CRISE DES SUBPRIMES

crise des subprimes

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
CRISE DES SUBPRIMES par Mind Map: CRISE DES SUBPRIMES

1. acteurs: QUI EST RESPONSABLE?

1.1. agences de refinancement

1.1.1. noter les CDO en triple A

1.2. banques

1.2.1. souhaitent se débarasser à tout prix des crédits & des stocks (du risque)

1.2.1.1. profitent de la titrisation pour se débarrasser des crédits en cachant les bons

1.2.1.2. sous-estiment le risque

1.2.2. ø rationnelles & logique spéculative - ORLEAN

1.2.3. banques titrisent dans l'optique de soulager leurs bilans (sortent les créances)

1.2.4. responsabilité des banques

1.2.4.1. asymétrie de l'information : principal cache des informations à l'agent

1.2.4.1.1. qui est l'agent?

1.2.4.2. transfèrent les CDO vers une sphère moins règlementée (hedge funds, OPCVM, SICAV...)

1.2.4.3. mélanger volontairement des titres avec niveaux de risques différents en les présentant comme stables

1.2.4.4. avec baisse des taux d'intérêts, banques moins regardantes des qualités des emprunteurs

1.2.4.4.1. banques hypothécaires : ont multiplié les crédits aux ménages NINJA

1.2.5. abus moraux sur le too big to fail

1.3. compagnies d'assurances

1.4. Hedge funds

1.5. ménages qui ne connaissent rien au système financier

1.5.1. agents irrationnels dans leur globalité DE BONDT: sur réagissent donc les cours varient avec les réactions des agents SHILLER

1.5.1.1. bank run est une prophétie auto-réalisatrice

1.5.1.1.1. panique bancaire renforcée par la qualité médiocre des créances

1.5.2. remise en cause des modèles d'utilité espérée: où les individus traitent parfaitement l'information

1.5.2.1. kahnemann & tversky : remise en cause des jugements de probabilité des ménages: mènent à des erreurs

1.5.2.1.1. biais cognitifs

1.5.2.1.2. information heuristique

1.5.2.2. paradoxe d'allais

1.6. agences de notation

1.7. STIGLITZ ET GROSSMAN : les intermédiaires financiers veulent battre le marché

2. CARACTERISTIQUES DU MARCHE FINANCIER

2.1. fonctions de la finance

2.1.1. selon Giraud

2.1.1.1. développer 2 3 4 (arthur)

2.2. très divers selon les acteurs PETERS

2.2.1. très hétérogène à échelle micro

2.2.2. homogénéisation à échelle macro

2.2.3. certains n'y connaissent rien

2.2.3.1. d'autres abusent de cette naïveté

2.3. opacité du marché financier

2.3.1. la bourse devient polluée

2.3.1.1. titres souvent mélangés & recomposés - donnent lieu à des actifs spécifiques (ex CDO) : millefeuilles financiers (visibilité difficile) obtiennent triple A

2.3.1.1.1. origines variées des actifs- composants

2.3.1.2. crise de la complexité bancaire qd valeur des CDO s'effondre

2.3.2. instruments de gestion des risques

2.3.2.1. modèles utilisés ne prennent pas en compte la probabilité d'un évènement imprévisible : cygne noir TALEB

2.3.2.1.1. donc prise de risques excessifs

2.3.3. informations pour décisions financières

2.4. très capitaliste

2.4.1. définition

2.4.2. cas de capitalisme anglo-saxon

2.4.3. dangers dans la mesure où il fait triompher la cupidité STIGLITZ

2.4.3.1. cupidité des banques: salaire moyen par employé GS & JPM de 530k $

3. DEROULEMENT DE LA CRISE

3.1. CONTEXTE en amont

3.1.1. marché financier

3.1.1.1. prises de risques

3.1.1.2. instabilité des taux de change & taux d'intérêts

3.1.1.2.1. alimente le besoin de couverture & d'assurance : on veut se couvrir contre les variations de cours

3.1.1.3. modus operandi des banques

3.1.1.3.1. banques allouent beaucoup de subprimes

3.1.1.4. laxisme progressif au niveau de la régulation BOURGUINAT

3.1.1.5. 3D & globalisation financière

3.1.1.5.1. globalisation financière a alimenté l'instabilité mondiale (KOSE)

3.1.2. INNOVATIONS FINANCIERES

3.1.2.1. produits structurés SUBPRIMES

3.1.2.1.1. x7 entre 2002 et 2007

3.1.2.2. produits dérivés

3.1.2.2.1. contrats à termes

3.1.2.2.2. options

3.1.2.2.3. credit default swap: contrats dérivés échangés sur les marchés de gré à gré; ø garantie

3.1.2.2.4. titrisation : transformer une dette en titre en la sortant du bilan

3.1.2.3. titrisation & mutualisation

3.1.2.3.1. dangers

3.1.2.4. aléa moral & asymétrie de l'information: grosse baisse dans le rôle d'expertise du risque de la part des banques

3.1.2.4.1. sélectionne moins les crédits: diminution de l'aversion au risque

3.1.2.5. source d'instabilité PLIHON

3.1.2.5.1. prise de risques excessifs : aléa moral

3.1.3. pratiques dangereuses mais génératrices de croissance

3.1.4. problème de croyance en l'auto-régulation du marché BOYER

3.1.5. 2006

3.1.5.1. taux d'intérêt faibles

3.1.5.1.1. BERNANKE: excès d'épargne mondiale - gonflement des réserves de change placées en bons du Trésor aux US - pression à la baisse sur les taux d'intérêts & écrasement des primes de risques: gonflement des bulles financière & immobilière

3.1.5.1.2. krach an 2000 & récession 2002-2003

3.1.5.2. taux bas aux USA remontent (croissance soutenue - atteint 13%

3.1.5.2.1. prix baissent (relation négative) - GRAPHIQUE - marché immobilier se retourne à l'automne 2006

3.2. 2007

3.2.1. déclenchement de la crise

3.2.1.1. marché devient illiquide

3.2.1.2. hedge funds font faillite

3.2.1.2.1. concentrent trop de produits titrisés

3.2.1.3. suspicion sur le marché interbancaire: les banques ne se prêtent plus entre elles

3.3. 2006

3.3.1. FED réhausse les taux d'intérêts (1% à 5%)

3.3.1.1. stabiliser l'inflation

3.3.1.2. taux d'emprunt des banques suivent l'évolution des taux de la FED

3.4. 2008

3.4.1. 3 septembre : crise devient systémique

3.4.1.1. déf

3.4.1.2. 7 septembre: Fannie mae & freddy mac (agences de refinancement hypothécaire - quid?) placées sous la tutelle d'un régulateur public

3.4.1.3. 12 septembre : merril lynch & lehmann brothers au bord de la faillite

3.4.1.4. le système financier pris de court: toute faillite est possible

3.4.1.5. lehmann ne peut plus rembourser ses créances: les détenteurs d'obligations subissent de grosses pertes (cas de AIG - annonce pertes le 16/9 )

3.4.2. banques les + exposées font fiallite

3.5. spécificités

3.5.1. points en commun déroulement crise des subprimes & schéma classique

3.5.1.1. Kindleberger: son schéma à lui

3.5.2. Krugman & Orléan

3.5.3. rapprochement avec la crise de 29

3.5.3.1. accélérateur financier de bernanke 1999 : reprendre le mécanisme

3.6. caractère endogène

3.6.1. MINSKY

3.6.1.1. théorie s'oppose à la théorie des cycles réels

3.6.1.1.1. parce que instabilité est endogène à l'économie financière

3.6.1.2. 3 modes de financement

3.6.1.2.1. couvert : prudence : revenus I > charge emprunt

3.6.1.2.2. spéculatif: pendant période de prospérité économique, prise de risques quand confiance en l'économie "paradoxe de la tranquillité", rééchelonnement de la dette dans le temps (revenus générés par les I couvrent les intérêts de la dette mais pas le remboursement du K)

3.6.1.2.3. a la ponzi: entreprise emprunte pour rembourser des emprunts plus élevés : absence de renouvellement du crédit, taux d'endettement élevé, bascule dans l'insolvabilité

3.6.1.3. met en garde sur les CYCLES (crise, vigilance, puis relâchement)

3.6.2. ORLEAN

3.6.2.1. crise de 2008 est une crise classique

3.6.2.1.1. +

4. CONSEQUENCES

4.1. internationales

4.1.1. places financières interconnectées & toutes touchées

4.1.2. CAC 40 & Nasdaq perdent 50%

4.1.3. chaînes de valeur internationales : crise systémique internationale

4.1.3.1. contraction du PIB mexicain de 7% & de 26% des X industrielles

4.1.4. contraction du commerce international

4.2. sur la sphère réelle

4.2.1. graphique IS LM blanchard

4.3. effets dominos: banques se prêtent entre elles

4.4. credit crunch d'une ampleur massive

4.5. crise de confiance généralisée: I chute de 10% en europe & de 12-13% aux US

4.6. chômage passe de 4,8% à 7,2% aux US

4.7. baisse des prix de 2,8% aux US

4.8. faillite de GM & Chrysler

4.9. 9 millions d'américains se retrouvent sans logement

5. REPONSE GOUVERNEMENTALE

5.1. pertes considérables pour les banques: Doivent assumer selon Paulson

5.2. réponse de Quantitative easing n'a pas forcément arrangé les choses

5.2.1. US

5.2.2. UE

5.3. caractéristiques

5.3.1. plans de relance contracycliques

5.3.2. sans équivalent dans l'histoire

5.3.2.1. Etats sont intervenus très rapidement

5.3.2.2. forte & massive

5.3.2.3. 4 mécanismes d'intervention pour sauver le système

5.3.2.3.1. prêts massifs accordés aux banques

5.3.2.3.2. recapitalisation extrêmement importante: injection de fonds propres

5.3.2.3.3. création de la bad bank: rachète les actifs toxiques

5.3.2.3.4. renforce garanties publiques pour les dépôts bancaires

5.3.3. BLANCHARD : CF COURS DU COLLEGE

5.3.4. débat sur le prêteur en dernier ressort - BC

5.3.4.1. existe depuis 1873 - BAGEHOT

5.3.4.1.1. intervention des BC si permettent d'assurer le bon fonctionnement du marché & éviter l'aléa moral

5.3.4.2. dilemme coûts sociaux & économiques / aléa moral de l'intervention

5.3.4.2.1. BC remplace des actifs dévalorisés par le marché par une liquidité immédiate

5.4. nouvelles régulations & règlementations

5.4.1. Bâles

5.4.2. steagall act

5.4.3. autres

5.4.4. certains existaient déjà mais étaient visiblement trop faibles

5.5. exemples

5.5.1. merril lynch rachetée par bank of amercia

5.5.2. AIG recapitalisée en catastrophe par l'Etat américain à huateur de 80%

5.5.3. northern rock nationalisée en février 2008 pour éviter de faire faillite

5.5.4. lehmann brothers: laissée pour compte -malgré l'aide apportée par barclays (racheter le 15 septembre) fait faillite

5.5.4.1. on ne conne pas de gage en faveur de l'aléa moral PAULSON

5.5.5. plan paulson: gouvernement s'engage à racheter aux banques les actifs toxiques invendables : création d'une structure de défaisance (bad bank)

5.5.6. sauvetage plus difficile en europe :

5.5.6.1. réponses coup à coup

5.5.6.2. n'arrange pas la panique du côté des ménages

5.5.6.3. plan coordonné à partir de mi-octobre

5.5.6.4. tous les pays décident d'accorder une garantie de dépôts

5.5.6.5. tous les pays recapitalisent les banques nationales (pas tous de la même manière) & avec contreparties