Formules pédagogiques

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Rocket clouds
Formules pédagogiques par Mind Map: Formules pédagogiques

1. Brise-glace

1.1. Ce que j'aime ou n'aime pas

1.1.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à évoquer ce qu’il apprécie et ce qu’il appréhende à propos du cours ou de la séance qui s'amorce.

1.1.1.1. Variante : Ce que j’ai aimé ou pas aimé

1.1.1.1.1. Cette variante de l’activité se déroule à la fin d’un cours ou d’une séance.

1.2. Intérêts communs

1.2.1. En groupe de deux, les étudiants discutent pour trouver au minimum deux points communs avec l’autre personne (à partir de thèmes imposés ou non). Changer de partenaire à toutes les minutes et répéter autant de fois qu'il y a d'étudiants. Chaque étudiant note les points communs trouvés.

1.3. Je me présente

1.3.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à se présenter lui-même pendant un temps limité (1 ou 2 min) ou un nombre de phrases données (p. ex. dans un forum).

1.3.1.1. Variante : Vedette d'un jour

1.3.1.1.1. Les étudiants se présentent dans une courte vidéo postée sur un site d'hébergement (YouTube) dont ils partagent le lien.

1.4. Laissez-moi vous présenter...

1.4.1. En équipe de deux, chacun s’interview mutuellement (en personne, par courriel, par Skype ou en classe virtuelle). Par la suite, chaque étudiant présenté son partenaire (en classe ou sur le forum).

1.5. Moi en quelques mots

1.5.1. Chaque étudiant se présente en 5 à 10 mots (noms communs, propres ou dates) sur un tableau. Le groupe (entier ou en petite équipe) tente de déterminer ce que représente ces éléments dans un remue-méninges. À la fin, l'étudiant confirme les bonnes réponses.

1.5.1.1. Variante : Moi en quelques images

1.5.1.1.1. Remplacer les mots par une ou des images.

1.6. Trouvons quelqu'un qui...

1.6.1. Dans un groupe d'étudiants et dans un temps donné, consiste pour chacun à interroger le plus de ses collègues étudiants en leur posant une question par personne tirée d'une liste (préparée à l'avance par l'enseignant) afin de découvrir les caractéristiques de chacun. Faire signer la personne à côté de la question correspondante. À la fin, faire un bilan afin que tout le groupe prenne connaissance des particularités et de la diversité de ses membres.

2. Mise en pratique / Application

2.1. Arroseur arrosé

2.1.1. Les apprenants sont invités à préparer seuls ou en équipe une ou deux questions d’examen auxquelles, selon eux, le formateur aurait de la difficulté à répondre. En grand groupe, les apprenants adressent les questions au formateur, qui tentera d’y répondre. Si la question est mal formulée, le formateur demandera à ce qu’elle soit clarifiée en indiquant en quoi elle est mal formulée (adapté de Archambault, 2001).

2.2. Atelier

2.2.1. Tâche ciblée que doivent accomplir les étudiants, seuls ou en équipe, souvent après avoir reçu une démonstration de leur enseignant. L’enseignant guide les étudiants dans la réalisation de la tâche et les questionne régulièrement sur leurs façons de faire.

2.3. Billet d'entrée

2.3.1. Méthode qui consiste à faire passer un mini-test (écrit ou oral) au début d’une période de cours afin de vérifier la compréhension de la matière vue dans le cours précédent. Le mini-test peut aussi porter sur la compréhension d’une lecture préalable au cours.

2.4. Calcul mental

2.4.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à calculer mentalement des opérations mathématiques ou autres.

2.5. Carte de connaissances (ou carte conceptuelle)

2.5.1. Une carte de connaissances est une représentation graphique d’un ensemble de connaissances d’un domaine. La carte de connaissances peut être simplement fournie aux étudiants pour leur permettre d’avoir une vue d’ensemble d’un contenu abordé dans une formation, ou ils peuvent être invités à en construire ou à compléter une carte tronquée de ces étiquettes mais dont seule la structure est fournie. Dans ces derniers cas, la liste des connaissances à inclure dans la carte peut être fournie ou non par le formateur. Ce type d’activité peut constituer une activité d’apprentissage, mais est également approprié pour répondre à un objectif d’évaluation ou d’autoévaluation des connaissances.

2.6. Cherchez l'erreur

2.6.1. Un texte, un tableau ou un schéma récapitulant la matière précédemment apprise est présenté à l’apprenant dans lequel des éléments erronés ou inutiles ont été délibérément insérés, dont le nombre peut être précisé ou non. Ce dernier doit les identifier. Cette activité peut être réalisée individuellement ou en équipe (adapté de Archambault, 1998).

2.7. Collection

2.7.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à recueillir, réunir et présenter une collection d’objets pour des raisons esthétiques scientifiques, historiques, géographiques, etc.

2.8. Colloque

2.8.1. Série de présentations faites par les apprenants (individuellement ou en équipe) sur un thème donné à un moment fixé à l’avance dans un « programme de colloque » et durant une période limitée (par exemple, 30 minutes). Les autres apprenants posent des questions aux présentateurs. Les présentations peuvent prendre la forme d’une communication orale accompagnée d’une présentation de type PowerPoint ou encore d’une affiche commentée. L’ensemble de l’activité peut s’étendre sur une période de plusieurs journées ou est reparti sur plusieurs semaines. À l’aide de technologies appropriées, le colloque peut être tenu en mode virtuel synchrone ou asynchrone.

2.9. Comparaison

2.9.1. Dans cette activité, l’étudiant doit rechercher des éléments communs ou distinctifs entre des objets, des personnes, des techniques, des procédures ou des faits.

2.9.1.1. Variante : Entre la théorie et la pratique

2.9.1.1.1. Dans cette variante, l’étudiant doit identifier les éléments communs ou distinctifs entre la théorie et la pratique pour un concept, un objet, une technique, une procédure, etc.

2.10. Corbeille d'entrée

2.10.1. Comme l’indique Larouche (1987), la corbeille d’entrée consiste à demander à l’apprenant de remplacer un supérieur hiérarchique et d’effectuer le travail laissé en plan par ce dernier, en se fondant sur des documents se trouvant dans sa corbeille d’entrée. Ces documents peuvent être des lettres, mémos, appels téléphoniques, rapports, etc. L’apprenant doit classer les éléments à traiter en ordre d’importance, puis indiquer les décisions à prendre.

2.11. Débat

2.11.1. Discussion en deux « clans », chacun ayant à défendre un point de vue opposé. Typiquement, le problème est présenté de façon à ce que les apprenants puissent défendre la position « pour » et la position « contre ». L’enseignant agit comme modérateur. Il est possible que les apprenants choisissent la position qu’ils veulent défendre ou que l’enseignant la leur impose (au hasard ou à l’inverse de leur opinion de départ). On peut aussi inverser les rôles après un premier cycle de présentation des arguments. On peut mettre en œuvre cette technique au sein de petits groupes de quatre personnes et demander, à la fin de l’activité, que chaque groupe produise une synthèse présentant une position faisant consensus. Dans cette activité, l’étudiant est invité à assister ou à prendre part aux échanges entre deux parties à propos d’une idée, d’un projet, etc. L’intérêt du débat vient du fait que les parties ont à défendre des positions opposées.

2.11.1.1. Variante : Débat imaginaire

2.11.1.1.1. Cette variante propose à l’étudiant d’imaginer un débat entre deux parties et d’identifier comment ils développeraient leurs argumentations afin de défendre leurs positions.

2.12. Découverte guidée

2.12.1. « Démarche de découverte personnelle impliquant l’apprenant dans l’observation, l’analyse, la vérification et la généralisation de concepts, de notions ou de règles » (Chamberland, Lavoie et Marquis, 1995, p. 147). L’apprenant est guidé dans cette démarche au moyen de questions, indices, directives, suggestions de pistes à explorer, rétroactions, etc.

2.13. De quelle façon

2.13.1. Dans cette activité, l’étudiant doit identifier et mettre en ordre de priorité les tâches nécessaires pour accomplir une tâche complexe. Pour chacune des tâches, il doit en identifier les objectifs et identifier les ressources à mobiliser.

2.14. Dictée

2.14.1. Dans cette activité, l’étudiant doit écrire correctement des mots, des chiffres, des phrases ou des notes de musiques suite à l’écoute d’un extrait sonore.

2.15. Dictionnaire

2.15.1. Cette activité consiste à faire rechercher par les apprenants dans des dictionnaires généraux et disciplinaires les différentes définitions d’un terme. Ils sont invités à bien indiquer la discipline associée à la définition. Ils peuvent ensuite identifier toutes les définitions qui seraient acceptables dans le domaine ciblé dans la formation. Les apprenants peuvent être invités à se regrouper en petites équipes pour arriver à un consensus sur les définitions acceptables. Une discussion de groupe suit permettant au formateur de rétroagir sur les définitions choisies (adapté de Archambault, 1998).

2.16. Écriture collaborative en ligne

2.16.1. Les apprenants sont invités à rédiger, à l’aide d’un outil de rédaction collaborative en ligne (tel un wiki) un texte sur un thème ciblé. Le texte peut être commenté et modifié par les visiteurs et des indices visuels permettent de cibler les parties modifiées et, selon le cas, d’identifier les auteurs des modifications proposées. Plusieurs types de textes peuvent ainsi être rédigés : encyclopédie collaborative, texte d’opinion, etc. La rédaction peut se faire en mode synchrone ou asynchrone.

2.17. Enquête

2.17.1. Les apprenants sont invités à préparer un questionnaire d’enquête et à l’administrer à un certain nombre de sujets, puis à traiter et à interpréter les données. Un rapport présentant les résultats de l’enquête est préparé. Dans une version plus simple, des données tirées d’une enquête déjà réalisée sont présentées sous une forme synthétisée dans un tableau aux apprenants. Ces derniers doivent tenter d’en faire des interprétations et celles-ci peuvent être discutées en grand groupe.

2.18. Enseignement par les pairs

2.18.1. Dans cette activité, l’étudiant prend le rôle du professeur pour enseigner ce qu’il a appris à ses collègues. Il doit s’approprier un sujet, élaborer des activités d’apprentissages, préparer du matériel pour amener ses collègues à apprendre.

2.18.1.1. Variante : Micro-enseignement

2.18.1.1.1. Cette variante de l’activité permet à un étudiant de pratiquer ses habiletés à enseigner ou à faire apprendre à ses collègues. Encore là, il doit s’approprier un sujet, élaborer des activités d’apprentissage, préparer du matériel pour que ses collègues apprennent. La différence avec l’activité d’enseignement avec les pairs tient au fait que la leçon dispensée ne dure que 10 à 15 minutes et qu’elle est enregistrée sur un support vidéo. La vidéo obtenue peut être écoutée immédiatement après la leçon dans le but d’obtenir une rétroaction sur la performance de l’étudiant.

2.19. Enseignement réciproque

2.19.1. Par groupes de 3 à 5, les étudiants préparent une séance d’enseignement (45 à 60 min). Leur objectif est d’enseigner un sujet à leurs collègues, en organisant une séance interactive (par exemple avec discussions, débats, exercices, etc.) et en vérifiant leur compréhension à la fin avec une évaluation courte (QCM, réponses écrites ou orales à des questions ouvertes, etc.). À la fin, un débriefing a lieu pour évaluer la séance (évaluation par l’enseignante et par les pairs).

2.20. Entrevue/Interview

2.20.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à interroger une personne dans le but de connaître ses opinions, ses conceptions, ses valeurs, ses connaissances, ses sentiments, ses attitudes ou des informations sur ses façons de faire. Généralement la discussion est orientée par un questionnaire qui a été préparé préalablement. Une fois analysées, résumées et mises en ordre, les informations recueillies lors de l’échange peuvent être réutilisées dans une communication ou lors d’une discussion en groupe.

2.21. Esprit martien

2.21.1. Dans cette activité, l’étudiant doit décrire des choses, des faits, des observations, etc. comme pourrait le faire un martien qui verrait ces phénomènes pour la première fois.

2.22. Étude de cas

2.22.1. « Proposition, à un petit groupe, d’un problème réel ou fictif en vue de poser un diagnostic, de proposer des solutions et de déduire des règles ou des principes applicables à des cas similaires » (Chamberland et al., 1995, p. 91). Dans la méthode classique (appelée la méthode de Harvard), le cas est présenté par écrit, avec un certain nombre de détails importants et secondaires, parmi lesquels les étudiants doivent faire un choix. Prégent (1990) relève quelques variantes : • Cas dramatisé : Le cas est présenté sur support vidéo, cinématographique, audio, etc. • Cas simplifié : Seuls les éléments importants du cas sont présentés aux étudiants. • Technique de Pigors : Des informations minimales sont fournies aux étudiants et ceux-ci sont invités à poser des questions. Seules les informations demandées sont alors fournies. • Rédaction de cas par les étudiants.

2.23. Étudiants évaluateurs

2.23.1. Méthode qui consiste à demander aux étudiants de préparer par écrit quelques questions d’examen (ou un examen complet) sur la matière vue en classe. Les étudiants formulent également les réponses. Une ou des questions obtenues peuvent être intégrées à une évaluation sommative.

2.24. Évaluation de sources

2.24.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à évaluer des sources d’informations qui peuvent provenir du web, d’articles, d’exposés, etc. sur un thème ou un sujet précis. Ces sources peuvent être fournies par le professeur ou par l’ensemble des étudiants d’un groupe.

2.25. Exercices

2.25.1. Méthode d’enseignement qui consiste à demander à l’apprenant de répondre à des questions ou de réaliser des tâches spécifiques brèves. Legendre (2005) classifie les exercices selon les catégories suivantes : • Exercice d’imitation : L’étudiant répond à des questions en suivant un modèle (ex. : un animal, des animaux; un canal, des canaux; un cheval, des ...). • Exercice de discrimination : L’étudiant identifie parmi un ensemble d’entités celle qui se distingue des autres ayant des caractéristiques semblables (ex. : oiseaux, reptiles, mammifères, roseaux). • Exercice de construction : L’étudiant doit suivre une procédure et construire sa réponse (ex. : opérations mathématiques; fabrication d’un objet; analyse chimique ou littéraire, etc.). • Exercice de transfert : L’étudiant applique des connaissances acquises à une ou plusieurs situations. On parle d’exercices « répétitifs » ou « répétés » lorsque les exercices doivent être exécutés en suites successives.

2.26. Formation en vestibule

2.26.1. « La formation en vestibule permet l’apprentissage d’une tâche ou d’un ensemble de tâches dans un environnement artificiel distinct du lieu réel de travail, mais reproduisant le plus fidèlement possible les caractéristiques de ce milieu. Ainsi, les nouveaux employés s’entraînent sur le même équipement et selon les mêmes processus d’opération que ceux qu’ils auront à utiliser dans leur milieu réel. (...) L’apprenti commence à pratiquer en exécutant une tâche qui implique des comportements aussi rapprochés que possible de ceux qu’il aura à utiliser en situation réelle de travail » (Larouche, 1987, p. 212).

2.27. Glossaire collectif

2.27.1. Individuellement ou en petits groupes (2 ou 3), les étudiants se voient attribuer un nombre de notions à définir (concepts, théories, auteurs, faits, œuvres, etc.). Ils recherchent de l’information sur ces notions et rédigent une courte fiche de type encyclopédique (définition, exemple, illustration, liens vers d’autres références, etc.). L’ensemble des fiches constitue un glossaire collectif distribué à toute la classe.

2.28. Groupe conseil

2.28.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité avec des coéquipiers à analyser une activité ou un processus et formuler des conseils pour les améliorer. Cette activité peut être problématique ou non.

2.28.1.1. Variante 1: Groupe stratégique

2.28.1.1.1. Dans cette activité, l’étudiant avec ou sans ses équipiers doit identifier des forces des faiblesses, des opportunités et des menaces pour un objet, une connaissance, une découverte ou une idée.

2.28.1.2. Variante 2 : Groupe de consultation

2.28.1.2.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité avec des coéquipiers à analyser un problème, une situation problématique pour ensuite identifier des pistes de solution.

2.29. Imaginer

2.29.1. Dans cette activité, l’étudiant doit imaginer qu’un événement, un concept, une procédure, etc. n’existe pas et tenter de décrire ce que pourraient être les impacts de cette absence.

2.29.1.1. Variante : Anticiper

2.29.1.1.1. Dans cette variante, l’étudiant doit tenter d’anticiper le futur en se mettant dans la peau de quelqu’un ou en décrivant un objet, un concept, une réalité, etc.

2.30. Improvisation

2.30.1. Dans cette activité, l’étudiant s’exprime verbalement, par écrit ou avec son corps de façon spontanée. Cette expression immédiate peut porter sur un thème spécifique et être régie par des règles.

2.31. Jeu éducatif

2.31.1. Interaction des apprenants dans une activité à caractère artificiel, où ils sont soumis à des règles et dirigés vers l’atteinte d’un but. Le jeu se distingue de la simulation par le fait que le jeu n’a pas la prétention de reproduire fidèlement la réalité (Chamberland et al., 1995). Selon Sauvé, Renaud et Kaufman (2010), le jeu possède six propriétés essentielles : des joueurs, un conflit, des règles, un but prédéterminé, un caractère artificiel et un caractère éducatif.

2.32. Jeu de rôle

2.32.1. « Interprétation du rôle d’un personnage en situation hypothétique en vue de mieux comprendre les motivations qui justifient les comportements » (Chamberland et al., 1995, p. 71). Des apprenants agissent à titre d’observateurs. Le jeu de rôle peut avoir différentes formes (Chamberland et al., 1995) : • Technique centralisée : La classe est divisée en sous-groupes, dont les membres jouent le même rôle (mais chaque sous-groupe a un rôle différent). Un observateur est assigné à chaque sous-groupe. • Aquarium : Les protagonistes sont observés par les autres apprenants placés autour d’eux. • Théâtre-forum : Variante de l’aquarium. Un observateur peut interrompre l’action et se substituer à un personnage pour réinterpréter la situation à sa manière, étant lui-même appelé à être éventuellement remplacé par quelqu’un d’autre. • Technique décentralisée : Le même scénario est interprété simultanément par de petites équipes, chacune étant observée par des observateurs différents.

2.33. Jeu de simulation

2.33.1. « Processus de formation qui consiste, sous forme de jeu, à simuler une situation ou une activité qui correspond à un aspect quelconque de la réalité » (Legendre, 2005, p. 815). Le jeu de simulation combine donc les éléments du jeu, avec les caractéristiques de la simulation. Il possède six propriétés essentielles : (1) un modèle d’un système réel ou fictif, (2) un modèle simplifié, (3) un modèle dynamique, (4) les joueurs sont en compétition et parfois en coopération, (5) des règles, (6) un caractère éducatif (Sauvé et al., 2010).

2.34. Jeu sérieux

2.34.1. « Application informatique, dont l’intention initiale est de combiner, avec cohérence à la fois des aspects sérieux (serious) tels, de manière non exhaustive et non exclusive, l’enseignement, l’apprentissage, la communication, ou encore l’information, avec des ressorts ludiques issus du jeu vidéo (game). Une telle association, qui s’opère par l’implémentation d’un ‘scénario pédagogique’, qui sur le plan informatique correspondrait à implémenter un habillage (sonore et graphique), une histoire et des règles idoines, a donc pour but de s’écarter du simple divertissement » (Alvarez, 2007, cité dans Sauvé et al., 2010, p. 28). Ces derniers auteurs les classent dans la catégorie des jeux de simulation (voir cette rubrique).

2.35. Jigsaw / Puzzle

2.35.1. Tactique d’apprentissage collaboratif appropriée pour des tâches longues et complexes et qui permet aux apprenants de partager le travail à réaliser et de développer une expertise sur un aspect de la tâche. La tactique consiste à former des groupes de 4-5 apprenants, appelés « groupe d’origine ». Dans chacun de ces « groupes d’origine », des tâches spécifiques sont attribuées à chacun des apprenants. Les apprenants s’étant vus attribuer la même tâche dans chacun des « groupes d’origine » se réunissent pour former des « groupes d’experts ». Une fois les connaissances partagées dans chaque « groupe d’experts », chaque membre d’un tel groupe rejoint son « groupe d’origine » pour mettre en commun avec ses coéquipiers l’expertise qu’il a acquise au sein de son groupe d’experts et qui s’avère nécessaire à la réalisation de la tâche (définition inspirée de ministère de l’Éducation de la Saskatchewan, 1995).

2.36. Laboratoire

2.36.1. « Situation dans laquelle les apprenants, sous le contrôle d’un enseignant, étudient les causes, les effets, la nature ou les propriétés d’objets ou de phénomènes par la manipulation et l’expérimentation » (Chamberland et al., 1995, p. 117). Cette méthode consiste, pour l’étudiant, à procéder à une expérience en milieu isolé et sécuritaire selon un protocole défini. Cette expérience est généralement précédée, par l’enseignant et/ou un technicien de laboratoire, d’une démonstration explicitant le but de l’expérimentation et illustrant la procédure à suivre. Elle débouche le plus souvent sur la rédaction d’un rapport de laboratoire dans lequel sont présentés le cadre de l’expérience (problématique, théorie, hypothèses ou contexte, etc.), l’approche utilisée et les résultats obtenus que l’étudiant est appelé à commenter ou à interpréter.

2.37. Maquette

2.37.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à élaborer une reproduction concrète d’un phénomène, d’un objet, d’une idée, d’une technologie, d’une notion, d’un contexte, etc. Cette reproduction peut provenir de la réalité ou de l’imaginaire.

2.38. Parodier/Pasticher/Imiter

2.38.1. Dans cette activité, l’étudiant doit parodier, pasticher, imiter un document, une œuvre, une réalisation, un dessin, une activité motrice, un personnage ou une scène d’actualité.

2.39. Portfolio

2.39.1. Recueil d’activités qui démontre les efforts individuels, les progrès et les réflexions de l’étudiant au regard des compétences à développer (CPU-Université de Montréal, n. d.).

2.40. Présentation orale

2.40.1. Présentation orale d’un étudiant ou d’un groupe d’étudiants devant la classe portant sur les résultats d’un projet, d’une recherche, etc. Permet de développer, entre autres, la capacité de synthèse et de communication des étudiants.

2.41. Projet

2.41.1. Accomplissement d’un mandat (construction d’un objet concret, production d’un rapport, préparation d’une présentation orale, etc.) sur un thème généralement choisi par les étudiants (à partir ou non d’une liste). Le projet peut s’apparenter à un projet réel et on applique alors toutes les contraintes de la vie professionnelle (client réel, budget à respecter, etc.). Il peut aussi être fictif et certaines contraintes (budget, client réel, etc.) sont alors éliminées (Prégent, 1990). Le projet peut se réaliser individuellement ou en équipe.

2.42. Protocole

2.42.1. « Méthode d’enseignement qui consiste à enregistrer la performance de l’étudiant lors de l’exécution d’une tâche et à analyser cette performance dans le but de la rectifier si nécessaire » (Brien et Dorval, 1984, p. 134).

2.43. Publication collective

2.43.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à participer à la publication d’une œuvre collective qui peut prendre la forme d’un journal, d’une vitrine de travaux, d’un reportage, d’un magazine, d’une émission de radio, d’un film vidéo, etc.

2.43.1.1. Variante 1 : Journal historique

2.43.1.1.1. Cette variante de l’activité consiste à rassembler des documents (textes, photos, etc.) pour reconstituer un reportage ou un journal pour une journée, une année historique ou une période de temps précise.

2.43.1.2. Variante 2 : Création collective

2.43.1.2.1. Cette variante de l’activité consiste à élaborer une œuvre collective (texte, poème, bande dessinée, film, dessin, etc.), mais en respectant un principe de travail à la chaîne. Chacun des membres de l’équipe continue le travail amorcé par son prédécesseur avant de le passer au suivant.

2.43.1.3. Variante 3 : Livre de classe

2.43.1.3.1. Cette variante de l’activité consiste à produire une ressource commune qui peut contenir des rapports, des essais, des réflexions, etc. qui ont été réalisés lors du cours. Cette ressource commune peut servir de référence par la suite.

2.44. Questions-réponses

2.44.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à interroger une personne ou un groupe de personne suite au visionnement d’une vidéo, la lecture d’un texte, l’écoute d’un exposé, etc. Plusieurs façons d’ordonner les questions peuvent être utilisées lors de la période de questions-réponses. La plus simple est celle où l’étudiant pose ses questions directement au professeur ou un expert qui doivent répondre. Chaque étudiant d’un groupe peut aussi être invité à poser une question à tour de rôle. La personne interrogée peut répondre au fur et à mesure ou répondre après avoir compilé les questions.

2.44.1.1. Variante 1 : Cellule d'apprentissage

2.44.1.1.1. Dans cette variante de l’activité questions-réponses, l’étudiant doit individuellement, lire un texte, écouter une vidéo, écouter un exposé, etc. Par la suite, il doit préparer 5 questions qu’il posera à un de ses collègues. Si ce dernier ne connaît pas les réponses à ses questions, l’étudiant doit lui expliquer pour qu’il y arrive. Pour ce faire, il doit essayer de déterminer pourquoi l’autre ne comprend pas et lui fournir les explications nécessaires. En cas de besoin, les deux étudiants peuvent solliciter l’aide du professeur.

2.44.1.2. Variante 2 : Question d'examen

2.44.1.2.1. Dans cette variante, l’étudiant est appelé à rédiger individuellement une question qui pourrait être posée à un éventuel examen. Cette question doit couvrir un aspect important de la matière qui a été abordé et elle doit être formulée de façon ouverte. Par la suite, l’étudiant est jumelé avec un coéquipier afin de choisir la meilleure des questions entre celles qu’ils ont formulées. Les dyades sont fusionnées en groupe de 4 étudiants qui doivent procéder au même choix. Ces regroupements d’étudiants s’effectuent jusqu’au moment où il ne reste que 4 ou 5 groupes d’étudiants. Enfin, les groupes d’étudiants doivent présenter la question qu’ils ont retenue et justifier leur choix. Si les questions sont pertinentes, le professeur pourra les utiliser dans un examen.

2.44.1.3. Variante 3 : 20 questions permises

2.44.1.3.1. Cette variante a pour objet d’identifier une personne connue dans un domaine donné. Pour y arriver, l’étudiant ou un groupe d’étudiants a droit de poser un maximum de 20 questions à leur professeur ou un expert. Les réponses à ces questions ne peuvent être que : Oui/Non, Sans rapport, probablement, douteux, parfois d’habitude, rarement ou inconnu.

2.45. Quiz

2.45.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à participer à un petit quiz. Ce dernier peut être dispensé suite à l’écoute d’un exposé, d’une vidéo, d’un extrait musical, etc. ou encore, avant d’entreprendre un cours, pour identifier les connaissances initiales des étudiants.

2.46. Recherche

2.46.1. Recherche documentaire

2.46.1.1. Méthode qui consiste, pour l’étudiant, à effectuer une recherche dans la documentation existante (monographies, revues spécialisées, journaux, etc.) ou sur Internet dans le but de réunir et d’organiser des informations dans un domaine spécifique ou au regard d’une problématique particulière.

2.46.2. Recherche empirique

2.46.2.1. Méthode qui consiste, pour l’étudiant, à décrire et à expliquer des phénomènes ou à résoudre des problèmes par observations – contrôlées ou non – ou par des expérimentations. La recherche se fait en milieu contrôlé ou en milieu réel.

2.46.3. Recherche descriptive ou statistique

2.46.3.1. Méthode qui consiste, pour l’étudiant, à présenter les caractéristiques de personnes, de situations ou de groupe de personnes de façon systématique et objective. L’objectif essentiel de ce type de recherche est de fournir une image précise d’un phénomène ou d’une situation. Il s’agit de décrire l’objet d’étude plutôt que de l’expliquer.

2.46.4. Mini-recherche

2.46.4.1. Méthode qui consiste, pour l’enseignant, à préparer une série de questions et à assigner (le plus souvent au hasard) une question à un étudiant ou une équipe d’étudiants dans le but de trouver une réponse appropriée dans un temps limité à l’aide de ressources disponibles.

2.46.5. Revue de presse

2.46.5.1. Cette variante de la recherche d’informations concentre la recherche de l’étudiant sur des sources d’informations qui touche l’actualité comme les quotidiens, les hebdomadaires ou des revues spécialisées.

2.47. Rédaction de texte

2.47.1. Dans cette activité, l’étudiant doit rédiger un texte qui peut prendre différentes formes. Il peut s’agir d’un texte qui synthétise, résume, identifie les notions essentielles, fait état d’un exposé, un article, un clip audio ou vidéo ou une œuvre littéraire. Ce texte peut prendre la forme d’un discours continu ou d’une fiche de lecture. Le texte peut prendre la forme d’une dissertation sur un thème philosophique, scientifique ou technique. Il peut également prendre la forme d’un rapport qui décrit une procédure, des résultats et une analyse se rapportant à une expérimentation.

2.47.1.1. Variante 1 : Révise, révise, révise

2.47.1.1.1. Cette variante de l’activité exige de l’étudiant qu’il révise trois fois le texte qu’il a soumis. Le premier cycle de révision exige de l’étudiant qu’il limite son texte. Le deuxième lui demande d’ajouter des informations alors que le troisième cycle vise à faire clarifier certains points traités dans le texte.

2.47.1.2. Variante 2 : 100 mots ou moins

2.47.1.2.1. Cette variante de l’activité demande à l’étudiant d’interpréter et de partager sa compréhension d’un cours avec un maximum de 100 mots.

2.47.1.3. Variante 3 : Paraphrase

2.47.1.3.1. Suite à la lecture d’un court texte, l’étudiant est invité à rédiger un résumé de ce texte dans un seul paragraphe. Il doit le faire sans utiliser un seul des noms, des adjectifs ou des verbes présents dans le texte original.

2.47.1.4. Variante 4 : Écrivain créatif

2.47.1.4.1. En équipe, l’étudiant est tenu de rédiger un poème ou un couplet de chanson sur un thème qu’ils ont abordé dans le cours. Autant que possible, le poème ou le couplet doit illustrer quelques applications des connaissances de ce thème.

2.48. Références partagées

2.48.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à partager les sites Web, les articles ou toutes autres références à la communauté. C’est à cette dernière que revient le rôle de choisir une typologie ou de faire des regroupements. Il en résulte un système conçu par et pour les intérêts de la communauté, qui peut donc être fouillé dans un niveau de langage familier et contextualisé.

2.49. Résolution de problèmes

2.49.1. Les apprenants sont invités à résoudre un problème d’envergure, généralement en équipe. Le problème à résoudre est un problème pour lequel ils n’ont reçu aucune formation préalable et dont la résolution leur permettra d’atteindre un ou plusieurs objectifs d’apprentissage (Prégent, 1990). Ils sont invités à résoudre le problème en appliquant une démarche de résolution de problème et en consultant diverses ressources documentaires qui leur sont fournies ou qu’ils doivent eux-mêmes rechercher. En somme, « une situation-problème est une situation d’apprentissage que le pédagogue imagine dans le but de créer un espace de réflexion et d’analyse autour d’une question à résoudre (un obstacle à franchir) » (Raynal et Rieunier, 2010, p. 295).

2.50. Schématiser

2.50.1. Dans cette activité, l’étudiant élabore une représentation graphique (dessin, schéma, graphique, modèle, illustration, croquis, carte, etc.) d’un concept, d’un fait ou d’une procédure.

2.50.1.1. Variante : Bande dessinée

2.50.1.1.1. Dans cette variante, la représentation graphique élaborée par l’étudiant prend la forme d’une succession logique d’images picturales avec ou sans textes pour transmettre des informations, garder l’attention ou pour distraire le lecteur.

2.51. Séminaire

2.51.1. Activité pouvant s’étendre sur plusieurs séances au cours desquelles les apprenants discutent sur un sujet spécifique, à la suite de lectures choisies et que tous les apprenants devront avoir faites avant chaque séance. Chaque apprenant peut être chargé de faire un compte rendu écrit d’un ou de plusieurs textes et de l’animation d’une séance.

2.51.1.1. Variante : Séminaire de projet

2.51.1.1.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à présenter un projet à différentes phases de sa réalisation : avant-projet, réalisation, après-projet. Ce projet peut être individuel ou en équipe. Cette présentation se fait à des pairs d’une autre équipe ou du groupe complet. La présentation est suivie d’une discussion des participants au séminaire. Ils peuvent alors critiquer, de façon constructive, le travail qui a été fait. Les critiques ou commentaires peuvent porter sur la forme (qualité de la langue, présentation visuelle, etc.) et le contenu (arguments, logique, véracité des faits, etc.).

2.52. Send a problem

2.52.1. Les étudiants sont répartis en groupes de 4 ou 5. Chaque groupe reçoit un problème/cas différent à résoudre et une enveloppe. Chaque groupe discute le problème, choisit une solution et la rédige sur une feuille de papier qu’il glisse dans l’enveloppe (durée : +/- 15 min.). Les groupes font passer le problème et l’enveloppe à un autre groupe qui essaie à son tour de le solutionner et de rédiger une réponse qui est glissée dans l’enveloppe. Les problèmes passent ainsi de groupe en groupe. Le dernier groupe lit toutes les solutions des groupes précédents et en fait une synthèse. Toutes les synthèses sont ensuite présentées oralement à l’ensemble des étudiants.

2.53. Simulation

2.53.1. Tactique qui consiste à mettre à la disposition de l’étudiant un modèle simplifié, mais juste, d’un phénomène physique, social, administratif ou autre (réel ou hypothétique) et à lui fournir la possibilité d’agir sur ce modèle et d’observer ainsi les conséquences des décisions qu’il a prises. Dans cette activité, l’étudiant est invité à participer aux activités d’un environnement réel ou fictif qui reproduit en tout ou en partie la réalité d’un milieu. Dans cet environnement, il doit réagir en adoptant des comportements, des attitudes, des règles, des procédures ou des techniques qu’il a appris. La simulation permet à l’étudiant de faire des essais, des erreurs sans qu’il y ait de conséquence ou de risque à prendre.

2.54. Stage

2.54.1. Prégent (1990) décrit le stage comme une session de formation pratique qu’on impose à un étudiant et qui a en général lieu dans un endroit apparenté au futur milieu de travail du stagiaire. L’étudiant doit atteindre certains objectifs pratiques, tient un journal de bord et rédige un rapport de stage. Il est conseillé par le professeur et par un superviseur issu du milieu professionnel.

2.55. Tournoi

2.55.1. « Méthode d’enseignement utilisée en vue de perfectionner la maîtrise des concepts ou des habiletés d’un contenu donné. Typiquement, le groupe est divisé en sous-groupes qui s’engagent dans des épreuves où les connaissances et les habiletés des participants sont mises à l’épreuve » (Brien et Dorval, 1984, p. 142). L’affrontement peut se faire entre plusieurs petites équipes ou entre deux grandes équipes (Chamberland, Lavoie et Marquis, 1995).

2.56. Travail en équipe

2.56.1. « Réunion d’un petit groupe d’apprenants (3 à 8) pour réaliser une tâche précise dans un temps déterminé » (Chamberland et al., 1995, p. 103). On retrouve plusieurs types de travail en équipe : • Travail en parallèle : Toutes les équipes réalisent la même tâche, chacune de leur côté. • Travail en complémentarité : Chaque équipe réalise une partie d’une tâche globale à réaliser. Les tâches peuvent être liées séquentiellement ou non (Chamberland, Lavoie et Marquis, 1995).

2.57. Travail réflexif

2.57.1. Regard critique porté par les étudiants sur leur propre apprentissage, fonctionnement ou performance afin de décrire et d’analyser ce qu’ils font, d’évaluer leurs progrès, de faire des prises de conscience, d’envisager des ajustements, etc. Divers outils peuvent soutenir la réflexion tels un journal de bord, l’observation des performances (celles de ses pairs ou d’experts), des entretiens avec l’enseignant et un portfolio.

2.58. Tutorat

2.58.1. Dans cette activité, l’étudiant est jumelé avec un de ses collègues pour lui prodiguer de l’aide individualisée ou en recevoir de ce dernier. Par un échange de questions, de réponses et de discussions sur un sujet, les deux étudiants peuvent identifier ce que leur partenaire comprend moins bien et utiliser diverses stratégies pour l’aider.

2.59. Une journée dans la vie de...

2.59.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à faire une recherche d’informations sur un personnage réel, historique ou fictif. Par la suite, il doit présenter ce que vit ce personnage dans une journée spécifique ou typique de sa vie.

2.60. Visualisation

2.60.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à visualiser un objet, un événement ou une situation antérieure, présente ou future.

2.60.1.1. Variante : Prévision

2.60.1.1.1. Dans cette variante de l’activité, un scénario, une simulation ou une situation est présentée à l’étudiant. Par la suite, ce dernier est invité à prévoir ce qui devrait arriver dans la poursuite du déroulement de l’événement présenté. L’étudiant doit prédire et expliquer ce qu’il prévoit.

3. Réflexion sur l'apprentissage

3.1. Ce que j'aime ou n'aime pas

3.1.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à évoquer ce qu’il apprécie et ce qu’il appréhende à propos du cours ou de la séance qui s'amorce.

3.1.1.1. Variante : Ce que j'ai aimé ou pas aimé

3.1.1.1.1. Cette variante de l’activité se déroule à la fin d’un cours ou d’une séance.

3.2. Ce que je sais

3.2.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à indiquer ce qu’il connaît déjà de la matière ou ce qu’il cherche à apprendre. Ainsi, il sera possible d’évaluer les apprentissages réalisés ou identifier ceux qui restent à faire.

3.2.1.1. Variante : Ce que je dois savoir

3.2.1.1.1. Cette variante de l’activité invite l’étudiant à énumérer ce qu’il devrait savoir à la fin d’un cours ou d’une séance.

3.3. Comparaison de notes

3.3.1. À la fin d’une portion du cours, l’enseignant propose aux étudiants de prendre un moment pour relire leurs notes, les compléter et noter d’éventuelles questions. Par petits groupes, les étudiants comparent ensuite leurs notes et en profitent pour combler les lacunes avec leurs collègues. L’enseignant prend un moment à la toute fin de la séance ou au début de la suivante afin de répondre aux questions restantes.

3.4. Confrontation d'intuitions et de connaissances antérieures

3.4.1. Au début d’une formation, les apprenants sont invités à répondre à quelques questions visant à les amener à exprimer leurs intuitions ou connaissances antérieures concernant le domaine ciblé. Après la formation, ils sont invités à revenir sur leurs réponses, à identifier les erreurs, les inexactitudes et les éléments manquants dans leurs représentations initiales.

3.5. Connotation

3.5.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à évoquer le sens ou les valeurs qu’il attache au sujet, au contenu ou mots utilisés dans un cours ou une séance.

3.6. Ma ressource préférée

3.6.1. En début de session, après avoir parcouru le matériel du cours, demander aux étudiants de choisir la ressource la plus intéressante pour eux et pourquoi, en lien avec leur projet professionnel ou d'études. Il peut s'agir d'un manuel, d'un logiciel, d'un site web, etc.

3.6.1.1. Variante : La ressource que je vais réutiliser

3.6.1.1.1. En fin de session, demander aux étudiants d'identifier la ressource qu'ils vont certainement réutiliser dans les prochains mois ou les prochaines années, en lien avec leur projet professionnel ou d'études, et de justifier pourquoi.

3.7. Mentorat

3.7.1. Dans cette activité, l’étudiant est encadré par une personne plus expérimentée pour l’apprentissage d’une tâche professionnelle complexe. Cette personne lui fournit de la rétroaction sur son travail, lui transmet des informations pertinentes en plus de lui faire des suggestions pour s’améliorer.

3.8. Portfolio

3.8.1. Recueil d’activités qui démontre les efforts individuels, les progrès et les réflexions de l’étudiant au regard des compétences à développer (CPU-Université de Montréal, n. d.).

3.9. Tour d'horizon

3.9.1. Sur un sujet controversé, les apprenants ont deux minutes pour écrire une phrase qui exprime leur opinion spontanée sur ce sujet. Chacun lit la phrase telle qu’elle est exprimée. Une discussion de groupe peut suivre afin de distinguer et de comparer les opinions exprimées (adapté de Archambault, 1998). Cette activité sert généralement pour identifier les conceptions initiales des étudiants à propos d’un sujet donné.

3.10. Travail réflexif

3.10.1. Regard critique porté par les étudiants sur leur propre apprentissage, fonctionnement ou performance afin de décrire et d’analyser ce qu’ils font, d’évaluer leurs progrès, de faire des prises de conscience, d’envisager des ajustements, etc. Divers outils peuvent soutenir la réflexion tels un journal de bord, l’observation des performances (celles de ses pairs ou d’experts), des entretiens avec l’enseignant et un portfolio.

3.11. Tutorat

3.11.1. Dans cette activité, l’étudiant est jumelé avec un de ses collègues pour lui prodiguer de l’aide individualisée ou en recevoir de ce dernier. Par un échange de questions, de réponses et de discussions sur un sujet, les deux étudiants peuvent identifier ce que leur partenaire comprend moins bien et utiliser diverses stratégies pour l’aider.

4. Discussion/Échange

4.1. Assemblée générale (ou délibérante)

4.1.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à prendre part aux délibérations avec les membres de son groupe ou de son équipe dans le but d’arriver à des décisions communes. Ces décisions peuvent porter sur l’identification des rôles des membres, les échéances de travail, les règles de comportement, les procédures pour la prise de décision, les assignations des tâches ou les priorités et les façons de mettre en application les décisions. L’activité peut se dérouler en deux temps, c'est-à-dire qu’elle peut se faire préalablement dans une équipe de travail et le fruit des décisions prises peut faire l’objet d’une mise en commun pour un groupe entier.

4.2. Consensus partagé

4.2.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à répondre à une question individuellement. Cette question sollicite une opinion ou un jugement de valeur. Par la suite, l’étudiant est associé à un autre étudiant. Ils doivent arriver à un consensus sur la réponse à la question. Cette dyade d’étudiants est ensuite jumelée à une autre dyade pour poursuivre l’expérience de l’atteinte d’un consensus. Les équipes sont jumelées jusqu'à ce que tous les étudiants du groupe soient réunis.

4.3. Contrat d'apprentissage

4.3.1. Selon Prégent (1990), le contrat d’apprentissage est une méthode d’enseignement qui repose sur le principe de la négociation entre un professeur et un étudiant. Au début d’un cours, le professeur présente les objectifs généraux du cours. Puis, chaque étudiant rédige un contrat d’apprentissage et le présente au professeur. Le contrat peut spécifier les objectifs d’apprentissage spécifiques visés par l’étudiant, le contenu visé, les activités d’apprentissage qui seront réalisées, les stratégies d’évaluation des apprentissages qui seront utilisées, etc. L’apprenant signe le contrat après discussion et entente sur son contenu avec le professeur. Des réunions d’étape permettent de juger du travail accompli et d’apporter des correctifs au besoin.

4.4. Débat

4.4.1. Discussion en deux « clans », chacun ayant à défendre un point de vue opposé. Typiquement, le problème est présenté de façon à ce que les apprenants puissent défendre la position « pour » et la position « contre ». L’enseignant agit comme modérateur. Il est possible que les apprenants choisissent la position qu’ils veulent défendre ou que l’enseignant la leur impose (au hasard ou à l’inverse de leur opinion de départ). On peut aussi inverser les rôles après un premier cycle de présentation des arguments. On peut mettre en œuvre cette technique au sein de petits groupes de quatre personnes et demander, à la fin de l’activité, que chaque groupe produise une synthèse présentant une position faisant consensus. Dans cette activité, l’étudiant est invité à assister ou à prendre part aux échanges entre deux parties à propos d’une idée, d’un projet, etc. L’intérêt du débat vient du fait que les parties ont à défendre des positions opposées.

4.4.1.1. Variante : Débat imaginaire

4.4.1.1.1. Cette variante propose à l’étudiant d’imaginer un débat entre deux parties et d’identifier comment ils développeraient leurs argumentations afin de défendre leurs positions.

4.5. Dialogue socratique

4.5.1. Le dialogue socratique consiste à poser une série de questions à l’apprenant dans le but de l’amener à découvrir progressivement par lui-même la solution à un problème ou une réponse à une question, souvent à l’aide d’analogies et en tentant de mettre l’apprenant face à certaines contradictions dans son raisonnement.

4.6. Entrevue/Interview

4.6.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à interroger une personne dans le but de connaître ses opinions, ses conceptions, ses valeurs, ses connaissances, ses sentiments, ses attitudes ou des informations sur ses façons de faire. Généralement la discussion est orientée par un questionnaire qui a été préparé préalablement. Une fois analysées, résumées et mises en ordre, les informations recueillies lors de l’échange peuvent être réutilisées dans une communication ou lors d’une discussion en groupe.

4.7. Groupe de discussion

4.7.1. « Échange de propos entre les apprenants sur un sujet donné, pendant un temps déterminé; cet échange se fait sous la supervision de l’enseignant » (Chamberland et al., 1995, p. 127).

4.8. Groupe nominal

4.8.1. Sur une question controversée ou un problème posé par le formateur, les apprenants sont invités à formuler individuellement par écrit le plus grand nombre d’opinions, d’idées ou de solutions possibles (ou un nombre fixé à l’avance) dans un laps de temps déterminé à l’avance. Ensuite, à tour de rôle, chacun lit son premier énoncé et celui-ci est inscrit sur un tableau; il y a autant de tours de table que d’énoncés à exprimer. Les énoncés sont ensuite discutés un à la fois pour en clarifier le sens; les énoncés similaires peuvent alors être regroupés en un seul. Les apprenants sont ensuite invités à voter sur l’importance relative des énoncés en leur accordant une note pondérée (ex. : 0 à 10). Une discussion s’ensuit sur les résultats du vote.

4.9. Jigsaw/Puzzle

4.9.1. Tactique d’apprentissage collaboratif appropriée pour des tâches longues et complexes et qui permet aux apprenants de partager le travail à réaliser et de développer une expertise sur un aspect de la tâche. La tactique consiste à former des groupes de 4-5 apprenants, appelés « groupe d’origine ». Dans chacun de ces « groupes d’origine », des tâches spécifiques sont attribuées à chacun des apprenants. Les apprenants s’étant vus attribuer la même tâche dans chacun des « groupes d’origine » se réunissent pour former des « groupes d’experts ». Une fois les connaissances partagées dans chaque « groupe d’experts », chaque membre d’un tel groupe rejoint son « groupe d’origine » pour mettre en commun avec ses coéquipiers l’expertise qu’il a acquise au sein de son groupe d’experts et qui s’avère nécessaire à la réalisation de la tâche (définition inspirée de ministère de l’Éducation de la Saskatchewan, 1995).

4.10. Mentorat

4.10.1. Dans cette activité, l’étudiant est encadré par une personne plus expérimentée pour l’apprentissage d’une tâche professionnelle complexe. Cette personne lui fournit de la rétroaction sur son travail, lui transmet des informations pertinentes en plus de lui faire des suggestions pour s’améliorer.

4.11. Panel

4.11.1. Discussion entre certains apprenants (les panélistes) sélectionnés pour défendre et expliquer une position en regard d’une question ou d’un problème à l’étude; ils se sont préalablement documentés et ont déjà une certaine expertise sur le sujet de la discussion. Les autres apprenants posent des questions et un échange s’engage avec les panélistes.

4.12. Penser-Comparer-Partager (ou Un-Deux-Tous)

4.12.1. Les étudiants réfléchissent individuellement à une question posée par l'enseignant. Ensuite, les étudiants comparent leur réponse avec leur voisin de classe ou en petit groupe pour arriver à une solution qui fasse consensus. L'enseignant interroge les groupes d'étudiants et note les réponses au tableau. Cette étape est suivie d'une discussion.

4.13. Plénière

4.13.1. Discussion à laquelle tous les apprenants du groupe participent, mais au cours de laquelle chacun n’a pas nécessairement la parole.

4.14. Préceptorat

4.14.1. Méthode qui consiste à rencontrer chaque étudiant ou équipe d’étudiants afin de valider, vérifier et encadrer la réalisation d’un projet ou d’un travail long. Le préceptorat est à caractère formatif et correspond à un enseignement individualisé sous forme d’accompagnement.

4.15. Racine carrée

4.15.1. Discussion en autant d’équipes que la racine carrée du nombre total d’apprenants (ou du carré le plus proche, si le nombre n’est pas un carré parfait). Chaque apprenant se voit attribuer une lettre et un chiffre. Dans un premier temps, tous les apprenants auxquels on aura assigné la même lettre sont regroupés et discutent pendant une période déterminée. Dans un deuxième temps, les groupes sont démembrés et de nouveaux groupes sont formés, réunissant cette fois ceux qui ont le même chiffre. Mise en commun des conclusions de la première étape et relance de la discussion.

4.16. Remue-méninges

4.16.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à prendre part aux échanges avec les membres de son groupe ou de son équipe dans le but de faire émerger des idées, des solutions, des exemples, des questions, des conceptions préalables, des perceptions, etc. dans le but d’approfondir ou explorer un thème, un sujet ou un problème donné. Toutes les propositions ou idées sont compilées sur un support écrit sans aucune forme d’analyse, de censure ou de critique de la part des participants. Ce qui compte, c’est la quantité d’idées proposées et la production de solutions originales.

4.17. Séminaire

4.17.1. Activité pouvant s’étendre sur plusieurs séances au cours desquelles les apprenants discutent sur un sujet spécifique, à la suite de lectures choisies et que tous les apprenants devront avoir faites avant chaque séance. Chaque apprenant peut être chargé de faire un compte rendu écrit d’un ou de plusieurs textes et de l’animation d’une séance.

4.17.1.1. Variante : Séminaire de projet

4.17.1.1.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à présenter un projet à différentes phases de sa réalisation : avant-projet, réalisation, après-projet. Ce projet peut être individuel ou en équipe. Cette présentation se fait à des pairs d’une autre équipe ou du groupe complet. La présentation est suivie d’une discussion des participants au séminaire. Ils peuvent alors critiquer, de façon constructive, le travail qui a été fait. Les critiques ou commentaires peuvent porter sur la forme (qualité de la langue, présentation visuelle, etc.) et le contenu (arguments, logique, véracité des faits, etc.).

4.18. Session Brouhaha (ou Buzzgroup)

4.18.1. Discussion en groupes de 4 à 10 apprenants, pendant un court laps de temps. Les résultats des discussions de chaque sous-groupe sont ensuite présentés à tout le groupe par chacun des secrétaires des sous-groupes pour alimenter une discussion générale et une synthèse.

4.19. Téléconférence (ou Forum de discussion)

4.19.1. La téléconférence est un espace virtuel où se construit le discours d’un groupe d’apprenants qui se transmettent des messages. On peut penser que tous les types de discussion peuvent se dérouler à distance au moyen de diverses technologies, bien que leur organisation puisse en être quelque peu modifiée.

4.20. Tour d'horizon

4.20.1. Sur un sujet controversé, les apprenants ont deux minutes pour écrire une phrase qui exprime leur opinion spontanée sur ce sujet. Chacun lit la phrase telle qu’elle est exprimée. Une discussion de groupe peut suivre afin de distinguer et de comparer les opinions exprimées (adapté de Archambault, 1998). Cette activité sert généralement pour identifier les conceptions initiales des étudiants à propos d’un sujet donné.

4.21. Tournante

4.21.1. Discussion en groupes de 4 à 6 apprenants pendant un temps déterminé. Au terme de ce délai, un membre d’une équipe va se joindre à un autre groupe, et lui-même sera remplacé par un membre d’une autre équipe. Puis, la rotation se répète un certain nombre de fois.

5. Présentation de contenus

5.1. Affiche

5.1.1. Dans cette activité, l’étudiant doit élaborer une affiche pour illustrer ou présenter des notions, des processus, des données de recherches, des connaissances, etc.

5.1.1.1. Variante : Annonce-Pancarte

5.1.1.1.1. Dans cette variante de l’activité, le but visé est de diffuser un message publicitaire afin de rejoindre un public et de l’informer à propos d’un événement, un spectacle, etc.

5.2. Carte de connaissances (ou carte conceptuelle)

5.2.1. Une carte de connaissances est une représentation graphique d’un ensemble de connaissances d’un domaine. La carte de connaissances peut être simplement fournie aux étudiants pour leur permettre d’avoir une vue d’ensemble d’un contenu abordé dans une formation, ou ils peuvent être invités à en construire ou à compléter une carte tronquée de ces étiquettes mais dont seule la structure est fournie. Dans ces derniers cas, la liste des connaissances à inclure dans la carte peut être fournie ou non par le formateur. Ce type d’activité peut constituer une activité d’apprentissage, mais est également approprié pour répondre à un objectif d’évaluation ou d’autoévaluation des connaissances.

5.3. Clip

5.3.1. Les apprenants présentent à tour de rôle, aux autres apprenants, un sujet, choisi parmi une liste et préparé à l’avance, en un clip de 3 minutes; chacun doit répondre aux questions des pairs après son exposé. L’animateur fait ensuite la synthèse.

5.4. Colloque

5.4.1. Série de présentations faites par les apprenants (individuellement ou en équipe) sur un thème donné à un moment fixé à l’avance dans un « programme de colloque » et durant une période limitée (par exemple, 30 minutes). Les autres apprenants posent des questions aux présentateurs. Les présentations peuvent prendre la forme d’une communication orale accompagnée d’une présentation de type PowerPoint ou encore d’une affiche commentée. L’ensemble de l’activité peut s’étendre sur une période de plusieurs journées ou est reparti sur plusieurs semaines. À l’aide de technologies appropriées, le colloque peut être tenu en mode virtuel synchrone ou asynchrone.

5.5. Conférencier

5.5.1. Dans cette activité, l’étudiant est appelé à écouter une conférence prononcée par un ou des spécialistes reconnus dans un domaine. Le spécialiste est ici un spécialiste autre que le professeur. L’exposé porte sur les idées, les points de vue, les opinions et les expériences concrètes du spécialiste. La conférence se distingue de l’exposé par le fait que l’orateur possède une expertise notoire dans le domaine. Il apparaît aux yeux de l'étudiant comme une personne-ressource externe qui vient confirmer ou compléter l'enseignement du professeur. L’exposé est suivi d’une période de questions ainsi que d’un résumé.

5.5.1.1. Variante : Réaction en chaîne

5.5.1.1.1. La réaction en chaîne est une variante où les étudiants, divisés en équipes, ont à préparer des questions pour le ou les experts. Dans chacune des équipes, un rôle de poseur de questions, un rôle de perturbateur et un rôle de responsable de faire un résumé sont assignés. L’équipe prépare des questions et des interventions en fonction d’un aspect ou d’un point de vue qui leur a été assigné par le professeur. Une fois la conférence terminée, les personnes qui jouent le rôle de poseur de questions et de perturbateur questionnent le ou les experts invités avec les questions de leur équipe respective. A la fin, les personnes responsables des résumés font état des réponses obtenues pour l’aspect à traiter par leur équipe respective.

5.6. Démonstration

5.6.1. Méthode qui consiste à montrer concrètement un mode opératoire, le fonctionnement d’un appareil ou d’un outil, ou à faire la démonstration scientifique d’un problème, d’un concept, d’un phénomène, d’une expérience, d’une opération, d’une procédure, etc. en la réalisant devant le groupe classe. La démonstration peut être pratique ou théorique et être exécutée par l’étudiant ou l’enseignant. Des ressources peuvent être utilisées telles que des maquettes, des appareils, des films, des diaporamas, etc.

5.7. Écoute/Visionnage

5.7.1. Activité qui consiste à écouter un extrait sonore ou à visionner un film ou une vidéo en lien avec les compétences du cours. L'écoute active devrait être privilégiée lors de ce type d'activité.

5.8. Enseignement par les pairs

5.8.1. Dans cette activité, l’étudiant prend le rôle du professeur pour enseigner ce qu’il a appris à ses collègues. Il doit s’approprier un sujet, élaborer des activités d’apprentissages, préparer du matériel pour amener ses collègues à apprendre.

5.8.1.1. Variante : Micro-enseignement

5.8.1.1.1. Cette variante de l’activité permet à un étudiant de pratiquer ses habiletés à enseigner ou à faire apprendre à ses collègues. Encore là, il doit s’approprier un sujet, élaborer des activités d’apprentissage, préparer du matériel pour que ses collègues apprennent. La différence avec l’activité d’enseignement avec les pairs tient au fait que la leçon dispensée ne dure que 10 à 15 minutes et qu’elle est enregistrée sur un support vidéo. La vidéo obtenue peut être écoutée immédiatement après la leçon dans le but d’obtenir une rétroaction sur la performance de l’étudiant.

5.9. Enseignement réciproque

5.9.1. Par groupes de 3 à 5, les étudiants préparent une séance d’enseignement (45 à 60 min). Leur objectif est d’enseigner un sujet à leurs collègues, en organisant une séance interactive (par exemple avec discussions, débats, exercices, etc.) et en vérifiant leur compréhension à la fin avec une évaluation courte (QCM, réponses écrites ou orales à des questions ouvertes, etc.). À la fin, un débriefing a lieu pour évaluer la séance (évaluation par l’enseignante et par les pairs).

5.10. Exemples et contre-exemples

5.10.1. Les apprenants sont invités à découvrir les attributs essentiels d’un concept (ex. : le concept de « animal vertébré ») sur la base de l’observation et d’exercices de classement d’un ensemble d’exemples et contre-exemples choisis par le formateur. Les exemples et contre-exemples peuvent prendre différentes formes : symboles, mots, images, objets, etc.

5.11. Exposé (ou exposé magistral)

5.11.1. Cette activité consiste en une présentation orale d’un contenu composé de connaissances théoriques et/ou méthodologique. Ces connaissances peuvent être en lien avec des notions, des grandes lignes, des résultats d’un travail, d’une recherche, d’une expérimentation, etc.

5.12. Exposition

5.12.1. Dans cette activité, les apprenants sont invités à présenter, individuellement ou en petit groupe, une ou plusieurs de leurs productions (texte, maquette, matériel, dessin, schéma, œuvre photographique, vidéo, etc.) dans le cadre d’une exposition. L’exposition peut se tenir dans des lieux réels ou virtuels (sites web). Des « stands d’exposition » peuvent être établis et les apprenants doivent les construire de manière à solliciter la participation des futurs visiteurs, notamment d’apprenants. Lors de la tenue de l’exposition, les visiteurs font le tour des stands et interagissent avec les apprenants responsables de chaque stand.

5.13. Générateur d'idées

5.13.1. Lors d’une présentation, un assistant effectue des recherches qui peuvent être dirigées ou non. Il effectue ses recherches sur le web, dans des bases de données pour présenter des informations complémentaires aux propos du présentateur. Le résultat des recherches est présenté sur un écran autre que celui utilisé par le présentateur.

5.14. Lecture

5.14.1. Les apprenants sont invités à lire un texte dont le contenu est composé de connaissances théoriques et/ ou méthodologique. Ces connaissances peuvent être en lien avec des notions, des grandes lignes, des résultats d’un travail, d’une recherche, d’une expérimentation, etc.

5.15. Lectures dirigées

5.15.1. Selon Prégent (1990), il s’agit d’une méthode d’enseignement par laquelle un professeur offre un programme de lectures à chacun des étudiants. L’étudiant doit lire les textes et en faire la synthèse par écrit (résumés informatifs, critiques, essais, etc.). Des réunions permettent de vérifier l’avancement des lectures et la compréhension de chaque étudiant.

5.16. Maquette

5.16.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à élaborer une reproduction concrète d’un phénomène, d’un objet, d’une idée, d’une technologie, d’une notion, d’un contexte, etc. Cette reproduction peut provenir de la réalité ou de l’imaginaire.

5.17. Partage d'expérience

5.17.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité à partager une expérience personnelle (humoristique, héroïsme, amour, tragédie, découverte) qu’il a vécue dans le but de mettre en évidence une connaissance ou apprentissage.

5.18. Présentation orale

5.18.1. Présentation orale d’un étudiant ou d’un groupe d’étudiants devant la classe portant sur les résultats d’un projet, d’une recherche, etc. Permet de développer, entre autres, la capacité de synthèse et de communication des étudiants.

5.19. Proposition de Nisbets

5.19.1. Présentation par un étudiant de propositions qu’il tente de faire adopter au groupe, sur un thème ou des lectures choisies parmi une liste proposée par le formateur.

5.20. Rallye

5.20.1. Méthode qui consiste à présenter un itinéraire aux étudiants – un rallye adapté au contexte pédagogique – afin qu’ils se rendent dans des lieux à la recherche d’indices pouvant aider à répondre aux différentes questions qui accompagnent le circuit proposé.

5.21. Ressources du milieu

5.21.1. « Utilisation et exploitation des sources possibles d’apprentissage qu’offre le milieu » (Chamberland et al., 1995, p. 139). Les ressources peuvent être des personnes invitées ou visitées, des sorties, les richesses de l’environnement, des artefacts, etc.

5.22. Tutoriel

5.22.1. Un tutoriel est une application informatique qui guide l’apprenant pas à pas dans sa démarche d’apprentissage sous la forme d’exposés textuels ou multimédias suivis d’exercices et de rétroactions. Un tutoriel (ou système tutoriel) est dit intelligent lorsqu’il intègre des techniques d’intelligence artificielle lui permettant d’analyser le profil et la démarche de l’apprenant et d’adapter le contenu, le scénario et/ou le format de la formation en conséquence.

5.23. Visite guidée / Visite in situ

5.23.1. Dans cette activité, l’étudiant est invité réaliser une excursion sur des sites réels ou virtuels afin d’observer des exemples concrets, des faits ou des phénomènes portant sur des apprentissages qu’il a réalisés.

6. Références

6.1. Gérin-Lajoie, S. (2017). Liste de formules pédagogiques. Repéré le 25 mars 2019 de : http://ressources.bse.ulaval.ca/documents/references/pdf/liste_activites.pdf Basque, J. (2011). Quelques tactiques pédagogiques. Texte tiré du cours TED 6313 Projet d’ingénierie technopédagogique offert en ligne (https://www.teluq.ca/site/etudes/offre/cours/TELUQ/TED%206313/ ).Montréal : Télé-université. CPU-Université de Montréal. (n.d.). Guide de rédaction d’un plan de cours par objectifs. Repéré le 15 avril 2019 de : http://cpu.umontreal.ca/documents/guide_PlanDeCoursObjectifs.pdf CPU-Université de Montréal. (n.d.). Guide de rédaction d’un plan de cours par objectifs. Repéré le 15 avril 2019 de : http://cpu.umontreal.ca/documents/guide_planCoursCompetences.pdf

7. PDF