Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Le Liseur par Mind Map: Le Liseur

1. L'auteur

1.1. Bernard Schlink

1.1.1. Né le 6 juillet 1944

1.1.1.1. Bielefeld

1.1.1.1.1. Allemagne

1.1.2. Famille Protestante

1.1.2.1. Son père

1.1.2.1.1. Pasteur

1.1.2.1.2. Professeur de théologie

1.1.3. Carrière

1.1.3.1. Enseignement

1.1.3.1.1. Etudie le droit en Allemagne

1.1.3.1.2. Devient professeur

1.1.3.2. Ecrivain

1.1.3.2.1. Romans policiers

1.1.3.3. Droit

1.1.3.3.1. Juge au tribunal constitutionnel

1.1.4. Thèmes récurrents dans l'ensemble de son oeuvre

1.1.4.1. Les suites du régime nazi

1.1.4.2. L'après-guerre

1.1.4.3. Les SS

1.1.4.4. La Shoah

1.1.5. Distinctions et prix

1.1.5.1. Prix Grinzane Cavour

1.1.5.2. prix Laure Bataillon

1.1.5.3. Prix des libraires du Québec

1.1.5.4. Prix Heinrich Heine

1.1.5.5. Ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne

2. Le contexte historique

2.1. La seconde gurre mondiale

2.1.1. La Shoah

2.2. L'après-guerre

3. Ouvertures

3.1. Cinéma

3.1.1. "Le Liseur", adaptation du roman

3.1.1.1. Stephen Daldry

3.1.2. "Shoah", documentaire sur la Shoah

3.1.2.1. Claude Lanzmann

3.1.3. "La liste de Schindler"

3.1.3.1. Steven Spielberg

3.1.4. Nuit et brouillard

3.1.4.1. Alain resnais

3.1.5. "Jugement à Nuremberg" film sur l'accusation des criminels nazis lors du procès de Nuremberg.

3.1.5.1. Stanley Kramer

3.1.6. "La vie est belle"

3.1.6.1. Roberto Begnigni

3.2. Littérature

3.2.1. "Si c'est un homme"

3.2.1.1. Primo Levi

3.2.2. "Les disparus"

3.2.2.1. Daniel Adam Mendelsohn

3.2.3. "Le pianiste"

3.2.3.1. Vladislav Spilzmann

3.2.4. "Une vie bouleversée"

3.2.4.1. Etty Hillesum

3.3. Peinture

3.3.1. Zoran Mušič

4. Citations

4.1. Philosophie

4.1.1. C'est déjà un vrai problème de savoir si on a le droit d'agir ainsi avec de petits enfants. C'est un problème philosophique, mais la philosophie ne se soucie pas des enfants. Elle les a abandonnés à la pédagogie, qui s'en occupe bien mal. La philosophie a oublié les enfants, dit-il en me souriant, oublié à jamais, et non par moments seulement, comme il m'arrive de vous oublier.

4.1.2. Plus d'une fois, au cours de ma vie, j'ai fait ce que je n'avais pas décidé, et ce que j'avais décidé, je ne l'ai pas fait.

4.1.3. Je renonçais donc à raconter. Si la vérité de ce qu'on dit, c'est ce qu'on fait, on peut aussi bien renoncer à parler.

4.1.4. On apprécie mal l'âge qu'on n'a pas encore derrière soi, ni juste devant.

4.2. Les relations

4.2.1. Avec Le père

4.2.1.1. En tant que père, être incapable d'aider ses enfants est une expérience quasi intolérable.

4.2.2. Avec Hanna

4.2.2.1. A vrai dire, qu'elle ne fût pas partie à cause de moi n'empêchait pas que je l'avais trahie. Je restais donc coupable. Et si je n'étais pas coupable, parce que trahir une criminelle ne saurait être une faute, j'étais coupable parce que j'avais aimé une criminelle

4.2.2.2. Mais au bout d'un certain temps, mon souvenir d'elle cessa de m'accompagner. Elle resta en arrière comme une ville quand le train repart.

4.2.2.3. lecture, douche, faire l’amour et rester encore un moment étendus ensemble

4.2.2.4. Je voulais à la fois comprendre et condamner le crime d'Anna. Mais était trop horrible pour cela. Lorsque je tentais de le comprendre , j'avais le sentiment de ne plus le condamner comme il méritait effectivement de l'être. Lorsque le le condamnais comme il le méritait, il n'y avait plus de place pour la compréhension. Mais en même temps je voulais comprendre Hanna ; ne pas la comprendre c'était la trahir une fois de plus. Je ne m'en pas sorti. Je voulais assumer les deux, la compréhension et la condamnation. Mais les deux ensemble, cela n'allait pas.

4.3. Le conflit génrationnel

4.3.1. A l'époque, j'ai envié les autres étudiants qui prenaient leurs distances face à leurs parents, et du même coup face à toute la génération des criminels, des spectateurs passifs, des aveugles volontaires, de ceux qui avaient toléré et accepté : ils surmontaient ainsi sinon leur honte, du moins la souffrance qu'elle leur causait.

4.3.2. ll m'arrive de penser que la confrontation avec le passé nazi n'était pas la cause, mais seulement l'expression du conflit de générations qu'on sentait être le moteur du mouvement étudiant. Les aspirations des parents, dont chaque génération doit se délivrer, se trouvaient tout simplement liquidées par le fait que ces parents, sous le Troisième Reich ou au plus tard au lendemain de son effondrement, n'avaient pas été à la hauteur. Comment voulait-on qu'ils aient quelque chose à dire à leurs enfants, ces gens qui avaient commis les crimes nazis, ou les avaient regardé commettre ou avaient détourné les yeux ?

5. Les personnages

5.1. Principaux

5.1.1. Hannah Schmidt

5.1.1.1. Ancienne garde SS

5.1.1.1.1. Dans le camp de Auschwitz Birkenau

5.1.1.1.2. Engagée Volontaire

5.1.1.1.3. Accusée de crime

5.1.1.2. Aime la littérature

5.1.1.2.1. Mais est analphabète

5.1.1.3. Receveuse de tramway

5.1.1.3.1. Très modeste

5.1.1.3.2. Habite un petit appartement

5.1.1.4. Son physique

5.1.1.4.1. Front haut

5.1.1.4.2. Pommettes hautes

5.1.1.4.3. Yeux bleus clair

5.1.1.4.4. Lèvres pleines aux courbes régulières sans rupture

5.1.1.4.5. Menton fort

5.1.1.4.6. Un beau visage rude et féminin

5.1.2. Michael Berg

5.1.2.1. Adolescent allemand

5.1.2.1.1. 15 ans

5.1.2.1.2. Santé fragile

5.1.2.1.3. Issu d'une famille aisée

5.1.2.1.4. Prend de l'assurance au contact d'Hanna

5.2. Secondaires

5.2.1. Le Père de Michaël

5.2.1.1. Professeur de philosophie

5.2.1.1.1. Spécialiste de Kant et Hegel

5.2.1.2. S'occupe peu de ses enfants

5.2.1.2.1. A des remords

5.2.2. Gertrude

6. Avis personnel

6.1. Un très bon roman

6.1.1. Des thèmes abordés de manière réaliste

6.1.2. Des personnages très attachants

6.1.3. Un style d'écriture qui rappelle le roman policier

6.1.4. Un découpage en trois parties intelligent

6.2. Un seul point décevant

6.2.1. Une utilisation trop récurrente des scènes amoureuses et érotiques

6.3. J'aime particulièrement

6.3.1. Le procès

6.3.1.1. Les coulisses du pouvoir juridique

6.3.2. La relation froide et distante entre Le narrateur et son père et la manière de l'aborder

7. Thèmes clés

7.1. Un conflit générationnel

7.1.1. Jeune génération

7.1.2. Leurs parents

7.1.2.1. Responsables des horreurs de la guerre

7.1.3. Un dilemme profond

7.1.3.1. L'amour de ceux qui nous sont chers

7.1.3.2. La condamnation des crimes de la Shoah

7.1.3.3. Un exemple précis

7.1.3.3.1. La relation entre Hanna et Michael

7.1.4. Réflexions

7.1.4.1. Comment accorder nos sentiments et le mérite des gens ?

7.1.4.2. Ne doit-on aimer que des gens irréprochables ? Le peut-on ?

7.2. Un amour particulier

7.2.1. Différence d'âge importante

7.2.2. Domination de Hanna dans cette relation

7.2.2.1. Des restes de son passé SS

7.2.3. Une rencontre atypique

7.2.4. Réflexions

7.2.4.1. Peut-on aimer plus jeune / plus vieux que soi ? Doit-on en avoir honte et le cacher ?

7.3. La honte de l'ignorance

7.3.1. Peut-on protéger les gens malgré eux ?

8. Présentation

8.1. Roman partiellement Autobiographique

8.2. par Bernard Schlink

8.3. Publié en Suisse

8.3.1. en 1995