Expérience et formation

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Rocket clouds
Expérience et formation par Mind Map: Expérience et formation

1. Andragogie (Knowles, 1970, 1973)

1.1. Le concept de soi : l'adulte se voit comme un être autodirigé

1.2. L'expérience de l'apprenant adulte : un réservoir d'expérience, source continu d'apprentissages

1.3. La volonté d'apprendre : la disposition à apprendre s'oriente vers des tâches développementales liées à ses rôles sociaux

1.4. L'orientation de l'apprentissage : du sujet vers le problème

1.5. La motivation à apprendre (1984:12) : internalisation

2. Formation expérientielle

2.1. "la formation n’est pas le seul mode d’apprentissage ; l’expérience l’est aussi" (Dominicé, 1996)

3. Processus d'apprentissage

3.1. Problématique de l'expérience distinguant concepts académique et concepts quotidien (Vygotski, 1934, 1985)

3.1.1. Cette problématique fait l'objet de développement nouveaux sous la direction d'Y.Clot à propos de la validation des acquis ou en didactique professionnelle (Mayen, 1999)

3.2. Dynamique expérientielle du modèle de Kolb (1984)

3.2.1. "Experiential learning" (Carl Rogers)

3.2.1.1. Kurt Lewin (1960)

3.3. « The idea of a social self means that all our learning takes place in an interaction between ourselves and others, and in the context of prevailing beliefs and attitudes - what we call the culture of society. This is not a one-way transaction, but it does make socialization aprimary function of learning » , (Jarvis, 1987)

3.4. Abord de la problématique de l'apprentissage en référence à une théorie générale de l'apprentissage (Bourgeois, 1997)

3.4.1. Constructivisme Piagetien

3.4.1.1. Piaget

3.5. Question du contenu des apprentissages chez les "didacticiens" (Giordan et de Vecci, 1987)

3.5.1. Didactique professionnelle (Vergnaud 1985, 1989, 1990)

4. Validation des acquis de l'expérience (Loi de Modernisation sociale, 2002, in Zeitler et Barbier, Recherche et Formation 70|2012)

4.1. Valorisation et formalisation de l’expérience semblent ainsi devenir des objets de préoccupation : « les efforts de rationalisation du traitement social de l’expérience » (Demailly, 2000)

4.2. « le jury, mais par voie de conséquence, l’accompagnateur, sont amenés à analyser l’expérience dans sa globalité au regard du diplôme dans son ensemble » (Kirsch et Savoyant, 1999)

4.3. « le candidat effectue ses propres choix sur les plans des objets et des situations. Il place le jury face à la singularité de son parcours et au reconstruit de son activité réelle, présente ou passée » (Ravat, 1998).

5. Compétences

5.1. L’expérience, omniprésente, semble jouer le rôle d’un attracteur, pour reprendre le premier terme seulement de l’expression « d’attracteur étrange » utilisée par Le Boterf (1996) pour désigner la compétence

5.1.1. "L’intention délibérée de prendre en compte l'expérience, d’agir avec elle et sur elle, constitue une originalité propre au champ de la formation, à ses recherches, à ses pratiques, originalité qui la distinguerait ainsi de la formation scolaire et la situerait, car c’est aussi un autre trait dominant des travaux que nous avons analysés, dans un certain courant éthique de l’éducation progressiste." (Mayen et Cayeux, Savoirs, 2003/1

6. Professionnalisation

6.1. Valorisation sociale de l'expérience au sein des cultures éducatives de la professionnalisation (Barbier 2011) centrées sur le développement de la compétence

7. Socioconstructivisme

7.1. Schneuwly, 1995

7.2. Deleau, 1992, 1999

7.3. Rocheix, 2000

7.4. Jonnaert et Vanderboeght, 1999

7.5. Barth, 1996

7.6. Bruner 1983, 1991,1996, 2000

8. elearning

8.1. Affordance socioculturelle

8.1.1. Simonian S. (HDR, 2016)

8.2. Environnement numérique et interface utilisateur : l'enjeu central de l'expérience utilisateur (user experience)

8.3. 12 principes d'ergonomie pour une meilleure expérience utilisateur (Amélie Boucher, 2012)

8.4. Dispositifs de formation et environnements numériques enjeux pédagogiques et contraintes informatiques (Leclerq et Varga, 2010)

9. 5 acceptions du concept d'expérience (Mayen et Mayeux, 2003)

9.1. Expérience vécue (Dewey, 1990)

9.1.1. Expérience empirique, spontanée, accidentelle (mais grossière

9.1.2. Expérience réflexive, fondée sur l'analyse et l'observation de l'action et de ses résultats

9.2. Les acquis de l'expérience sont les produits de l'expérience, éventuellement de qualité (Dewey, 2011)

9.3. L'expérience-parcours : succession des situations qui ont composées le parcours d'une personne

9.4. L'expérience processus : dynamique de formation et de transformation des manières de se situer, de peser, de raisonner, de ressentir, d'agir ...

9.5. L'expérience habitude : familiarité avec des situations, problèmes, tâches, événements qui peut en faire une ressource

10. Autoformation

10.1. Autodidaxie (Jean-Jacques Rousseau, 1762)

10.2. « L'autoformation "formation par soi-même" représente le foyer autour duquel gravitent plusieurs courants connexes de recherche et d'action. Véritable "pré-concept", l'autoformation souffre encore de son imprécision et de la multiplicité de ses acceptions. Mais c'est sans doute là aussi son aspect heuristique : l'autoformation, synonyme d'andragogie pour certains auteurs américains représente le foyer fédérateur des pédagogies de la responsabilité et de l'autonomie » (Philippe Carré, 1998)

10.3. « Il n'y a d'apprentissage véritable qu'en autoformation » (Philippe Meirieu)

10.4. « L'autoformation n'est en rien une "soloformation" : l'autodidacte sait braconner les apprentissages auprès des personnes qui l'entourent (...) l'autoformant par le détour de son histoire de vie ressaisit l'ensemble des liens sociaux » (Moisan & Kaplan, 2010)

11. Lindeman montre l’importance de l’apport de l’expérience dans la construction de l’identité de l’adulte (« Meaning of Adult Education », 1926)

11.1. « l’éducation est la vie même, non une simple préparation à une quelconque vie future : l’éducation établit des liens avec la vie»

11.2. « l’éducation des adultes ne cherche pas à rejoindre des idéaux professionnels, elle est conçue autour des besoins et des centres d’intérêt de l’apprenant »

11.3. « elle emprunte le chemin des situations réelles, vécues et non celles des matières académiques ; elle est centrée sur une pratique et non sur une théorie »

11.4. « la meilleure ressource est l’expérience de l’apprenant ; elle est l’élément clé, le manuel vivant de l’apprenant adulte »

12. « Dans l’histoire de vie comme pratique de recherche se trouve déjà l’orientation méthodologique et éthique qui va intéresser le champ de la formation : la valeur reconnue du savoir dont chacun est porteur ». (Lainé, 2000)

12.1. Histoire de vie

12.2. Récits de vie

12.3. Approche biographique (PIneau 2002)