénévoles et experts, la municipalité/élus (lieu et service techniques de la ville), les entreprises, vers une idée du RTE ?

6. Maintenir la mobilisation

6.1. Marche pour demain : Bruded/Association Air.e

6.1.1. Par sa durée et par le nombre, la Marche pour Demain sensibilisera l’opinion publique à la menace environnementale. Longue de 140 km, elle se déroulera en plein centre Bretagne, en été ou septembre 2020 (dates à venir). En 10 jours, elle reliera deux communes exemplaires : Langouët et Tremargat, Langouët, dont le maire maintenant célèbre, fut le premier à refuser la mise en danger de ses administrés en interdisant l’épandage de pesticide à moins de 150m des habitations. Trémargat, remarquable par son parti pris de culture biologique et sa pratique démocratique. Le parcours sera ponctué de débats, d’échanges, d’événements festifs pour faire avancer la réflexion et sensibiliser le plus de personnes à la nécessité d’une vie plus sobre, plus responsable, plus résiliente, plus solidaire. Au bout du chemin, nous lancerons les premières actions d’Air.e et la création de petits villages résilients de 150 personnes, cellules de base de la bio-région que nous souhaitons construire. EN PRATIQUE on pourra randonner une heure, un jour ou 10 jours, à pied, à cheval ou à vélo. Les randonneurs seront abrités dans des salles communales avec sanitaires. Chacun apportera son couchage et sa nourriture (les points de ravitaillement seront indiqués sur la carte). Il sera aussi possible de camper. Nous invitons toutes celles et tous ceux qui pensent que la vie doit triompher à nous rejoindre pour les premiers pas à Langouët !

6.1.2. Publiée dans Bruded L’association air.e, projet de résilience citoyenne, organise une marche de 140 kms en 10 étapes entre Langouët et Trémargat. Son objectif est de “sensibiliser l’opinion publique à la menace environnementale” selon Bernard Ollivier, son président qui est écrivain-voyageur. En pratique, on pourra randonner une heure, un jour ou 10 jours, à pied, à cheval ou à vélo. Le soir, les randonneurs seront abrités dans des salles communales avec sanitaires. Deux autres communes de BRUDED accueilleront les randonneurs : Laurenan le 20 avril et Loudéac le 21 avril. Le parcours sera ponctué de débats, d’échanges, d’événements festifs : ainsi, à Gouarec le 24 avril, il sera possible d’entendre Dominique Bourg, spécialiste suisse mondialement connu du climat. En savoir plus sur l’organisation et le parcours

6.2. Communication : s'articuler autour de trois valeurs : l'empathie : comprendre les usages de ses collaborateurs la personnalisation : proposer des contenus adaptés aux besoins de chacun l'écoute: rester à l'écoute des attentes et des ressentis de ses collaborateurs

7. par quoi commencer

7.1. 01 construction d'une base de données ressources en open source

7.2. 02 constitution d'un groupe de volontaires pour défricher le terrain et constituer une base de travail communicable aux élus - Une base de fonctionnement pour tout projet collectif.

8. 03 Création de temps d'échanges, de formations pair entre pair ; via des ressources humaines extérieures

9. Définir les objectifs de ce travail

9.1. à plus long terme

9.1.1. Sensibiliser les habitants à des problématiques qui gagneraient à être partagées et à impliquer chacun à son niveau en tant qu'usager.

9.1.2. Créer des habitudes de travail, d'échanges, de dialogues chez les habitants afin de pouvoir porter des projets au service du commun.

9.1.3. Implication des citoyens dans les réflexions et les décisions entérinées par le conseil municipal.

9.1.4. Identifier des méthodologies et des outils d’intervention mutualisables et réutilisables.

9.2. A court terme

9.2.1. Acculturer les élus sur les outils qui pourraient être construits pour les soutenir dans la prise en compte de la dimension "démocratie citoyenne" dans le cadre de leur leur mission.

10. identifier des personnes neutres qui aident ponctuellement à porter un regard extérieur, une prise de recul. des SAGES

11. Gouvernance

11.1. 1 - Le conseil de développement

11.1.1. C’est une forme de démocratie participative classique. C’est une assemblée de citoyens, qui se réunit au moins une fois par an ; : les citoyens participent à la vie et aux choix de leur territoire. Pour y participer, il faut en faire la demande auprès de la municipalité - Il formule des avis sur les projets du pays ; - Il se saisit de thèmes qui lui semblent importants et formule des recommandations ;

11.2. 2 - Le Conseil participatif (Kingersheim) . Il est tripartite, composé de citoyens, d'experts et d'élus. L’élu est d’abord animateur, avant d’être un décideur, afin que les réflexions ne partent pas dans tous les sens. Création à partir d'une réunion débat instituante.

11.2.1. Collège citoyen : 40% de volontaires, 20% de personnes directement concernées par le projet et 40% de citoyens tirés au sort. Les membres sont au préalables formés pour saisir les enjeux et s’approprier le vocabulaire lié à la problématique.

11.3. Maison de la citoyenneté (Kingersheim)

11.4. 3 - Pacte civique local (Kingersheim) - citoyens/entreprises/associations/administrations avec valeurs clés du vivre-ensemble : le vivre ensemble : créativité, sobriété, justice et fraternité…

11.4.1. La démocratie ce n’est pas un coup, le temps d’une élection, d’un vote. Elle est continue et renaît à chaque fois qu’apparait un nouveau projet.

11.5. 4 - Commissions thématiques (Saillans)

11.5.1. Entrer dans une démarche de conventionnement

11.5.1.1. être à l'écoute sans pour autant être dans la récupération des projets

11.5.2. Groupe d'actions/Projets - Pouvoir d'agir - mise en œuvre des projets : 4 typologies : 1- un habitant concerné, 2- les élus (écoute), 3- un expert si besoin si on lui donne la parole, 4- un animateur (détecter "le mâle blanc dominant" pour protéger les "timides") : orchestration, maître de la méthode, Process : passer de l'intérêt individuel à des intérêts collectifs hiérarchisés, priorisés et ensuite mettre en route/résolution (rythmes scolaires, compost collectif, place de parking, éteindre les lumières la nuit , sens de circulation, les chiens… mais aussi le PLU)

11.6. 5 - Les Groupe d'Actions Projet (Saillans)

11.7. Témoignages Saillans

11.7.1. 7 commissions thématiques une fois par an - Faire un diagnostic sur la thématique et de déterminer 3 projets concrets, des groupes actions projets - soit 21 projets habitants à conduire par an avec un groupe d'habitants et d'élus - diagnostic pensé et porté par les habitants - 10 à 50 personnes par commission

11.7.2. Cellule de veille - 12 personnes - veille bienveillante et constructive pour répondre aux disfonctionnements et évolution, Ils animent 20 animateurs dont un facilitateur (pas d'antécédent d'animateurs), une évaluation de l'ensemble, aide par un chercheur, entretien individuel par porte à porte (250 personnes), puis l'essaimage

11.8. Écrire une chartre de valeurs et les objectifs

11.8.1. Révision participative du PLU de Saillans/fiche a été rédigée par Démocratie Ouverte en partenariat avec la Banque des Territoires.

11.9. 6 - Conseil des sages (Saillans)

11.10. Pour que cela fonctionne le conseil municipal doit s'engager à

11.10.1. à définir les règles du "jeu" et les respecter.

11.10.2. Soutenir en apportant sa connaissance du territoire et des enjeux transversaux

11.11. Conseil de quartier

11.12. Travailler la contractualisation entre la commune et ces groupes

11.12.1. conventionnement possible pour certains garantissant la légitimité de acteurs et définissant le degré d'engagement de chacun ?

11.12.2. Des groupes peuvent ils être invités à présenter un projet au conseil eux même ?

11.13. Mettre en place la Réserve Communale (les associations + citoyens bénévoles ressource : pharmacien, médecins, boulangers, agriculteurs, transport…) dans le cadre du Plan Communal de Sauvegarde (PCS), mettre en place en sus du DICRIM (doc d'info à destination de chaque habitant), un DICRIM jeunes écrit par les jeunes et pourquoi pas les écoles : objectif : le PCS vient en complémentarité du plan national (DOS-COS). Il est sous la responsabilité du Maire mais il concerne les élus, y compris ceux de l'opposiion, du premier au dernier jour. Ses missions : informer la population sur les risques qui pèsent sur la commune, Planifier, organiser, préparer les intervenants par des exercices dont la Réserve Communale constituée de bénévoles, Alerter la population, vigilance… , Faire intervenir les secours pour éviter les sur-accidents, organiser le confinement, Assurer les services auprès des sinistrés, des confinés… Elaboration de fiches réflexes, de tableau de bord (voir le livre du Général François Vernou, Conduire les opérations communales de sauvegarde.

12. Pistes méthodologiques pour engager le travail et l'entretenir

12.1. Recueil initial des représentations/Les Olympiades de la démocratie

12.1.1. Anticiper certaines problématiques en s'imprégnant des modes d'appropriation des habitants de leur territoire.

12.1.1.1. Aller à leur rencontre.

12.1.1.2. Objectifs : permettre aux citoyens de donner leur vision de leur ville et à devenir co-propriétaire de l’intérêt général et coproducteur de la décision.

12.1.1.3. il est conseillé de partir des intérêts individuels des participants ou des situations du quotidien

12.1.1.3.1. A cette échelle, chacun peut se sentir concerné et imagine facilement son pouvoir d’action et son impact positif ou négatif sur son environnement proche.

12.1.1.3.2. Ainsi l'élargissement du projet au niveau de son échelle et de son impact sur la commune va se construire en accompagnant les débats, la mise en confiance des gens et la valorisation de ce qui est fait.

12.1.2. enquête/questionnaire

12.1.3. sondage

12.1.4. Rencontres/Balades découvertes des quartiers, des espaces patrimoniaux historiques et naturels

12.1.5. techniques de diagnostics

12.1.5.1. diagnostics/points forts/faibles

12.1.5.1.1. Expertise d'usage - chacun expert de sa vie, intéressé par la chose publique

12.1.6. porte à porte

12.1.7. Quel est le profil de l'habitant engagé à la naissance d'un projet citoyen

12.1.7.1. comment arrive t'il ?

12.1.7.1.1. il a un sujet, une problématique, il vient chercher un accompagnateur

12.1.7.1.2. Il est à l'écoute des propositions faites par les accompagnateurs, il s’investit car attiré autant par la forme que le fond.

12.1.7.1.3. Il a un projet, il est prêt à l'engager ou l'a déjà engagé seul ou avec très peu de monde autour de lui, un accompagnateur lui propose son accompagnement pour élargir sa démarche.

12.1.7.2. Pourquoi est il là ?

12.1.7.2.1. l'envie d'agir à l'échelle de la commune.

12.1.7.2.2. Aller à la simple rencontre des autres

12.1.7.2.3. Faire parti d'un groupe

12.1.7.2.4. partager son savoir faire, son expérience, son équipement, ses contacts.

12.1.7.2.5. être utile

12.1.7.2.6. être valorisé, être écouté

12.1.7.2.7. Il souhaite être entendu comme un" expert d'usage"

12.1.7.3. Au delà de sa motivation, il va s'impliquer sous quelles conditions ?

12.1.7.3.1. partage le même engouement

12.1.7.3.2. y prend du plaisir

12.1.7.3.3. se sent légitime

12.1.7.3.4. se sent libre sans jugement de son niveau d'implication - niveau d’implication évolutif et accepté

12.1.7.3.5. pas de stress, pas d'enjeux de rentabilité, sans hiérarchie scrérosante

12.1.7.3.6. rythme adapté

12.1.7.3.7. le temps du projet n'est pas le temps des finances ni le temps politique !

12.2. Outils pour identifier de façon dynamiques les attentes, les forces vives, les compétences.

12.2.1. Tenir le discours de proposer une opportunité d'agir plus que de remplir une fonction !

12.2.2. Ne pas donner le sentiment que le sujet est amené par l'accompagnateur, l'élus

12.2.3. La bulloterie

12.2.4. Les cartes mentales pour structurer progressivement les brainstormings

12.2.5. La question à se poser : cherchons-nous des gens porteurs et acteurs de la dynamique citoyenne qu'il faut soutenir, valoriser, et intégrer à des discussions dans le but d'agir ensemble

12.2.5.1. ou

12.2.5.1.1. cherchons nous des gens pour les fédérer autour de mon objectif, de mon idée perso d'élus....

12.2.6. Trouver des gens si l'initiative ne vient pas d'habitants ou si volonté de grossir le groupe :

12.2.6.1. article journal

12.2.6.2. Article bulletin municipal

12.2.6.3. diffusion flyer via association

12.2.6.4. adhoc dans le bulletin

12.2.6.5. stand forum des asso

12.2.6.5.1. cooptation - bouche à oreille sur les compétences et les centres d'intérêt présents

12.2.6.5.2. animation cartopartie (SIG)

12.2.6.6. Temps fort public festif avec intégration d'une bulloterie et foire aux idées

12.2.6.7. Appel à projet via un budget participatif

12.2.6.8. précautions à prendre peut être

12.2.6.8.1. clarifier les objectifs, les intentions, les attentes

12.2.6.8.2. clarifier rôle, mission, marge de manœuvre

12.2.6.9. Usage des outils numériques

12.2.6.10. Affichages

12.2.6.11. Espace internet d'expression collaborative sur le site internet de la commune

12.2.6.12. Y a t'il déjà des projets exprimés via les asso par ex non centré sur eux même ?

12.2.6.12.1. Le SEL de Pont-Péan est un projet

12.2.6.13. Y a t'il déjà des collectifs d'habitants des initiatives de quartiers qui ont déjà vu le jour.

12.2.6.13.1. Association de quartier : quartier de provence

12.2.6.14. Recherche d'initiatives personnelles à accompagner

12.2.6.15. Mettre en lumière les rapprochement possible entre compétence et besoins de groupes ou asso identifiés

12.2.6.16. La place laissée à la jeunesse

12.2.6.16.1. L'espace jeune connaît bien les groupes de jeunes

12.2.6.17. dans la com ; vendre l'équipe, la mission

12.2.6.17.1. valorisation des projets menés (nettoyage de chemin, fête des voisins, ...)

12.3. outils d’accompagnement pour définir clairement les intentions et les objectifs.

12.3.1. Intentions générales

12.3.1.1. définir des objectifs à court terme pour alimenter la motivation

12.3.2. construction d'échéancier

12.3.2.1. définir des objectifs à moyen terme pour fixer un cap

12.3.2.2. définir des objectifs à long terme ou vers lesquels on tend afin de poser le projet dans un cadre cadre politique, citoyen plus large, invitant à prendre de la distance.

12.3.3. Objectifs de séances ou de séquences

12.3.3.1. Technique du Métaplan

12.3.3.2. les garder en ligne de mire

12.3.3.3. graphique d'aide à la décision

12.3.4. construction d'agenda rétroactif

12.3.4.1. technique du world café/Les cafés Pont-Péannais

12.3.5. outils adopte un commun :Les Communs des Tiers-Lieux

12.4. Créer du lien entre les gens

12.4.1. jeu de la carte du village

12.5. Gestion du groupe

12.5.1. techniques et outils formalisés

12.5.1.1. Débat en étoile

12.5.1.2. Débat mouvant

12.5.1.3. barcamp

12.5.1.4. hackathon

12.5.1.5. Open data camp

12.5.1.6. Ateliers collaboratifs

12.5.1.7. Co-design services

12.5.2. entretenir les échanges

12.5.2.1. agencement de l'espace en cercle

12.5.2.2. Pique-Nique ou repas partagé (Auberge Espagnole)

12.5.2.3. garder une trace ouverte et disponible => 9/ communication

12.5.2.4. garantir la convivialité

12.5.2.4.1. ordre du jour clair - cadrer le timing - partage des rôles - bienveillance - sécurisation des postures et des attitudes - gestion et légitimité accordée aux émotions

12.5.2.5. poser les règles même ludiques de prises de parole

12.5.2.6. rester en alerte, à l'écoute de la petite voix dans le fond

12.5.2.7. Distinguer la réunion d'échange de la réunion de prise de décision

12.5.3. La recherche de consensus suppose

12.5.3.1. création si besoin de sous groupes et de temps de restitution. Surtout si le groupe grossit à plus de 10 personnes: élargir à des sous questions à traiter en sous groupes plutôt qu'à limiter les entrées dans le groupe.

12.5.3.2. pas de perdant, pas de gagnant

12.5.3.3. Dissensus bienveillant

12.5.3.3.1. Veiller à la bienveillance, c’est constituer des relations de confiance, refonder des collectifs de travail et de vie commune, quand la société française est fondamentalement verticale.

12.5.3.4. valoriser ce qui rapproche

12.5.3.5. garder les objectifs initiaux en ligne de mire pour conserver la cohésion

12.5.3.6. Ne pas reposer sur la table systématiquement une décision déjà prise

12.5.3.7. processus en étapes : l'analyse - la délibération - l'arbitrage

12.5.3.8. Laisser le temps, prendre le temps, sans perdre de temps !

12.5.3.9. Il peut y avoir différents niveaux de consensus

12.5.3.9.1. tous ok

12.5.3.9.2. compromis

12.5.3.10. Établir un cadre clair

12.5.3.10.1. débouche sur des actions différentes mais cohérentes entre elles

12.5.4. L'établissement d'une charte de participation

12.5.4.1. Défendre un état d'esprit constructif

12.5.4.2. Chercher à faciliter la mobilisation de tous

12.5.4.3. Encourager le pouvoir d'initiative du Citoyen.

12.5.4.4. Documentation et ouverture continue

12.5.4.4.1. La charte de la participation du public énonce les valeurs et principes définissant le socle d’un processus participatif vertueux. Elle s’adresse à tous les participants (porteur de projet et public) et constitue une aide dans la mise en œuvre du dispositif de participation.

12.6. outils de gestions des échanges , des débats, de la prise en compte et de la "crédibilisation" des avis de chacun.

12.6.1. Clarifier les rôles de chacun

12.6.1.1. Les habitants au cœur de la démarche, mise en œuvre, action. Accepter des degrés d'implication variées. Des citoyens qui se révèlent dans le processus de discussion et en sortent différents.

12.6.1.1.1. Les habitants qui portent le projet : ils sont moteurs et garantissent la concrétisation du projet et de ses actions. Ils ont un esprit fédérateur et sont souvent force de proposition.

12.6.1.1.2. Les habitants qui apportent une aide ponctuelle : leur implication n’est pas régulière mais se fait au cas par cas, pour un « coup de main ». Cette implication se fait souvent en fonction de leurs compétences spécifiques ou d’une demande adressée personnellement.

12.6.1.2. Comment s'appuyer initialement sur des relais sans tomber dans la création de groupes uniquement par cooptation sous prétexte de ne pas construire des groupes trop gros ...

12.6.1.3. Les élus porteurs de projets - un rôle du politique changé : « on ne fait plus pour les habitants, on fait avec eux ; on n’est plus dans un face à face infantilisant mais dans un côte à côte co-productif »

12.6.1.3.1. Les habitants qui participent aux actions organisées : leur implication commence par une participation aux actions ou évènements, mais elle peut évoluer rapidement en une participation plus active.

12.6.1.3.2. valide un projet pour le porter en commission ou au conseil. L'élus est un habitant.

12.6.2. La communication

12.6.2.1. en interne dans le groupe

12.6.2.1.1. les adapter aux habitudes de fonctionnement

12.6.2.2. en direction du conseil municipal

12.6.2.2.1. Structuration : l’élu a est d’abord animateur, avant d’être un décideur, afin que les réflexions ne partent pas dans tous les sens.

12.6.2.2.2. présentation exceptionnel de projets lors de conseil, par uniquement par un élu référent

12.6.2.3. en direction des autres habitants pour informer, inviter à rejoindre, valoriser.

12.6.2.3.1. publication numérique (site, RS)

12.6.2.3.2. affichage selon disponibilité offert à la commune

12.6.2.3.3. mise à dispo sur un pôle ressource

12.6.2.3.4. bulletin municipal - espace dédié

12.6.2.3.5. flyer, main à main

12.6.2.3.6. communiqué de presse

12.6.2.4. Les habitants qui participent aux réunions : ils suivent avec intérêt l’avancée du projet, participent aux rencontres. Ils sont prêts à s’impliquer concrètement dans l’organisation d’évènements ou la réalisation d’actions si on le leur demande, bien qu’ils n’en prennent parfois pas l’initiative.

12.6.2.5. exprimer le besoin d'avoir les gens aux côtés des décideurs - responsabiliser

12.6.2.5.1. L'accompagnateur, le médiateur, le concierge (terme utiliser dans les tiers lieux), en charge du suivi global, anime les échanges, soutient technique ou méthodologique, menant le groupe vers une certaine autonomie de fonctionnement. Position pyramidale à proscrire.

12.6.2.6. valoriser les grandes comme les petites réussites

12.6.2.7. Valoriser pour entretenir le turnover et donc la pérennité si l'on est dans un projet ayant l'ambition de s'installer sur la durée

12.6.3. structurer le fonctionnement, les horaires de rencontres, les supports pour échanger.

12.7. Maire de Kingersheim dans le Haut-Rhin depuis 1989, Jo Spiegel implique les habitants dans les décisions qui concernent leur ville. Convaincu que le suffrage universel donne la légalité, mais pas toujours la légitimité, il cherche à réunir ces deux composantes essentielles de l’action publique.

13. Définitions

13.1. se les noter sur un word et à partager sur un framadat une fois les serveurs soulagés

13.2. La démocratie participative se caractérise par un ensemble de dispositifs qui visent à assurer une forme de participation des citoyens et des organisations de la société civile dans un processus décisionnel de politiques publiques, soit qu'ils aient pris la parole de leur propre initiative soit qu'ils aient été sollicités pour le faire. L'idée sous-jacente est la construction d'une réponse collective à une question particulière.

13.3. Pourquoi soutenir l’innovation démocratique ? Parce que pour une transformation écologique, économique et sociale de nos sociétés nous devons passer également par une transformation démocratique. Parce que la démocratie participative travaille à transformer la démocratie au local, pour que les citoyens puissent décider dans leur commune/ leur territoire.

13.4. ll existe une participation citoyenne de type descendante, où les pouvoirs ouvrent des espaces de dialogue et d’explication, dans une logique de l’offre. Cette participation descendante doit s’améliorer dans ses modalités, mais quoiqu’il en soit elle présente une limite très forte car elle recrée de la représentation : certaines personnes parlent au nom des autres, elles sont reconnues de par leur capacité à participer, qui ne fonde pourtant pas leur légitimité.

13.5. L’autre forme de participation citoyenne est ascendante, fondée sur la demande : il s’agit d’une conquête de pouvoir par des gens qui habituellement n’en ont pas, à l’image des expériences de community organizing. Il est alors possible de faire émerger une capacité autonome et propre en fonction de la demande des citoyens, à partir de l’expérience. Il reste néanmoins un risque de captation par les responsables de l’organisation communautaire. Cette forme de participation présente en outre des limites lorsqu’il s’agit de passer du constat aux solutions, en articulant l’action avec les moyens existants.

13.6. Quelques exemples témoignent d’un manque d’ouverture aux citoyens dans les politiques publiques, Par les politiques de décentralisation notamment, l’intercommunalité sous sa forme actuelle pose problème. Elle se présente comme un ensemble de services publics peu compréhensible pour le citoyen , elle n’est pas un vecteur de démocratie et a plutôt tendance à isoler les élus dans une posture de gestionnaires.

13.6.1. Une organisation démocratique efficace, voire la plus efficace : nous avons besoin de montrer que l’adhésion obtenue par les voies démocratiques, participatives et locales permet de mener des projets au succès, mieux que des formes d’actions plus autoritaires. Il s’agit pour les élus de travailler à la calcification du corps social et aux liens entre chaque habitant, plutôt que de faire les choix à la place des autres parce qu’ils ont un mandat représentatif. Seulement ce chemin est long et requiert un investissement certain, pour faire évoluer la formation des élus, leurs méthodes de travail, et leur culture.

14. Expériences abouties

14.1. Jo Spiegel - Kingersheim 13 151 habitants

14.2. Vidéo Jo Spiegel, maire de Kingesheim sur la mise en place de la démocratie

14.3. Tremargat (199 habitants)

14.4. Saillans - 1250 habitants - approche citoyenne par les habitants

14.4.1. Prendre le pouvoir pour le partager - Démarrage de la démocratie ou pouvoir d'agir à Saillans

14.4.1.1. Banque des territoires/PLU

14.5. Hédé-sous-Bazouges (2 247 habitants)

14.6. Langouët (635 habitants)

14.7. Guichen (8 888 habitants) - vision classique

14.8. Grande Synthe (25 012 habitants) avec Damien Carême

15. Dossier PDFou Vidéo

15.1. La participation citoyenne dans nos villages c'est possible ! (par GRAINE Centre) https://urlz.fr/c7r9

15.2. "La Petite République de Saillans" une expérience de démocratie participative de Maud Dugrand - extrait Published on Feb 6, 2020 © Éditions du Rouergue, 2020

15.3. Une thèse sur Les nouveaux enjeux de la démocratie participative locale : pratiques et usages de la participation citoyenne à Nancy et au Conseil général de Meurthe-et-Moselle https://urlz.fr/c9Va

15.4. Ressources BRUDED, association regroupant des collectivités Bretonnes dont nous sommes adhérents Dossier spécial municipales n°5 « Démarches participatives et gouvernances »

15.5. Boîte à outils participation CITOYENNE : https://urlz.fr/c9Vk

15.6. Enquête de 2016 : Etat Edes lieux des pratiques de démocratie des lieux des pratiques de démocratie locale : https://urlz.fr/c9VU

15.7. Guide des outils pour Agir : https://urlz.fr/caWD

15.8. L'idée presque de la coopérative en gestation, réémergence d'ancien métier, relocalisation : Une mobilisation citoyenne massive, le concours de l’éco-fablab et un coup de pouce logistique de la Ville : en une semaine, un atelier informel mais quasi-industriel de confection de blouses est sorti de terre à Kingersheim

15.9. L'atelier collaboratifs : tous les outils (voir plus haut également sur les outils) : Briser la glace, générer des idées, partager la vision, résoudre des problèmes, prioriser, décider, faire le bilan,

16. pourquoi cette carte ?

17. Évaluation du travail engagée

17.1. se faire accompagner par des asso spécialisée

17.1.1. Home

17.1.2. Scop L'Engrenage

17.1.3. Accueil | Réseau Ecole et Nature

17.2. Quand ça ne fonctionne pas ? Pourquoi échec ?

17.2.1. Le lieu est il assez valorisé, pas de collectif qui marche, pas d’enclenchement collectif positif

17.2.2. l’organisation est elle bloquante, le mode de fonctionnement est il empêchant ?

17.2.3. L'Entrée initiale fut elle la bonne ?

18. Le financement

18.1. Subventions

18.2. Mécénat - partenariat

18.3. Dons

18.4. Financements participatifs

18.4.1. Budget participatif communal - 5 étapes

18.4.1.1. Crowfounding complémentaire selon projet

18.4.1.1.1. Accompagner des actions citoyennes suscitant le questionnement et pouvant servir de point d'émergence à du débat

18.4.1.2. Etape 1 : Le citoyen propose (formulaire), Etape 2 : La collectivité étudie, Etape 3 : les citoyens défendent leur projet (Soutenance, Pecha Kucha publique), Etape 4 : Les habitants votent (en physique court terme, numérique long terme), Etape 5 : L’annonce du projet lauréat, valorisation projet et porteurs de projet avec plan d'action)

18.4.1.2.1. Le conseil citoyen mixte peut servir à l'élaboration des projets (étape 1 et 3)

18.4.1.2.2. Etape 2 : qui étudie ?

18.4.2. Fonds d’Initiatives Citoyennes (FIC) dont la vocation est de soutenir toute initiative citoyenne d’intérêt général ou des conseils participatifs qui servent à élaborer toutes les grandes décisions de la commune.

18.5. Pacte du Pouvoir de Vivre

18.5.1. Pour un budget du Pouvoir de Vivre

18.6. Est ce que le modèle de Revenu de Transition Ecologique et Sociale peut être une proposition a ce pacte ?

18.6.1. Fort potentiel d'engagement

18.6.2. A qui cela pourrait il être ouvert ?

18.6.2.1. Jeunes 14-18 ans 18-25ans ???

18.6.2.2. Plus de 65 ans

18.6.2.3. Est ce que les actifs peuvent y prétendre ?

18.6.2.4. Aux personnes ne pouvant compter que sur les minima sociaux pour vivre ?

18.6.3. Nécessité de monter une fiche projet prête pour l'élaboration budgétaire de fin d'année

18.6.4. Quels en serait les conditions d'accès : formulaire/projet ?

18.6.4.1. Etude du service rendu ?

18.6.4.2. Estimation du volume horaire envisagé ?

18.6.4.3. Quels typologie de travaux seraient acceptés ?

18.6.4.3.1. Nettoyage

18.6.4.3.2. Entretien espace vert

18.6.4.3.3. Jardinage

18.6.4.3.4. Missions CCAS

18.6.5. Instance d'attribution et de contrôle

18.6.5.1. Constitution d'un jury citoyen mixte renouveler chaque année

18.6.5.1.1. Citoyens tiré au sort ?

18.6.5.1.2. Elus volontaires ?

18.6.5.1.3. Agent municipal ?

18.6.5.2. Fréquence du jury

18.6.5.2.1. Récurrence sur l'année à raison de 4/5 commission d'attribution pour laisser du temps au jury d'effectué sa mission de vigilance

18.6.6. Plafond des enveloppes attribués ? L'idée serait d'avoir des missions citoyennes pour complément de revenu. Le plafond pourrait être de 1500 euros/an, assez pour être incitatif auprès des jeunes et des retraités

18.6.6.1. Quid de l'attribution, quels formes : chèque imposable ? Bons d'achats sur les commerces pontpéanais > Monnaie locale ?

18.7. Exemple d'un appel à projet : Médiations et démocraties culturelles : thème de l’appel à projets de la Fondation Daniel et Nina Carasso

18.8. Budget citoyen

18.9. Appels à projet

18.10. doit faire l'objet d'une réflexion dès le début

19. lancer le projet publiquement

19.1. Mise en place d'une statégie d'ouverture et de communication pour lancer la dynamique ...

19.1.1. Distinguer les dynamiques purement citoyennes et les commissions régaliennes - l'articulation entre elles.

19.1.2. Identifier les thématiques que les habitants souhaitent travailler

19.1.2.1. Faire connaitre la démarche dans un climat de confiance

19.1.2.2. Clarifier et expliquer le mode de gouvernance locale

19.1.3. Organiser ou déléguer l'organisation des dynamiques naissantes

19.1.4. Identifier de façon démocratiques des personnes intéressées pour suivre une problématique apportée par les habitants ou les élus.

19.1.4.1. Accompagner au niveau méthodologique ces dynamiques pour les rendre viables - proposer un cadre.

19.1.5. Construire le cadre qui permettra à ces dynamiques d'influer sur la vie de la commune, en cohérence avec la politique et les valeurs initiales défendues.

19.1.6. Initier une mobilisation initiale

19.1.6.1. Fête de la citoyenneté = événement fédérateur

19.1.6.1.1. Une soupe party

19.1.6.1.2. sensibilisation ludique

19.1.6.1.3. Action concrète, chantier

19.1.6.1.4. enquête publique par un crieur de rue

19.1.6.1.5. Le Crieur public - Le Criporteur

19.1.6.1.6. tenus de stands

19.1.6.1.7. fédérer des asso d'action citoyenne locale

19.1.6.2. Une expo ? Un affichage collaboratif

19.1.6.2.1. Lancer un projet de graphisme à l'école PP

19.1.6.3. Mobiliser et diffuser des fonds d'expos thématiques (Ademe, les Petits débrouillards, CRIDEV...)

19.1.6.4. Visite de son territoire d'une autre manière

19.1.6.4.1. balade sonore

19.1.6.4.2. Projet artistique collaborative = la fabrique chimérique

19.1.6.4.3. Cartopartie, cf openstreetmap

19.1.6.4.4. Expérience d'inside out

19.1.6.4.5. Atelier enfants "J'aime, j'aime pas, j'aimerais"

19.1.6.5. Conférence - personnes référentes identifiées

19.1.6.5.1. Jo Spiegel

19.1.6.5.2. Scientifiques de L'OSUR

20. Chronophage et installé sur la durée ; qu'apporte ce processus démocratique dans la prise de décision, le travail de l'élu.

20.1. Les grands objectifs sous jacents

20.1.1. Améliorer la gestion

20.1.1.1. Améliorer la conception, la prise de décision et la mise en œuvre des projets d'intérêt général grâce au débat et l'échange.

20.1.1.2. «bien gérer, c’est gérer avec». La participation permet d’ajuster les politiques publiques pour être au plus près des besoins des habitants.

20.1.2. Transformer le rapport social

20.1.2.1. Créer un lieu de convivialité, d'échange, de médiation, renouvelant le lien social entre les parties prenantes d'un projet.

20.1.2.2. Produire du lien social, optimiser les processus opérationnels en construisant l’acceptabilité des projets, légitimer à nouveau la démocratie représentative, démocratiser la démocratie etc.

20.1.3. Renouveler la démocratie

20.1.3.1. Créer un consensus minimum / fabriquer l’acceptabilité. La décision n’est plus le seul fait des élus, elle est partagée et discutée avec les citoyens. Ceci permet de la faire accepter plus facilement

20.1.3.2. Modifier les rapports entre acteurs " agissant " et usagers " subissant " de manière à trouver les solutions durables que les acteurs s'approprient.

20.1.4. Changer de Cap

20.1.4.1. Introduire l'économie de la fonctionnalité vers une société énergétiquement sobre et socialement responsable : Introduire le RTE (Revenu de Transition Écologique): le travail reste un fort facteur de reconnaissance sociale, et peut encore être un facteur d’épanouissement.; La transition s’appuie précisément sur le besoin urgent d’emplois rémunérés et de productivité dans des secteurs clés bien repérés (agriculture, santé, séniorisation…) .

20.1.4.2. Introduire l'économie circulaire. Sortir d'une économie linéaire vers une économie circulaire en commençant par le niveau local (urbanisme…) il faudrait passer du schéma je prends ; je consomme ; je jette, à celui de : je réduis, je recycle, je réutilise, je répare pour rester dans les limites de ce que la Terre peut supporter ; et cesser d’extraire plus que le temps nécessaire à sa régénération. Donc en limitant les flux d’énergie au niveau des intrants. Nous avons besoin de repenser la mobilité, les circuits-courts, les constructions (avec moins de béton et plus d’espaces végétalisés et de panneaux solaires et autres renouvelables à la fois). Ce sont tous les métiers qui sont à revoir sous le prisme de l’urgence, à commencer par l’agriculture, la logistique, la santé et l’habitat. Tout cela implique une approche citoyenne.

20.1.4.3. C’est au niveau local que se fait déjà et se fera la résilience, avec les entreprises, ONG, collectivités de terrain qui font déjà souvent le travail de la transition en cours, mais qui ne sont pas suffisamment aidées aujourd’hui, financièrement et dans la valorisation de ce qui se joue en termes de création de richesses et d’innovation sociétale.

20.1.4.4. Introduire le RTE (Revenu de Transition Écologique) comme à Grande Synthe : de nouveaux métiers, compatibles avec une empreinte écologique faible. Ces initiatives s’organisent autour de communs à protéger, sur des territoires bien identifiés. Ce sont aussi des communs sur chaque territoire qu’il s’agit de repérer (eau, forêts, ressources naturelles), pour les protéger et en s’appuyant, ce qui est fondamental pour son acceptabilité, sur les dispositifs et ressources humaines déjà existantes : collectifs de citoyens engagés, élus motivés, municipalités, associations actives et ONG. À Grande Synthe, les économies liées à l'éclairage financent par exemple le RTE.

20.2. Identifier les freins : Les freins à la « transition », il faudrait dire plutôt les freins au nécessaire basculement désormais dans une société écologique et solidaire, sont d’ordre psychologiques, mais aussi idéologiques et politiques.

20.3. La position de l'élu est double dans ce processus

20.3.1. il est élu

20.3.1.1. il est en faveur de projets d'habitants

20.3.1.2. il est pour dynamiser la vie locale

20.3.2. il est habitant

20.3.2.1. sa charge des responsabilité est importante mais il souhaite être épaulé, déléguer ou du moins trouver une certaine légitimité dans ses prises de décisions

20.3.2.2. il souhaite contribuer à dynamiser la vie locale

20.3.2.3. être acteur

20.4. Ce que cela lui apporte.

20.4.1. L'enjeu est d'accroitre la confiance accordée aux élus et aux institutions.

20.4.2. Ne pas partir seul sur un "chantier"

20.4.3. C'est une source de cohésion sociale

20.4.4. Cela contribue à lutter contre intolérance et les replis identitaires

20.4.5. Crédibilise sa mission de par son écoute

20.4.6. Trouve un moyen de légitimer et d'argumenter une prise de décision car fruit d'un travail partagé ou soucieux d'émerger de travaux de concertations ouvertes

20.4.7. Un moyen de se former rapidement et de cerner une problématique

20.4.8. Partager une culture, un langage commun

20.4.9. bénéficier de ressources - de compétences extérieures pour co-construire

20.4.10. Se rassurer, se motiver, dépassant les phases de doutes qui caractérisent souvent ce type de missions.

20.4.11. être accompagné pour ne pas s'user, installant les projets sur la durée mais assurant leur solidité et leur pérennité

20.5. il est un habitant, il est un collectif d'usagers il est une association

21. De nombreuses dynamiques d’engagements citoyens se sont développer de multiples manières depuis des années. Ces dynamiques, en se structurant, tendent à se faire identifier aujourd’hui sous le nom de TIERS LIEUX

21.1. Un tiers lieu, qu’est-ce que c’est ?

21.1.1. un espace, un lieu

21.1.2. un collectif, une communauté

21.1.3. un lieu où l'on produit des chose en collaborant

21.1.4. On a le souci de documenter pour soi et les autres

21.2. un tiers-lieux-edu-kesako.pdf

21.3. Movilab, l'encyclopédie libre des Tiers Lieux :Movilab.org

22. Les dimensions Transition et secteurs sociaux économiques à investir Conseil citoyen mixte

22.1. La RTE Revenu Transition Écologique en lien avec des microfermes de maraîchage sur la base de la permaculture

22.2. Utilisation d'un lieu partagé, peut-être en lien avec la Banque alimentaire, ou Épicerie solidaire, ou autre, (voir les liens avec la halle des petits producteurs et la création de liens sociaux/ coopérative pour retrouver des emplois

22.3. La démarche éco-travo écoTravo est un service public de conseils en rénovation énergétique.

22.3.1. C'est quoi éco-travo écoTravo ? Dispositif de Rennes Métropole pour aider à la rénovation des logements - Aide financière de prise en charge d'une partie du coût de l'audit Thermique (800 € TTC) - Aides financière si la rénovation atteint le niveau "BBC Rénovation" (7 000 € + à définir)

22.3.2. Que peut on faire ? - Regrouper les demandes de travaux pour diminuer les coûts; - Cibler les professionnels de Pont Pean pour effectuer les prestations ...

22.3.3. Création d'un groupement d’entreprises pouvant intervenir sur des projets de rénovation groupés

22.3.3.1. Bureau d'études éco-travo

22.3.3.1.1. DIDOME (Pont Pean)

22.3.3.2. Isolation/doublage

22.3.3.2.1. E.F.M.P (Pont Pean)

22.3.3.3. Plomberie chauffage

22.3.3.3.1. Jerome Chapon (Bourgbarre)

22.3.3.4. Architecte

22.3.3.4.1. Emmanuelle Henrio (Laille)

22.4. Repair'Café

22.4.1. Porteurs de projet : Caroline, Fred? et Stéphanie

22.4.2. Où ? Une salle municipale une fois par mois, la réserver sur le tableau, chez M. Delamarre (location, prêt…?) ou au Café (un des cafés de Pont-Péan, en rotation…?)

22.4.3. Concept : un rendez-vous à date régulière une fois par mois pour réparer un "matériel" , économie circulaire ; réparer, un des 4/5 R : Réduire, Réutiliser, Réparer, Recycler… moins d'hyper-consommation = moins de GES (Gas à Effet de Serre) et réduction des dépenses

22.4.4. Récurrence : par exemple tous les 2e samedi du mois le matin (voir expérience de Bruz avec Stéphanie

22.5. Les Incroyables comestibles

22.5.1. Porteur de projet : Nicolas

22.5.2. Concept : s'inspirer de l'expérience de la ville anglais de Todmorden à côté de Manchester

22.5.2.1. la fabuleuse aventure Incredible Edible a commencé, dans l’ancienne cité industrielle en déclin, la ville de Todmorden, près de Manchester. Par le seul changement de regard, quittant la croyance erronée que tout est séparé et conflictuel dans la vie, conduisant à la précarité, au chaos social et à l’exclusion, les habitants se sont reconnectés les uns les autres avec la Terre nourricière.

22.5.2.2. Ils ont fait la paix avec eux-mêmes et avec les autres. La sérénité retrouvée, ils ont pu faire l’expérience de l’abondance partagée avec les incroyables comestibles. Ils vous attendent dans leur nouvelle ville devenue rayonnante de joie de vivre. Après les récoltes de la co-création de l’abondance partagée, les jardiniers citoyens autonomes, libres et souverains, savent se transformer en cuisiniers pour savourer les incroyables comestibles. Et ces cuisiniers peuvent aussi devenir musiciens, pour accueillir les personnes aimantes et bien intentionnées qui viennent les voir du monde entier, à longueur d’année. Et chaque nouvelle visite est l’occasion de faire la fête dans le cadre inédit de ce Nouveau Paradigme.

22.5.2.3. On vient de partout des quatre coins de la planète pour voir et découvrir la réalité de ce nouvel art de vivre de l’abondance partagée dans les communautés apaisées du Royaume-Uni. C’est le fameux « Todmorden Trip », le voyage à la Cité qui a donné naissance aux « Incredible Edible ». Certains visiteurs disent qu’on se croirait comme dans un rêve… non, c’est bien la réalité. Il n’y a qu’à se servir pour goûter la saveur des incroyables comestibles cultivés avec bienveillance par les habitants eux-mêmes et offerts à qui les veut en « Food To Share », la nourriture à partager, gratuite, pour tous, à vie !

22.5.2.4. Et ce que les habitants de Todmorden vivent aujourd’hui, chacun peut le vivre par le seul changement de regard. La réponse ne vient pas de l’autre, mais de soi-même. Nous sommes les co-créateurs de notre réalité.

22.5.3. Donner un autre nom ou adhérer aux incroyables comestibles France ?

22.6. Les gardiens du Jardin

22.6.1. Porteur de projet : Nicolas

22.6.2. Le principe des "Villes en Transition" : Le principe de la ville du Devon UK Totnes, celui qui n’a pas de jardin mais veut jardiner va chez celui qui a un jardin mais ne jardine pas ou qui veut aider une personne âgée qui ne peut plus l’entretenir…

22.6.3. Questionnement sur la bonne mise en application pour éviter les abus vs les personnes âgées. Création d'une charte engagement/parrainage… ? Veille des voisins ?

22.7. On pourrait ajouter l'idée des ateliers des petits jardiniers

22.8. Animateurs

22.8.1. Animateurs associations : Caroline et Fred : Cartographie des associations selon le modèle Japar - ITW Dominique (voir doc envoyé par Evelyne, soit statut, presse, CR interviews, et surtout évaluation des potentialités

22.8.2. Animateur législation/Reglementation, Assurances type Tiers lieux, expérimentation = veille juridique, trouver modèles pour les formes libres : Stéphanie

22.8.3. Mise en place de la gouvernance et soutien communication : Evelyne (articles…) et Anthony (publications site internet RV, suivi, états des lieux/publications de la bulloterie… invitations…)

22.9. Lieux de réunion potentiels

22.9.1. 1- Une salle municipale mais si pas possible mais difficultés, réservation, entre assos…

22.9.2. 2- Dans un Café Pontpéannais, à tour de rôle, avec leur accord, démarrage d'un concept présentation avec une bulloterie, autour d'un café, sur une base de 10 personnes (respect des consignes déconfinement Covid-13. Caroline regarde possibilités après la réunion hebdomadaire du lundi, si possible à La Paillette le dimanche matin ou un autre jour/soir ?

22.10. Le poulailler-Verger

22.10.1. Porteur de projet : Didier

22.10.2. C'est quoi l'idée : - Investir des espaces communaux "mal utilisés" ou "pas utilisés" pour animer l'esprit de convivialité entre habitants - Pouvoir en faire un poulailler/verger : les petites poules mangent les vers des premières pommes tombées et ainsi éviter la propagation des parasites et évitent ainsi l'usage des produits phytosanitaires (voir site Nepp vidéo sur l'article Permaculture ou prendre la nature comme modèle). Fruits à partager, en plus belle floraison des pommiers au printemps/paysage

22.10.3. Commencer en regardant en premier lieu avec ses voisins proches d'un espace "délaissé" ou en commun > meilleure acceptabilité ; pas de coqs

22.10.4. Les idées sous-jacentes : - Recycler les déchets ménagers (les poules ça mangent les épluchures ...); - Partager la production des œufs entre les acteurs et la future banque alimentaire et/ou les habitants investis si problème réglementation, - Zéro Phyto

22.10.5. JOURNAL :

22.10.5.1. 01/05/20 : - Terrain "potentiel du projet pilote" trouvé (terrain communal délaissé, mitoyen avec 3 voisins - 3 voisins de d'accord pour le poulailler et le jardin partagé. - A priori le comité des fêtes pourrait prendre en charge la construction du poulailler si les matériaux sont fournis (avis d'un adhérent au comité des fêtes).

22.10.6. Règlement de fonctionnement (proposition)

22.10.6.1. - Le poulailler/jvergerfonctionne de manière collaborative, il est géré par un groupe de personnes habitant à proximité immédiate du terrain qui peuvent se regrouper inter-quartier pour partage d'omelette et de tomates ... - Les poules doivent être nourries et abreuvées tous les jours, leur espace de vie doit rester propre. Les participants doivent suivre une petite avant d’être autonome, certains ont déjà une expérience et peuvent aussi la partager. - Une attention particulière est accordée à la nourriture pour avoir des œufs de qualité. - Un % des récoltes (oeufs, légumes ....) sera remis à la banque alimentaire.

22.10.6.2. Le guide des poules : https://drive.google.com/open?id=1W4Hk0FERJh5djcWO21TXIGigFzZZEBFN

22.10.7. Les intéractions

22.10.7.1. Projet Pilote

22.10.7.1.1. Comité des fêtes : Construction poulailler ?

22.10.7.1.2. Banque alimentaire : Estimation besoin nb de panier ? (* le Nb de projet pour atteindre le Nb de paniers)

22.10.7.1.3. Jardinier : Design du jardin (technique du jardin en carré ?) pour 3 familles + banque alimentaire (1 panier par semaine ?)

22.10.7.1.4. Municipalité : Réglement de fonctionnement ?

22.10.7.1.5. Financement : Prise en charge des matériaux de construction du poulailler