Philosophie

Get Started. It's Free
or sign up with your email address
Rocket clouds
Philosophie by Mind Map: Philosophie

1. Qu'est-ce que la philosophie?

1.1. c nul

2. Pourquoi les Hommes vivent-ils en société?

2.1. L'origine de la société

2.1.1. L'homme n'est pas fait pour vivre seul

2.1.2. Quelle est l'origine de la société?

2.1.2.1. Le besoin

2.1.2.2. Le manque de moyens

2.2. Comment est-elle organisée pour répondre à nos besoins?

2.2.1. L'hypothèse de Platon

2.2.1.1. division sociale du travail

2.2.2. Avantages:

2.2.2.1. pas de temps perdu

2.2.2.2. diversité des goûts & capacités

2.2.2.3. qualité du travail

2.2.2.4. productivité

2.3. Quelles en sont les conséquences?

2.3.1. Economiques et sociales

2.3.1.1. apparition du commerce

2.3.1.2. la production = marchandise

2.3.1.3. comment mesure-t-on la Vm?

2.3.2. Humaines et morales

2.3.2.1. vente d'esclaves

2.3.2.2. le prolétaire & sa force de travail

2.3.2.2.1. formation pratique + théorique + expérience

2.3.2.2.2. le capitaliste

2.3.2.3. la prostitution

2.3.2.3.1. location du corps humain

3. Y a-t-il des critères universels et objectifs pour distinguer le 'bien' du 'mal'?

3.1. 1er critère moral: l'éducation parentale/familiale

3.1.1. L'éducation familiale est le 1er critère présenté à l'être humain

3.1.1.1. rôle: apprendre ce qui est nuisible, utile, inoffensif

3.1.1.1.1. fournir repères

3.1.1.2. 2 excès possibles

3.1.1.2.1. trop rigide/stricte

3.1.1.2.2. laxisme

3.1.2. Les limites du critère éducatif familial

3.1.2.1. ni objectif ni universel

3.1.2.2. apprend à agir par intérêt, pour une récompense

3.1.2.3. vieilles traditions dont les motivations sont floues

3.1.2.3.1. morale soucieuse, pas de respect des droits de l'H

3.1.2.4. respect de l'autorité, pas d'apprentissage de l'autonomie

3.1.2.5. interdit des choses pas mauvaises en soi

3.1.2.5.1. la chose devrait être interdite parce qu'elle est mauvaise en soi, mais on apprend qu'elle est mauvaise parce qu'elle est interdite

3.2. 2e: Les religions monothéistes peuvent-elles proposer un critère universel et objectif?

3.2.1. Exigence d'universalité dans leur message

3.2.1.1. normes morales suprêmes révélées par Dieu

3.2.1.2. bien = volonté de Dieu

3.2.2. Limites

3.2.2.1. origine surnaturelle donc suspendues à l'existence de Dieu

3.2.2.2. la volonté de Dieu est-elle arbitraire ou éclairée?

3.2.2.3. danger de l'interprétation humaine

3.2.2.4. pas d'autonomie de l'H

3.2.3. Distinction entre l'hypothèse matérialiste et spiritualiste

3.2.3.1. a. déterminisme: causes naturelles qui déclenchent des effets naturels

3.2.3.2. b. création ex-nihilo par la volonté de Dieu

3.3. 3e et dernier critère

3.3.1. subjectivisme/relativisme

3.3.1.1. l'intelligence humaine ne peut connaître le bien/mal en soi de manière absolue

3.3.1.2. bien/mal relatifs à chaque conscience humaine

3.3.1.2.1. enlève les responsabilités = perversion

3.3.1.2.2. tend vers le négationisme, nihilisme

3.3.2. Les différences universelles & objectives entre l'H et l'objet

3.3.2.1. objet = instrument artificiel pour fonction prévue

3.3.2.1.1. ne pense pas (réagit)

3.3.2.1.2. ne souffre pas physiquement ou psychologiquement

3.3.2.1.3. peuvent être dupliqués

3.3.2.2. l'Homme = être vivant

3.3.2.2.1. pense (décide)

3.3.2.2.2. vie affective, sensations, sentiments

3.3.2.2.3. diversité, pas interchangeables

3.3.3. Les règles de morale à suivre pour marquer la différence

3.3.3.1. instrumentalisation

3.3.3.1.1. exploitation, manipulation, viol

3.3.3.2. "impératif catégorique"de Kant : toujours agir envers autrui comme si c'était une fin en soi

3.3.3.2.1. action désintéressée = action morale la plus haute

3.3.3.3. dans l'éducation: multiples potentialités à développer

3.3.3.3.1. l'enfant pourra faire son choix dans la division sociale du travail

3.3.3.4. demander l'accord d'autrui avant de l'utiliser

3.3.3.5. éviter les souffrances d'autrui ou le prévenir

3.3.4. ne pas réduire les rapports humains à des relations fondées sur l'utilité

3.3.4.1. amour pur (spirituel): Spinoza "sentiment de joie suscité par la simple présence d'autrui"

3.3.4.2. lait nourricier = 1er bien reçu sur Terre

4. Comment parlons-nous?

4.1. Deux types d'éléments qui constituent le langage

4.1.1. Les phomènes

4.1.1.1. unité de son

4.1.1.2. le français n'en utilise que quelques uns

4.1.2. Les morphèmes

4.1.2.1. unité de sens

4.1.2.2. Le signifiant + le signifié

4.1.2.2.1. la suite de sons + l'idée indiquée par les sons

4.1.2.3. signifiants qui imitent le signifié: onomatopées

4.1.3. Pourquoi ne pas utiliser des signes imitatifs?

4.1.3.1. avantages

4.1.3.1.1. représentation visuelle par la photo

4.1.3.1.2. si on ne connaît pas la langue

4.1.3.2. inconvénients

4.1.3.2.1. pas facile d'avoir toujours sur soi les photos/pouvoir imiter

4.1.3.2.2. les idées abstraites n'ont pas de qualités concrètes

4.1.3.2.3. comment différencier un individu de l'ensemble d'individus qu'il représente?

4.1.3.2.4. relations impossibles à représenter

4.2. Conclusion

4.2.1. signes conventionnels > signes imitatifs

4.2.2. noms communs pour individus concrets

4.2.3. combiner signes imitatifs et conventionnels

5. Quel rapport y a-t-il entre le langage et la pensée?

5.1. 1e hyp: un moyen d'expression d'une pensée pré-existante

5.1.1. Formulation de l'hypothèse

5.1.1.1. je pense, puis je traduis ma pensée par le langage verbal

5.1.1.2. pas besoin de mots pour penser, uniquement pour m'exprimer

5.1.1.3. pensée independante du langage

5.1.2. Critique de l'hypothèse

5.1.2.1. 1re difficulté

5.1.2.1.1. comprendre les sensations = les interpréter avec des mots

5.1.2.1.2. la pensée doit parfois corriger les perceptions

5.1.2.1.3. images mentales = choses imaginables

5.1.2.2. 2e difficulté

5.1.2.2.1. "discours silencieux que l'âme se tient à elle-même" -Platon

5.1.2.3. 3e difficulté

5.1.2.3.1. s'il y a un langage maternel intérieur

5.2. 2e hyp: le moyen par lequel la pensée se construit en nous

5.2.1. Idées générales & abstraites/concepts

5.2.1.1. ni par perception sensible

5.2.1.2. ni par images mentales

5.2.1.3. mais par signe linguistique/nom

5.2.1.3.1. ex: l'Homme

5.3. Si la construction de la pensée intérieure dépend du langage, quelles en sont les conséquences?

5.3.1. 1e conséquence

5.3.1.1. plus la langue est riche, plus la pensée est riche

5.3.1.1.1. 1984 + autres systèmes totalitaires

5.3.1.1.2. l'enfant: son intelligence // un animal

5.3.2. 2e conséquence

5.3.2.1. langue maternelle structure notre pensée

5.3.2.1.1. 1er niveau: mots & noms communs

5.3.2.1.2. 2e niveau: syntaxe

5.3.3. Problème

5.3.3.1. peut-il y avoir une pensée universelle?

5.3.3.1.1. langage construit par la logique

5.3.3.1.2. le langage mathématique

5.3.3.1.3. l'esperanto, le latin, le français, l'anglais, le chinois

6. L'obéissance à la loi est-elle incompatible avec la liberté personnelle?

6.1. Qu'est-ce que la liberté?

6.1.1. La définition populaire

6.1.1.1. actes = volonté

6.1.1.2. Qu'est-ce que la volonté?

6.1.2. Les conditions qui permettent à la volonté d'être libre

6.1.2.1. Pour faire un choix libre, 3 conditions:

6.1.2.1.1. plusieurs options

6.1.2.1.2. qui font partie de nos capacités phys + psych

6.1.2.1.3. atteindre l'objectif fixé

6.1.3. Les obstacles physiques que la volonté peut rencontrer

6.1.3.1. un obstacle extérieur: renverser le rapport de force/utiliser la ruse = technique

6.1.3.2. mon corps = un obstacle intérieur

6.1.3.2.1. fatigue, maladie, handicap, blessure...

6.1.4. Les obstacles psychologiques

6.1.4.1. affectifs: inhibitions, motivations

6.1.4.1.1. inhibitions: impossible d'agir

6.1.4.1.2. motivation: abstention impossible

6.1.5. Le désir

6.1.5.1. motive mais peut être dangereux

6.1.5.2. comment expliquer sa force?

6.1.5.2.1. surgit d'un élément extérieur qui exerce sur nous une attirance physique et psychologique

6.1.5.2.2. source de plaisir, sinon frustration/manque, donc rapprochement

6.1.5.3. 2 raisons:

6.1.5.3.1. frustration = souffrance

6.1.5.3.2. après goûter le plaisir, désir de renouveler = cercle vicieux

6.1.5.4. être libre = choisir

6.1.5.4.1. céder aux souffrances nécessaires

6.1.5.4.2. dire non aux désirs nuisibles

6.1.6. L'ignorance

6.1.6.1. choix réduit

6.1.6.2. choisir l'option bonne à long terme > bonne à court terme

6.1.6.2.1. donc refléxion

6.2. La restriction de la liberté en société

6.2.1. Rapport volonté individuelle / loi

6.2.1.1. volonté du législateur > individuelle

6.2.1.2. Si le peuple / son représentant légisfère = démocratie

6.2.1.3. loi = conventionnelle (pas naturelle)

6.2.1.3.1. maintenue grâce à la menace de punition

6.2.2. Mal nécessaire

6.2.2.1. restreindre la loi du plus fort, protection des faibles

6.3. Comment concilier liberté individuelle et obéissance à la loi?

6.3.1. Distinguer hétéronomie et autonomie

6.3.1.1. hétéronomie = soumis à une volonté extérieure

6.3.1.1.1. pas de choix

6.3.1.1.2. mineurs vis-à-vis des tuteurs

6.3.1.2. autonomie = sa propre loi

6.3.1.2.1. choisir de se soumettre

6.3.1.3. règles juridiques: pas d'autonomie

6.3.1.3.1. règle collective > individuelle

6.3.1.3.2. pouvoir législatif au peuple = autonomie politique

6.3.2. Comment le peuple obtient-il l'autonomie politique?

6.3.2.1. démocratie directe

6.3.2.1.1. peuple

6.3.2.2. démocratie indirecte

6.3.2.2.1. représentants

6.3.2.3. le peuple est-il encore autonome dans une démocratie indirecte?

6.3.2.3.1. si il choisit les représentants

6.3.2.3.2. si ces rep. sont issus du peuple, citoyens

6.3.2.3.3. si élus pour une durée précise

6.3.3. 2 problèmes à résoudre

6.3.3.1. quelle volonté exprime la loi?

6.3.3.1.1. volonté de la majorité

6.3.3.2. Un individu de la minorité peut-il encore être autonome?

6.3.3.2.1. si choix sans contraintes de se remettre à la volonté de la majorité

6.3.3.2.2. si la loi lui permet de partir/changer de nationalité

6.3.3.2.3. si la loi est en son intérêt même s'il ne l'a pas voté

7. Existe-t-il des processus psychiques inconscients?

7.1. Intro

7.1.1. phénomènes biologiques indépendants de notre volonté (passif)

7.1.2. phénomènes psychologiques dépendants de notre volonté (actif)

7.1.2.1. ex: calcul, raisonnement

7.1.3. Mais la conscience est réduite voire absente

7.1.3.1. ex: endormissement, hypnose

7.2. Les 3 significations de la conscience

7.2.1. La conscience morale

7.2.1.1. instrumentalisation/respect de la volonté de l'autre

7.2.2. Ce qu'on oppose à la conscience morale

7.2.2.1. "inconscient" = ignorant

7.2.2.1.1. "il est inconscient des conséquences"

7.2.2.2. égoïsme

7.2.2.3. sadisme

7.2.3. La conscience au sens le plus banal

7.2.3.1. perception en dehors de notre esprit, ext + int de notre corps

7.2.3.2. contraire: inconscient

7.2.3.2.1. perte de perception

7.2.3.3. la conscience de soi

7.2.3.3.1. perception de notre esprit, actes + états psych

7.2.3.3.2. perception immédiate de ce qui se passe dans notre esprit

7.2.4. 2 thèses principales s'affrontent: Descartes vs. Freud

7.2.4.1. Descartes: omnipotente & omniprésente

7.2.4.2. s'appuie sur l'experience personnelle de la conscience

7.2.4.2.1. quand je délibère je le sais

7.2.4.3. perception d'autrui: sujet qui connait ≠ sujet connu

7.2.4.3.1. mais pas de distance entre soi et soi

7.2.4.3.2. conscience de soi = source la plus solide de connaissances

7.3. La thèse de Freud

7.3.1. l'expérience de Charcot

7.3.1.1. hypnose = hyperconcentration -> le reste sort du champ de la Cs

7.3.1.2. existence de Processus Psychiques Inconscients confirmée

7.3.2. explication Freudienne des névroses

7.3.2.1. définiton névrose

7.3.2.1.1. trouble du comportement, TOC = trouble + idée fixe

7.3.2.2. ex: Anna O

7.3.2.3. refoulement + lieu psychique inconscient

7.4. La conception Freudienne des rêves

7.4.1. manifestation du PPI

7.4.2. refoulement des désirs

7.4.2.1. pas de satisfaction des désirs

7.4.3. pulsions

7.4.3.1. Eros

7.4.3.2. Thanatos

7.4.3.3. les 2 "aveugles"

7.4.3.3.1. instrumentalisation, hédonisme

7.4.4. le sur-moi

7.4.4.1. pression sociale

7.4.5. conflit: "ça" vs "sur-moi"

7.4.5.1. sous la pression du sur-moi, le ça devient inconscient

7.4.5.1.1. force psychique

7.4.5.2. pulsions refoulées = rêve, possibilités:

7.4.5.2.1. rêves infantiles

7.4.5.2.2. censure importante -> symboles

8. Peut-on définir la beauté?

8.1. La beauté dépend d'abord de facteurs objectifs

8.1.1. Parallèle entre l'art culinaire et la beauté

8.1.2. Ex de qualités objectives

8.1.2.1. proportion, composition, contraste, couleurs, scénario, mélodie, rythme

8.1.3. Arguments en faveur du facteur objectif

8.1.3.1. On fait appel aux sens donc objectivité

8.1.3.2. On peut altérer la beauté en changeant quelques qualités

8.1.3.3. émotions provoquées par des qualités

8.1.3.3.1. vie/mort, santé/maladie, propreté/saleté, proportion/disproportion

8.1.3.4. s'il n'existait pas de qualités objectives il n'existerait pas d'émotion

8.1.3.4.1. les qualités musicales déclenchent l'émotion

8.1.4. Pourquoi la beauté est-elle indéfinissable?

8.1.4.1. la multiplicité des formes

8.1.4.1.1. ex: beauté de l'adulte vs de l'enfant

8.1.4.2. impossible de l'analyser

8.2. Le facteur subjectif: le 2e facteur sur lequel repose la beauté

8.2.1. Les qualités objectives doivent être accueillies et appréciées par l'Homme

8.2.1.1. les formes & couleurs doivent être perçues

8.2.1.2. l'art est fait pour être vu

8.2.1.3. ensuite elles provoquent l'émotion

8.2.2. Cependant, on a du mal à définir l'émotion esthétique

8.2.2.1. la beauté est multiforme -> l'émotion provquée aussi

8.2.2.2. jamais exactement la même émotion

8.2.2.3. émotion décrite comme une extase

8.2.2.4. elle est passagère

8.2.2.5. différentes émotions se mélangent

8.2.2.5.1. plaisir esthétique mêlé à l'amour

8.3. Les conceptions de l'activité artistique

8.3.1. 3 pôles: l'artiste, le produit artistique, le spectateur

8.3.2. Théorie classique

8.3.2.1. la beauté dans la nature

8.3.2.2. beauté artistique = ressemblance entre produit artistique et modèle

8.3.3. Objections à la théorie classique:

8.3.3.1. imitation exacte = répétitive

8.3.3.2. moyens techniques de l'homme < de la nature

8.3.3.2.1. La Nature change, une peinture est figée

8.3.4. La théorie "moderne" de l'activité artistique

8.3.4.1. extérioriser un état d'âme

8.3.4.1.1. "Le Cri" de Munch

9. Pourquoi parlons-nous?

9.1. Intro

9.1.1. Langage = système de signes

9.1.2. Echanger des informations mais au total 6 fonctions

9.2. L'analyse de l'acte de communication verbale en six éléments

9.2.1. Les limites de la conception populaire

9.2.1.1. fonction bilatérale, échanger

9.2.1.2. Mais: infos échangées sans parole directe

9.2.1.2.1. ironie

9.2.2. Analyse d'un acte de communication verbale

9.2.2.1. locuteur

9.2.2.2. message

9.2.2.3. interlocuteur

9.2.2.4. référent (réalité extralinguistique)

9.2.2.5. code / langage

9.2.2.6. canal physique

9.2.3. A ces six éléments peuvent correspondre six fonctions

9.2.3.1. fonction expressive

9.2.3.2. fonction incitative

9.2.3.2.1. changer le statut (social), ex: mariage

9.2.3.3. fonction référentielle

9.2.3.3.1. réalité extralinguistique, infos

9.2.3.4. fonction métalinguistique

9.2.3.4.1. réalité linguistique

9.2.3.5. fonction phatique

9.2.3.5.1. établir le contact, ex: allô?

9.2.3.6. fonction poétique

9.2.3.6.1. figures de style, rythme, sons,...

10. Le Travail est-il le propre de l'Homme?

10.1. Le Travail sous sa forme primitive

10.1.1. Sous quelle forme le travail est-il d'abord apparu?

10.1.1.1. Sous forme d'activité instinctive et naturelle

10.1.1.1.1. comme les animaux

10.1.1.1.2. premier dans le temps

10.1.1.2. Activité naturelle:

10.1.1.2.1. moyens naturels (corps)

10.1.1.2.2. besoins naturels/vitaux

10.1.1.2.3. milieu naturel

10.1.1.3. Activité motivée et dirigée par instinct

10.1.1.3.1. innée

10.1.1.3.2. réaction à stimulis

10.1.1.3.3. spécialisée

10.1.1.3.4. spécifique

10.1.1.3.5. répétitive

10.1.2. Une définition du travail sous sa forme primitive

10.1.2.1. Une définition à compléter

10.1.2.1.1. activités naturelles et instinctives qui ne sont pas du travail

10.1.2.2. Transformation de la nature extérieure

10.1.2.2.1. à l'intérieur de l'organisme, indépendemment de nos volontés

10.1.2.2.2. chasse/cueillette: transformation

10.1.2.2.3. modification préalable avant consommation

10.2. Le Travail sous sa forme proprement humaine

10.2.1. L'invention de l'outil marque le passage de l'activité animale à l'activité réfléchie

10.2.1.1. La définition de l'outil

10.2.1.1.1. prolongement de son corps, intérmédiaire

10.2.1.1.2. outils artificiels: amélioration des éléments naturels

10.2.1.2. L'outil est-il vraiment le propre de l'homme?

10.2.1.2.1. La plupart des animaux n'utilisent pas d'instruments artificiels

10.2.1.2.2. Mais: loutre

10.2.1.2.3. rareté qu'un animal fabrique un instrument

10.2.1.2.4. L'animal ne conserve pas l'instrument

10.2.2. Le travail humain suppose 3 facultés psychologiques

10.2.2.1. La volonté

10.2.2.1.1. volonté = choix des moyens

10.2.2.1.2. ex: se reproduire ou avoir un bébé

10.2.2.2. L'imagination

10.2.2.2.1. représentation mentale de la forme finale

10.2.2.2.2. imagination reproductrice < créatrice

10.2.2.3. L'intelligence pratique

10.2.2.3.1. accorder les moyens pour arriver à la forme finale

10.2.2.3.2. technique

10.2.2.3.3. empiriques < technologiques

10.2.3. Les conséquences du travail humain

10.2.3.1. L'homme se transforme

10.2.3.1.1. développe facultés phys + psych

10.2.3.2. L'homme est devenu "comme maître de la nature"

10.2.3.2.1. mais pas le maître naturel

10.2.3.2.2. Il impose sa loi

10.2.3.2.3. possesseur/consommateur

10.2.3.2.4. Mais l'homme < la nature

10.2.3.2.5. Pas le possesseur légitime

11. Selon quels critères distingue-t-on le vrai du faux?

11.1. 1ere hyp: une proposition est vraie quand elle est vérifiable par les sens

11.1.1. La conception populaire

11.1.1.1. pour affirmer une proposition on vérifier ce qu'elle affirme par observation (sens)

11.1.1.1.1. "le ciel est bleu" regarder le ciel

11.1.2. Problèmes

11.1.2.1. sens = infos partielles, relativement fiables

11.1.2.1.1. limitations, ex: illusions d'optique

11.1.2.2. pour expliquer une obsevation, il faut une hypothèse

11.1.2.2.1. pour affirmer l'hyp, vérifier tous les cas

11.1.2.3. mathématiques = objets idéaux, n'existent pas dans la réalité

11.1.3. Expérience sensible = vérités contingentes, provisoires, singulières

11.1.3.1. vérité = universelle, nécessaire, éternelle

11.1.3.2. =/= perception sensible

11.1.3.3. sensations = relatives, dépendent de nos organes sensorielles

11.2. 2e hypothèse: une proposition vraie est une proposition évidente

11.2.1. Définition

11.2.1.1. sans raisonnement, sentiment intellectuel d'évidence

11.2.1.1.1. Descartes: "cogito, ergo sum"

11.2.2. Objections

11.2.2.1. propositions vraies non-évidentes

11.2.2.1.1. (a+b)² = a² + 2ab + b²

11.2.2.2. propositions qui semblent évidentes mais sont fausses

11.2.2.2.1. un tout > chaque partie: non si on parle d'infinités

11.3. 3e hypothèse: une proposition vraie est une proposition démontrée

11.3.1. Définition

11.3.1.1. démonstration à partir d'autres propositions vraies

11.3.1.1.1. Socrates est un homme

11.3.1.1.2. Les hommes sont mortels

11.3.1.1.3. Donc Socrates est mortel

11.3.1.2. syllogisme (déduction)

11.3.1.2.1. cet homme a commis un meurtre

11.3.1.2.2. tuer est illégal + peine de prison

11.3.1.2.3. donc cet homme a commis un acte illégal + a une peine de prison

11.3.2. limites du critère 3

11.3.2.1. 1er problème:

11.3.2.1.1. Nelson Mandela est un homme

11.3.2.1.2. les hommes sont blancs

11.3.2.1.3. donc Nelson Mandela est blanc

11.3.2.1.4. structure = vrai, contenu = faux

11.3.2.2. 2e problème:

11.3.2.2.1. les chiens sont des poissons

11.3.2.2.2. les poissons sont des vertébrés

11.3.2.2.3. donc les chiens sont des vertébrés

11.3.2.2.4. conclusion + structure = vrai, mais prémisse fausse

11.3.2.3. la conclusion ne garantit pas la vérité des prémisses

11.3.3. la démonstration mathématique des prémisses

11.3.3.1. exemple

11.3.3.1.1. pour démontrer que 2+2=3+1, définir les prémisses

11.3.3.1.2. axiome: remplacer les termes par d'autres qui sont équivalents

11.3.3.2. est-ce une certitude?

11.3.3.2.1. non, 2 raisons

12. Faut-il opposer la matière et l'esprit?

12.1. L'hypothèse spiritualiste

12.1.1. Descartes: dinstinction corps/esprit, propriétés complémentaires

12.1.2. Propriétés de la matière

12.1.2.1. "la chose étendue"

12.1.2.1.1. perceptible, divisible, etc.

12.1.2.1.2. mais sans affects, pensées, etc

12.1.3. Propriétés de l'esprit

12.1.3.1. "la chose qui pense"

12.1.3.2. l'âme n'est pas composée de matière

12.1.3.3. donc imperceptible (aux sens)

12.1.3.4. = doctrines soutenues par les religions judéochrétiennes

12.2. Interdépendance: l'un agit sur l'autre

12.2.1. l'âme agit sur le corps

12.2.1.1. actes psychiques

12.2.1.1.1. déplacement des membres

12.2.1.2. états psychiques

12.2.1.2.1. pression artérielle // stress

12.2.1.3. névroses // symptomes psychosomatiques

12.2.1.3.1. angoisse // sueurs froides

12.2.2. le corps agit sur l'esprit

12.2.2.1. les sens = infos interprétées par l'esprit

12.2.2.2. souffrance physique // psycho.

12.2.2.3. altérations du cerveau modifient facultés psychiques

12.2.2.3.1. Phineas Gage

12.3. L'hypothèse matérialiste

12.3.1. l'esprit est matériel, c'est le cerveau

12.3.1.1. l'expérience de Walter (diapositives)

12.4. Conclusion

12.4.1. selon l'hyp mat, l'esprit = matière, donc l'individu est mortel

12.4.2. cf Jean-Didier Vincent, visioconférence

13. La méthode expérimentale nous apporte-t-elle une certitude?

13.1. 1e étape: observation des phénomènes

13.1.1. que se passe-t-il quand on découvre un nouveau phénomène?

13.1.1.1. si la théorie en vigueur l'explique, on la conserve

13.1.1.2. si elle ne l'explique pas, nouvelle théorie

13.2. 2e étape: l'élaboration d'une hypothèse explicative

13.2.1. l'invention d'une hypothèse

13.2.1.1. explication hypothétique si la cause n'est pas apparente

13.2.1.1.1. Torricelli: l'atmosphère exerce une pression sur la terre, donc l'eau ne monte pas au-delà de 10m33

13.2.2. hypothèse = explication rationelle & anticipée de phénomène naturel

13.2.2.1. anticipée: on avance une explication possible

13.2.2.2. rationelle: elle relie 2 phén. nat. sans causes surnat.

13.2.2.3. déterminisme: tout est causé par un autre phén. nat.

13.3. 3e étape: le contrôle expérimental de l'hypothèse

13.3.1. l'éxpérimentation

13.3.1.1. mettre à l'épreuve l'hypothèse

13.3.2. contrôle direct

13.3.2.1. l'hypothèse elle-même controlée

13.3.2.1.1. ex: vérifier qu'une barre de métal se dilate sous l'effet de la chaleur: l'exposer à la chaleur + mesurer

13.3.2.2. pas de certitude: pas tous les spécimens ne sont contrôlés

13.3.3. le contrôle indirect de l'hypothèse

13.3.3.1. impossible de ctrler l'hypothèse elle-même

13.3.3.2. donc ctrler les conséquences

13.3.3.2.1. ex: Pascal & la pression atmosphérique

13.3.4. pas de certitude pour 3 raisons

13.3.4.1. pas de certitude de ne pas rencontrer d'exception

13.3.4.2. 2 hyp peuvent avoir la même conséquence

13.3.4.2.1. disparition des dinosaures :(

13.3.4.3. 2 hyp fausses -> conséquence vraie

13.3.4.3.1. cf ex des chiens/poissons vertébrés

14. La morale épicurienne conduit-elle au bonheur?

14.1. 1e phrase

14.1.1. Excès

14.1.1.1. débauchés: quantité > qualité

14.1.1.2. hédonisme: qualité > quantité

14.1.1.3. au-delà des besoins naturels

14.1.1.4. au-delà de la qualité

14.1.1.5. pas de distinction qualitative des plaisirs

14.1.2. conception Epicurienne

14.1.2.1. plaisir = bien

14.1.2.1.1. "souverain bien"

14.1.2.1.2. mais pour Epicure, plaisir = aponie & ataraxie

14.1.2.2. pourquoi une définition négative?

14.1.2.2.1. pas de plaisir tant que l'âme/corps souffre

14.1.2.2.2. pas de plaisir plus grand que le soulagement d'une souffrance

14.1.2.2.3. l'absence de douleur est plus durable que la jouissance

14.1.3. aponie & ataraxie

14.1.3.1. abs de douleurs pour le corps

14.1.3.1.1. comment l'atteindre? médecine, modération, régimes, etc. + prudence

14.1.3.2. abs de douleur pour l'âme

14.1.3.2.1. 4 sources de peur:

14.2. 2e phrase

14.2.1. pourquoi l'hédonisme est-il incompatible avec la vie heureuse?

14.2.1.1. recherche éffrénée du plaisir = excès

14.2.1.1.1. préjudices physiques: IST, crises de foie, ...

14.2.1.1.2. préjudices psychologiques: addiction, obsession, frustration

14.2.2. pour éviter les troubles psych/phys, il faut être épicurien

14.2.2.1. 2 notions: plaisir & prudence

14.2.2.2. peser les risques, le pour/contre, court/long terme.

14.2.2.2.1. action = choix éclairé, pas impulsion

14.2.2.3. prudence > philosophie

14.3. 3e partie, conclusion

14.3.1. opposition hédonisme/prudence

14.3.2. prudence > philo

14.3.2.1. philo = moyen

14.3.2.2. nous sommes philosophes pour être prudents, pas le contraire

14.3.2.3. prudence = but

14.3.2.3.1. mène directement au bonheur (but suprême)

14.3.3. penser aussi à autrui

14.3.3.1. but individuel = bonheur personnel

14.3.3.2. but collectif = bonheur collectif

14.3.3.3. 2 règles: ne pas se faire du mal, ne pas faire du mal à autrui

14.3.3.3.1. = condition du bonheur

15. Faut-il opposer la foi et la raison?

15.1. Intro

15.1.1. raison = faits, expérience, logique

15.1.2. foi = fides, confiance

15.2. L'opposition ancestrale raison/foi

15.2.1. deux attitudes psychologiques différentes

15.2.1.1. la raison

15.2.1.1.1. recherche de preuves/arguments

15.2.1.2. la foi

15.2.1.2.1. conviction intime, confiance aveugle

15.2.2. l'opposition entre foi & raison se manifeste d'autres manières

15.2.2.1. évolution des espèces, héliocentrisme, origine de l'homme

15.2.3. la foi repose sur des dogmes qui ne sont pas logiquement démontrés

15.2.3.1. dans la religion chrétienne

15.2.3.1.1. dogme de la résurrection de la chair + esprit

15.2.3.1.2. dogme de l'immaculée conception

15.2.3.1.3. possession: une âme qui s'empare du corps + âme

15.2.4. les preuves proposées par la foi sont elles-même irrationnelles

15.2.4.1. miracles: transgressions des lois de la nature

15.2.4.1.1. le buisson ardent qui brûle tout seul (ds la bible)

15.2.4.2. guérisons "miraculeuses": 2 attitudes

15.2.4.2.1. "c'est inexplicable car c'est un miracle"

15.2.4.2.2. "il y a une cause naturelle, nous ne la connaissons pas encore"

15.2.5. conclusion I

15.2.5.1. elles ne sont pourtant pas aussi opposées que l'on imagine

15.2.5.2. pour vérifier, comparer les 2 hypothèses

15.3. L'hypothèse spiritualiste à propos de l'origine de la matière

15.3.1. pour les religions monothéistes la matière a été créée par Dieu

15.3.1.1. ex nihilo, par une entité surnaturelle

15.4. L'hypothèse matérialiste/de la science

15.4.1. la matière n'a pas été créée

15.4.1.1. "rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme" etc

15.5. Conclusion

15.5.1. les deux affirment, sans pouvoir le prouver, qu'il y a qqch d'éternel

15.5.1.1. les croyants mettent ça sur le compte de Dieu

15.5.1.2. les scientifiques/matérialistes sur celui des matière/atomes

15.5.1.2.1. #épicure

16. Qu'est-ce que le temps? Est-il objectif ou subjectif?