Iran et Islamiste chiite après 1979

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Rocket clouds
Iran et Islamiste chiite après 1979 par Mind Map: Iran et Islamiste chiite après 1979

1. Novembre 1979 : prise d’otages des membres de l’ambassade américaine à Téhéran par des étudiants islamistes. Ils revendiquent l’extradition du Shah en exil aux États-Unis ( pays considéré comme le « Grand Satan » car il répand une culture nocive et soutient Israël ).

2. 3 décembre 1979 : le guide suprême de la révolution Rouhollah Khomeini prend le pouvoir après 16 ans d’exil et instaure un régime autoritaire en conduisant par exemple son pays en guerre contre l’Irak ( pays où il avait pu se réfugier quelques années auparavant). L’ayatollah Khomeyni instaure dans son pays une politique rigoureuse fondé sur l’application de l’islam chiite. Il veut faire apparaître l’islamisme sur la scène internationale en incarnant le soulèvement des pays musulmans face à l’Occident.

3. 28 juillet 1987: l’ayatollah Khomeiny prononce un discours aux partisans chiites de la Mecque où il annonce que l’organisation des soldats de Dieu vont lutter contre les forces de Satan. Autrement dit, l’islamisme chiite d’Iran combattra face à l’Occident . Leur slogan est explicite : « Ni Est-Ni Ouest » ( ne pas dépendre de l’Amérique et de l’Europe ni de l’Union Soviétique). Selon Khomeiny, seul les pays qui accepteront l’islam comme seule école pourront sauver l’humanité. En clair, dans ce discours, il cri contre les injustices émanant de l’Est et de l’Ouest, soutien les luttes islamiques anti-sionistes et surtout annonce avec confiance que l’islam éliminera l’un après l’autre les obstacles à l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières.

4. À la mort de Khomeiny en juin 1989, le régime s’est libéralisé mais avec l’élection en 2005 du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, une ligne dure est revenu au sein du pouvoir ayant pour objectif comme Khomeiny de rayer Israël de la carte (et non pas les Juifs ou Israéliens, il ne faut pas faite d’amalgame, la Palestine veut seulement récupérer son territoire perdu face aux inéquitables conflits contre Israël (c’est à dire la Cisjordanie, Gaza, le Golzn syrien et bien évidemment la ville de Jérusalem)). Le régime condamne tous pays musulmans ou non ayant déjà reconnu l’État Juif donc tous pays associés à Israël. Sont visés, la Jordanie et l’Égypte qui ont déjà signés des traités de paix avec Israël.

5. 14 février 1989 : Khomeiny lance à la radio une fatwa contre l’écrivain Salman Rushdie car celui-ci dans son roman « Les Versets Sataniques » aurait fait tenir au prophète Mahomet des propos jugés blasphématoires. L’imam (dignitaire religieux musulman) qu’est Khomeiny veut informer tous les musulmans du monde entier de cette insulte envers le Coran. Il demande à ceux que tout être ayant de près ou de loin participé à l’édition de ce livre soit tué et si les tueurs seraient amené à y perdre eux aussi la vie, ils seront alors considérés comme des martyrs.

6. Chiite : branche de la religion musulmane regroupant la quasi totalité des Iraniens et 15% de musulmans, les 85 autres % étant des sunnites.

7. Shah : mot persan signifiant « roi »

8. Ayatollah : titre donné aux chefs religieux de l’islam chiite dont ils sont l’instance suprême.

9. Sionisme : mouvement nationaliste créé par Théodore Hertzl qui consiste à accueillir en Palestine un foyer national Juif. L’islamisme chiite est donc antisioniste.

10. Fatwa : condamnation prononcée par une autorité religieuse musulmane.

11. Martyr : sacrifice conduisant à une reconnaissance suprême chez les musulmans

12. Janvier 1979 : Révolution islamique (tu met ça en gros et en rouge) contre le régime pro-Occidentale du Shah d’Iran Rheza Pahlavi.

13. 3 septembre 1987: au Liban et plus précisément à Beyrouth-Ouest, des femmes chiites manifestent en portant le portrait de l’ayatollah Khomeiny en signe de soutien. En effet, l’Iran épaule la communauté chiite dans la guerre civile libanaise, une milice libanaise et chiite du nom de « Hezbollah » (créé en 1982 reçoit même une aide technique et financière de la part de l’Iran.