Antigone, extrait 3.

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Rocket clouds
Antigone, extrait 3. par Mind Map: Antigone, extrait 3.

1. I/ Une scène de conflit construite en crescendo...

1.1. Crescendo de violence

1.1.1. Au début de la scène Créon n'est pas agressif verbalement il essaye meme d'expliquer à Antigone que la cérémonie d'enterrement est juste une sorte de cinéma comme on peut le voir à la page 71 ("Tu y crois donc vraiment, toi, à cet enterrement dans les règles?")

1.1.1.1. La scène de conflit est construite en crescendo car au début de l'extrait, Créon est seulement dans des propos verbaux calmes en essayant de la résonner p.71 "tu y crois donc vraiment, toi..." Il essaie de lui prouver que le prêtre lui-même n'en a rien à faire de l'enterrement de son frère

1.2. Violence verbale

1.2.1. Dans cet extrait Créon devient agressif dans ses mots au file de la scène comme on peut le voir à la page 75 ou il est dit " Et si je te fais torturer". Dans ce passage Créon menace clairement Antigone. En effet Créon va essayer de susciter la peur chez Antigone. En outre Antigone ne perd pas la face devant Créon ce qui le rend nerveux .Dans un second temps Antigone va éveiller une prise de conscience chez Créon. En effet Créon va réaliser qu'il n'est pas tout puissant.Elle va d’ailleurs lui dire "Vous êtes le roi, vous pouvez tout, mais cela, vous ne pouvez pas".

1.3. Violence physique

1.3.1. Créon devient ensuite agressif envers Antigone et rend le conflit plus mouvementé. Alors que Créon s'enerve, il serre encore plus fort le bras d'Antigone mais Créon en profite et dit qu'il est le plus fort, mais Antigone ne sent plus son bras a cause de la douleur mais le conflit monte et va même jusqu'aux insultes,"petite peste" (page 76).

1.3.1.1. le conflit entre Créon et Antigone est construit en crescendo car au début de l'extrait on peut voir que Créon parle calmement à Antigone on lui posant des questions interrogatives " tu y croit donc vraiment , toi , à cet enterrement dans les règles ? " , mais plus tard dans l'extrait Créon devient en colère a cause de l’orgueil de Antigone " orgueilleuse ! fille œdipe ! " on peut voir que Créon est en colère il commence a mal parler à Antigone , avec des phrases exclamatives , puis le conflit devient violent " lâchez-moi , vous me faites mal au bras avec votre main " on peut voir que Créon est violent verbalement mais aussi physiquement car il attrape Antigone par le bras est lui fait mal mais il lui parle mal également , Créon parle

1.3.1.1.1. également de torture avec Antigone "tu as l'air d'un petit gibier pris " cet extrait me fait penser à l'époque ou a été écrit Antigone pendant l'occupation Allemande car Antigone me fait penser à un résistant alors que Créon me fait penser au régime de Vichy un régime qui est fasciste.

1.3.2. Malgrès la violence de Créon envers Antigone, cette douleur ne lui fait plus rien p.76 "Vous serrez trop, maintenant. Cela ne me fait même plus mal. Je n'ai plus de bras."

2. II/ ... qui révèle le caractère des personnages.

2.1. On distingue le caractère orgueilleux de Créon

2.1.1. Créon devient orgueilleux p.75 "(moi je suis le plus fort", il utilise ainsi la loi du plus fort. En mettant en avant le pronom personnel "Je", il se comporte d'un coup lui même comme un enfant.

2.2. Antigone est déterminée et insouciante

2.2.1. Antigone enfant capricieuse

2.2.1.1. Antigone semble insoucieuse des menaces de Créon p.75 "pour que je jure tout ce qu'on voudra, et que je recommence après quand je n'aurais plus mal".

2.2.2. Antigone héroïne admirable

2.2.2.1. Malgré les menaces de torture et de mort de Créon, Antigone reste déterminée et elle ne rebrousse pas chemin P.73 "Voila tout ce que je vous demande..."

2.2.2.1.1. Le conflit devient violent et créon commence à devenir agressif comme on peut le voir a la page 75 ou il est dit "Lâchez moi. Vous me faites mal au bras avec votre main". Créon ne regrette pas son acte et au contraire il veut continuer "C'est peut-être ce que je devrais faire après, tout simplement, te tordre le poignet, te tirer les cheveux" (page 75-76)