Processus génocidaire des Juifs et des Tsiganes (version simplifiée)

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Rocket clouds
Processus génocidaire des Juifs et des Tsiganes (version simplifiée) par Mind Map: Processus génocidaire des Juifs et des Tsiganes (version simplifiée)

1. Introduction

1.1. Contexte historique (quand ?)

1.1.1. Le totalitarisme nazi en Allemagne depuis 1933 et la SGm en Europe 1939-1945.

1.2. Acteurs (qui ?)

1.2.1. Les victimes - peuples juifs et tsiganes (Roms) discriminés depuis des siècles, les bourreaux - le régime nazi et ses alliés (dont la France de Vichy).

1.3. Définition des termes du sujet (quoi ?)

1.3.1. Processus = un phénomène qui dure dans le temps et passe par plusieurs étapes.

1.3.2. Génocide = assassinat en masse d'une population selon un critère ethnique, religieux ou culturel. Le génocide des Juifs s'appelle la Shoah.

1.3.3. Trois étapes, trois "E" : Exclusion, Expulsion, Extermination.

2. La nazisme, une idéologie raciste

2.1. Dans Mein Kampf, Hitler expose son délire raciste : selon lui, l'humanité est divisée en races.

2.2. Au sommet, la race aryenne, principalement les Allemands, destinée à dominer le monde.

2.3. Tout en bas, en dehors de l'humanité, les "sous-hommes" : les Juifs, les Tsiganes, les handicapés, les homosexuels, etc.

2.4. Les "sous-hommes" sont considérés comme une menace pour la "pureté du sang aryen".

3. Exclusion

3.1. Dès l'arrivée au pouvoir d'Hitler (1933), boycott des magasins juifs.

3.2. Lois de Nuremberg, 1935

3.2.1. Les Juifs allemands perdent la nationalité allemande et leurs droits.

3.2.2. Les mariages entre Juifs et non-juifs sont interdits.

3.3. Ordonnances de 1938

3.3.1. Les Juifs sont exclus de la plupart des métiers.

3.3.2. La plupart des lieux publics leur sont interdits.

3.4. Dès 1933, les Tsiganes sont progressivement arrêtés et enfermés dans des camps d'internement.

4. Expulsion

4.1. Les camps de concentration : les "camps de la mort lente"

4.1.1. Les prisonniers doivent exécuter des travaux pénibles au service de l'industrie allemande.

4.1.2. La mortalité est élevée du fait de la famine et des maladies.

4.1.3. Juifs et Tsiganes sont tout en bas de la hiérarchie du camp. Ils sont quotidiennement humiliés et violentés.

4.1.3.1. Il s'agit de déshumaniser les victimes, de les traiter comme des objets.

4.2. Les ghettos

4.2.1. Les ghettos : des quartiers dans les grandes villes pour regrouper les Juifs, comme il en existait au Moyen Âge.

4.2.2. Les ghettos sont des prisons à ciel ouvert, où les Juifs entassés meurent de faim et des maladies. Ex. : le ghetto de Varsovie.

4.2.3. Les nazis y pratiquent humiliations et exécutions.

4.2.4. Quelques Juifs parviennent à survivre en travaillant en dehors du ghetto et en faisant du marché noir.

5. Extermination

5.1. La Shoah par balles

5.1.1. À partir de l'invasion de l'URSS en juin 1941, des unités spéciales, les Einsatzgruppen, ont pour mission d'exécuter les résistants, les communistes et les Juifs.

5.1.2. Les tireurs sont le plus souvent des prisonniers de guerre soviétiques ou des Baltes et des Ukrainiens qui haïssent les Juifs.

5.1.3. Les victimes sont souvent forcées à se déshabiller, se tiennent au bord ou se couchent au fond d'une fosse et sont tuées par balle.

5.1.4. Les tireurs et leurs chefs pataugent dans le sang, se saoûlent ou tombent en dépression. Le commandement nazi trouve que cela ne va pas assez vite.

5.2. L'extermination industrielle

5.2.1. Conférence de Wannsee, 1942 : les nazis décident la "solution finale de la question juive", c'est-à-dire l'assassinat des 11 millions de Juifs d'Europe.

5.2.2. Les nazis créent en Pologne des centres de mise à mort, de véritables usines à tuer.

5.2.3. L'extermination est organisée de manière industrielle, à la chaîne.

5.2.3.1. Les Juifs et les Tsiganes arrivent par train de toute l'Europe, après un voyage souvent long et mortel, sans eau ni nourriture.

5.2.3.2. A leur arrivée, les victimes ne savent pas où elles sont, on leur a fait croire qu'elles vont travailler pour les Allemands.

5.2.3.3. Directement sur le quai, les familles sont séparées : quelques hommes jugés assez forts sont sélectionnés, tous les autres sont envoyés "se laver dans les douches".

5.2.3.4. Il s'agit de faire croire aux victimes jusqu'au dernier moment pour éviter la panique et donc ne pas ralentir le rythme.

5.2.3.5. Dans les fausses douches, les victimes entassées par centaines sont asphyxiées avec du Zyklon B, un pesticide qui tue en quelques minutes.

5.2.3.6. Des Juifs réduits en esclavage (Sonderkommandos) remontent les cadavres jusqu'à des fours crématoires.

5.2.3.7. Les restes humains (cheveux, peau, ossements) sont réutilisés de manière macabre.

5.2.3.8. En quelques heures, il ne reste plus rien des milliers de victimes.

5.2.4. Auschwitz-Birkenau est à la fois l'exemple le plus connu et une exception.

5.2.4.1. C'est à la fois un camp de concentration...

5.2.4.1.1. Des dizaines de milliers de prisonniers y travaillent au service des industries allemandes.

5.2.4.2. et le plus grand centre de mise à mort

5.2.4.2.1. 1 million de victimes en 5 ans

5.2.4.3. On y pratique aussi d'horribles expériences soi-disant scientifiques sur les Juifs et les Tsiganes.

5.2.5. Les Juifs survivants ont régulièrement tenté de résister.

5.2.5.1. Ex. le plus connu : résistance héroïque des derniers survivants du ghetto de Varsovie, 1943.

5.3. La fin des camps : les marches de la mort et la libération.

5.3.1. Même à la toute fin de la guerre, dans leur folie meurtrière, les nazis ont tenu à tuer le plus de Juifs.

5.3.2. Ils ont forcé les victimes à quitter les camps, parfois en marchant sur des dizaines de kilomètres, achevant les plus faibles.

5.3.3. A la libération, les soldats alliés découvrent l'horreur des camps et libèrent les rares survivants.

6. Conclusion

6.1. Entre 5 et 6 millions de Juifs assassinés. Des communautés entières avec leur culture et leurs histoires ont disparu.

6.2. Entre 200 et 500 000 Tsiganes assassinés.

6.3. Les crimes commis par les nazis étaient connus des chefs alliés dès 1942. Mais presque rien n'a été fait pour les arrêter car ce n'était pas un objectif prioritaire de la guerre.

6.4. Le procès de Nuremberg (1945-1946) permet de juger quelques chefs nazis pour crime contre l'humanité. Mais beaucoup de responsables ont pris la fuite.

7. Merci pour votre attention ! Adrien Silvera, Académie de Rouen [email protected]