Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
CCVMJ par Mind Map: CCVMJ

1. Votre rêve était de composer des assiettes comme des tableaux qui se mangent.

1.1. Vous, créateurs de goûts délicieux, vous aimiez dessiner de belles recettes inédites…

1.1.1. mais aujourd’hui, vous devez exploser vos compositions culinaires pour les répartir dans des boites et faire revenir vos clients…

1.1.1.1. On vous divise, on vous vole votre métier !

1.1.1.1.1. Alors aujourd’hui, j'ai une solution très simple à vous donner pour ne pas vous laisser faire.

2. PITCH

2.1. Court

2.1.1. Bonjour je m’appelle Hissa, je suis Maitre Sushi, créateur du nouveau Kaiseki, fondateur de l’école de cuisine japonaise de Paris, auteur des best-sellers Sushi-bar et Nouvelle Cuisine Japonaise.

2.2. Détaillé

2.2.1. Bonjour Je m’appelle Hisayuki Takeuchi, 
je suis masterchef de la N C J. j’ai formé des centaines de chefs cuisiniers et des milliers d’amateurs à l’art japonais du sushi.

2.2.1.1. En 1999 J’ai créé de la technique et de la méthode pour le corps et l’esprit.

2.2.1.1.1. Aujourd’hui,
 j’ai le projet de transmettre mon savoir à plus de gens encore à ceux qui veulent aller plus loin dans l’esthétique du goût ; j’ai donc créé l’école Bimishido.

3. CUISINER LE KUMQUAT POUR EN TIRER DES BÉNÉFICES

3.1. Vous appréciez sans doute le goût du kumquat, ce précieux petit agrume venu du Japon ? Vous savez que le kumquat ou Kinkan en japonais est cultivé maintenant un peu partout dans le monde, mais vous vous demandez peut être comment les Japonais le cuisinent

3.1.1. . Quand on est chef cuisinier, on cherche en permanence à trouver le bon produit pour composer des plats originaux en leur accordant les saveurs et les textures

3.1.1.1. Alors là, le kumquat est peut-être le produit que vous recherchez. Même si cet agrume, appelé aussi « L’Orange d’Or » !, est cher, si l’on sait exploiter son esthétique, ses saveurs et ses vertus, on peut l’accorder avec énormément de plats différents

3.1.1.1.1. Alors pourquoi est-il intéressant d’utiliser le Kinkan comme garniture pour composer vos recettes végétaliennes ? Parce que avec ce produit magnifique, vous pouvez ajouter le goût du saké, la fermentation du riz

4. Shôjin ryôri

4.1. Bienvenue, tous le monde. Je suis ravi de votre présence pour ce nouveau live !

4.1.1. Aujourd’hui je vais vous parler de la cuisine végétalienne au Japon. Connaissez-vous la Shôjin Ryôri ?

4.1.1.1. La shôjin ryôri est une tradition mais il y a une cuisine bouddhiste qui a inspiré la cuisine végétalienne.

4.1.1.1.1. La haute gastronomie c’est beaucoup inspirée de la shôjin ryôri. Car la cuisine des Bouddhistes est belle, riche en ingrédients et en saveurs.

5. Motivation

5.1. Est-ce que les papilles ne sont pas trop endormies avec les saveurs des légumes, et même la fadeur légendaire en cuisine végétarienne ?

5.1.1. Quand on est cuisiner ,faire du vegan, c’est répondre à la demande des clients.

5.1.1.1. Vous savez que la fadeur est considérée comme une saveur en chine. Ca serait un défaut ne pas l’utiliser dans nos plats, mais c’est sur qu’il ne faut pas la rendre trop présente.

5.1.1.1.1. Je ne veux pas d'une cuisine sans émotion, et c'est souvent le reproche que l'on fait aux plats entièrement composés de légumes sans beurre, sans œufs, sans sucre et sans miel...

6. EXPLICATION

6.1. En fait, la cuisine végétarienne, ce n'est pas que du légume, il y a les fruits aussi, qui sont souvent plus appréciés pour leur teneur en sucres et en vitamines

6.1.1. Prenons exemple de la shojin ryori, la cuisine des moines boudhistes

6.1.1.1. Les aliments les plus communs sont donc ceux à base de soja comme le tofu de toutes sortes (dont le goma-dofu, sa version au sésame), les plantes sauvages de montagne telles le kuzu ou encore des racines .

7. LA RÈGLE DES 5

7.1. Souvent, un repas se doit de respecter la règle des « cinq ».

7.1.1. Les cinq couleurs tout d’abord avec une préférence pour des ingrédients blanc, vert, jaune, rouge et sombre (noir).

7.1.1.1. Aux couleurs s’ajoutent les cinq goûts : le doux, l’amer, le salé, l’acide et l’insaisissable « umami », dit savoureux

7.1.1.1.1. Enfin, il faut aussi satisfaire aux cinq méthodes de préparation avec un aliment cru, un mijoté ou en ragoût, un bouilli, un rôti et un cuit à la vapeur.

7.2. L'UMAMI

7.3. L'umami est la cinquième saveur détectée par la langue, après le salé, le sucré, l'acide et l'amer.

7.3.1. L'umami correspond au goût du mono-glutamate de sodium. En japonais, le terme umami signifie « délicieux, savoureux ». La saveur umami est un goût plaisant, proche du sucré.

7.3.1.1. Pourquoi l'umami est-il si connu au Japon ?

7.3.1.1.1. Généralement en cuisine nous utilisons par exemple un fond de sauce, pour donner du goût à un plat

8. Mail de masse

8.1. Ne baissez pas les bras !