Les rapports sociaux au sein de l'entreprise

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Rocket clouds
Les rapports sociaux au sein de l'entreprise par Mind Map: Les rapports sociaux au sein de l'entreprise

1. La hiérarchie

1.1. Définition: structure de pouvoir telle que chacun des éléments soient subordonnés au suivant.

1.2. L'organigramme est un outil permettant de voir cette hiérarchisation.

1.3. Dans les petites entreprises

1.3.1. Organisation simple

1.3.2. Le rôle des personnes impliquées est faiblement différencié.

1.3.3. Les personnes se connaissent bien, la question du "comment travailler ensemble" est gérée de façon informelle.

1.3.4. Le propriétaire-manager est:

1.3.4.1. Impliqué dans la production.

1.3.4.2. Compétant pour les différentes fonctions de l'entreprise.

1.3.4.3. Sa proximité avec ses employés facilite les rapports sociaux.

1.4. Dans les grandes entreprises

1.4.1. Organisation complexe

1.4.2. Le rôle des personnes impliquées est fortement différencié, ce qui aboutit à l'existence de sous-groupes.

1.4.3. Les propriétaires:

1.4.3.1. Peuvent être des personnes physiques ou morales, qui ne sont pas proche de leurs salariés.

1.4.3.2. Apportent les capitaux propres.

1.4.3.3. Sont des actionnaires si l'entreprise est une SA. Ils sont représentés par le conseil d'administration, qui veille aux intérêts de l'entreprise et de ses actionnaires, pour créer de la VA.

1.4.4. Les salariés:

1.4.4.1. Individu qui touche un salaire, qui travail pour un patron, il est lié à celui-ci par un contrat de travail et est subordonné à celui-ci.

1.4.4.2. Peuvent être manager, soit PDG et COMEX

1.4.4.2.1. Ils orientent et coordonnent les activités au sein de l'entreprise.

1.4.4.2.2. Ils ont des compétences de gestion et donc bénéficier d'une délégation de pouvoir des propriétaires.

1.4.4.2.3. Ils prennent les décisions majeures.

1.4.4.3. Les autres sont en charge de l'exécution des des opérations de production ou d'accompagnement. On y trouve les PCS, qui sont les ouvriers, les employés, les cadres, les professions intermédiaires.

2. La coopération

2.1. Définition: fait d'impliquer les individus appartenant à l'entreprise de façon à ce qu'ils agissent conjointement et intègrent totalement ses objectifs.

2.2. Les déterminants de la coopération

2.2.1. Le déterminant économique, les salaires, les primes, les avantages en nature.

2.2.2. Les avantages sociaux, c'est-à-dire la formation d'un collectif de travail valorisant, comme le CE.

2.2.3. Le déterminant psychologique, soit la reconnaissance du travail de l'employé, comme le titre d'employé du mois, les promotions.

2.2.4. La contrainte, la peur du licenciement, les avertissements.

2.2.5. Il faut susciter l'intérêt du l'employer pour le motiver.

2.2.6. Il faut faire adhérer au projet, l'employer aime ce qu'il fait, il est alors plus impliqué.

2.2.7. L'instauration d'un esprit d'équipe ou d'un esprit d'entreprise, pour que les salariés se sentent impliqués dans la vie de l'entreprise.

3. Les conflits

3.1. Définition: blocage des mécanismes de décision concernant la rémunération, les conditions de travail, au sein de l'entreprise.

3.1.1. Ils peuvent être:

3.1.1.1. Individuels ou collectifs

3.1.1.2. Défensifs ou offensifs

3.1.2. Les conflits peuvent prendre plusieurs formes:

3.1.2.1. Le débrayage, qui est une grève de très courte durée.

3.1.2.2. La grève, qui est un arrêt complet du travail et qui est reconnu par le code du travail.

3.1.2.3. La grève perlée, qui est une baisse des cadences et un ralentissement de la production.

3.1.2.4. La grève du zèle, qui est un ralentissement du travail, sous prétexte d'un respect scrupuleux des règles.

3.2. Les syndicats défendent les intérêts professionnels communs des membres de l'entreprise et jouent un rôle majeur dans la résolution des conflits.

3.3. Les instances de représentation participent à la coopération dans l'entreprise en:

3.3.1. Permettant la représentation des intérêts des employés.

3.3.2. Négociant des compromis avec l'employeur.

3.3.3. Appliquant le droit du travail.

3.3.4. Rassemblant plutôt qu'en divisant les travailleurs.

3.4. Les modes de résolution des conflits.

3.4.1. La domination est simple, le plus faible s'efface et le plus fort gagne. Ce mode est inégalitaire et créer des ressentiments.

3.4.2. Les compromis sont égalitaires et permettent de trouver un terrain d'entente mais une partie de l'objectif est abandonnée pour chacun.

3.4.3. L'intégration est vecteur de changement, elle met en avant les intérêts communs mais peut aboutir à un changement potentiellement déstabilisant.