Malaise à François 1ER, Pourquoi ?

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Rocket clouds
Malaise à François 1ER, Pourquoi ? par Mind Map: Malaise à François 1ER, Pourquoi ?

1. Fatigue du personnel de l'EHPAD

1.1. Absentéisme non remplacé, les agents sont fortement sollicité pour pallier à ce probléme (heure sup, revenir sur les repos)

1.1.1. Liste de volontaire heures sup affichées pour les AS. Mais qu'en est il pour les IDE ?

1.2. Demande de polyvalence

1.2.1. Toujours actuel

1.3. Planning incertain, angoisse à la prise de poste

1.3.1. Il semble que les choses s'améliorent concernant l'effectif minimum. Cependant les agents doivent toujours se dispatcher dans les services entre eux afin d'équilibre l'effectif sur l'ensemble des unités. Beaucoup de conflits sur le fait que les rotations sont souvent effectué par les même agents. Certains agents sont en détresse morale vis a vis de cela.

1.4. Missions transversales et Glissements de taches, non pris en compte dans le temps de travail calculé pour Titan. (Journée dégradées à l'acceuil, archivage, inventaire du materiel à commander, reception pharmacie)

1.4.1. Toujours d'actualité, malgré un recul certain sur les journées dégradées de l’accueil qui se font plus rares. La nouvelle cadre de santé a pris ses fonctions début mai, en espérant qu'elle ait les moyens d'améliorer les choses.

1.5. EHPAD avec un taux d'occupation des résidents proche de 100 % à l'inverse des agents présents.

1.5.1. Malheureusement, plusieurs décès récents.

2. Planning changeant souvent

2.1. Les absences sont gérées par des modifications de planning qui bousculent l'organisation des soins

2.1.1. Pour ma part manque de recul besoin du ressentie de mes collègues AS

2.2. Modification des dotations du personnel par la direction (renfort de l'équipe d'AM au détriment de l'équipe du matin)

2.2.1. Point toujours floue à ce jour

3. Management autoritaire, répressif et culpabilisant à charge sur les agents

3.1. D'une manière générale, toutes nouvelles directives est imposée. Dans le meilleurs des cas un choix est offert entre plusieurs alternatives avec une date butoir.

3.1.1. Pas assez de recul pour évaluer

3.2. Depuis plusieurs mois, un gros travail est produit par la direction pour lisser les planning. Mais ces 2 derniers mois c'est pire qu'avant selon nos ressentis. Les arrêts pleuvent.

3.2.1. Pour ma part difficile d'avoir le recul pour juger si la situation perdure ou pas

3.3. Les modifications de plannings sont imposés parfois même découvert quelques jours avant le jour de la modification (exemple retour de congé)

3.3.1. Toujours d'actualité

3.4. Pour le moi de mai, beaucoup d'agent sont concerné par l'imposition des RS au mois de mai. Le directeur affirme qu'il a le droit del'imposer du moment qu'il reste dans les 15 jrs du férié travaillé) ???!!!

3.4.1. Il semble que ce point soit encore trouble au regard des fériés du lundi de pentecôte, du 14 juillet et du 15 aôut. Ex: sur le planning ide, aucun RS n'apparait.

3.5. Campagne de lettre d'observations: Dans plusieurs cas où les agents ont exprimé, a Mme la cadre de santé supérieure, leur désaccord sur différends point. Mme la CSS hausse le ton et fini par dire qu'on lui manque de respect et grossi les fait en prêtant des réactions violentes aux agents concernés. Plus remontrances effectuées par Mr le directeur au sujet des pauses prises par 2 agents au même moment. Invoquant la securité des résident qui seraient laissé sans surveillances (Qu'en est il des jrs où le sous effectif ne permet d'avoir quelqu'un partout, tout le temps ? Ce n'est il plus aussi gênant que pendant une pause cigarettes ?)

3.5.1. Au 24/04/2019: où en est on ? Le directeur avait dit le jour de la manifestation qu'il était le seul à émettre des lettres d'observation. Devons nous considérer la lettre rédigée par Mme Prudent et reçu par Mme Malice comme "irréguliére" au regard des dires de Mr Delarue ? Dans ce cas cette lettre doit être retirer des archives locales.

4. Vie privée du personnel dégradé

4.1. Désorganistation dans la vie personnelle des agents dont le planning est modifié tout au long du mois.

4.1.1. Pas assez de recul pour ma part, a voir auprés des collégues

4.2. Désinformation sur les modalités pour poser les congés d'été, certains agents reste dans le doute de devoir annuler les locations. Incompréhension des règles du CASVP sur ce thème ou désinformation volontaire pour maintenir une pression sur le personnel ?

4.2.1. Pour répondre je dirai que, à titre personnel, j'ai eu la réponse et l'accord pour mes congés d'été (débutant le 17 juin) le Lundi 20 mai

4.3. L’organisation des rdz vs, suivi scolaire, nourrices est instable ou simplement la vie de famille est instables (annulation, retard). Pour info: il s'agit souvent d'agent se rendant disponible pour palier aux absences ou qui culpabilisent de dire non.

4.3.1. Pas assez de recul pour ma part, a voir auprés des collégues

5. Une prise en charge des résidents qui se dégrade au quotidien

5.1. L'état de fatigue, le stress et la préoccupation negative au regard de la situation à ce jour est perçue par certains résidents. Des phénomènes de transfert et de contre-transfert opérent indépendament de la volonté. Ce qui traduit un mal être latent pour les résidents aussi.

5.1.1. Toujours présent, un résident lit le livre "Scandale en EHPAD" et un autre demandait comment s'y prendre pour réaliser une pétition pour la suppression du poste ide, car cela le mettait en colère de voir que l'ide est souvent seul pour tout l'EHPAD l’après midi.

6. Un manque de pluridisciplinarité dans les choix de prise en charge des résidents.

6.1. Des décisions concernant les résidents (ex: changement de chambre) semble parfois hâtives et les agents ont le sentiments de ne pas avoir été entendus dans leur argumentaire. Actuellement les décisions sont exclusives au Directeur, la cadre de santé supérieure et Le médecin coordonnateur.

6.1.1. Encore un manque de recul pour juger de l'évolution. Voir avec l'arrivé récente de la nouvel cadre de santé.

7. Le règlement du CASVP qui semble avoir changer en même temps que la direction locale de l'EHPAD

7.1. En effet les agents de l'EHPAD sont nombreux a ne pas comprendre pourquoi les choses qui fonctionnaient bien avant, qui respectaient le réglement CASVP. Ne sont plus dans ce cas aujourd'hui ? Le SLRH était une ressource pour tous concernant les zones d'ombre. Aujourd'hui c'est a croire que seul Mr le directeur et Mme la CSS maitrise le sujet et que nous autres ne sommes que des ignares.

7.1.1. Un sentiment qui est toujours présent pour nombre d'agent

8. Une place de soignant non reconnue.

8.1. Des valeurs et des concepts de soins, enseignés dans les institutions diplômantes ne semblent pas considérés. Les connaissances propres au métier d'aides soignants et infirmiers sont pas toujours considéré par Mr le directeur.

8.1.1. Manque de recul, mais la présence de certaines professions (animation, coiffure, estheticienne) succite parfois des questions au sein de l'équipe soignante qui se demande comment est gérér les secret professionnel pour ces métiers là

9. Sous Effectif

9.1. Le Directeur annonce un poste ide supprimé depuis plusieurs mois. Aucun vote CAP ou CT, indispensable, pour acter une suppression de poste. Désinformation ? De plus dans le cadre d'une étude actuelle sur le travail de nuit des ide, Mr le directeur ne dit pas qu'il y a un poste supprimé mais parle d'un poste gelée. ??? Nuance trés importante.

9.1.1. Toujours pas de réponse claire

9.2. L'absentéisme conséquent engendre des journée de plus en plus fréquente où le personnel n'est pas en nombre suffisant pour assurer les soins comme les résidents sont en droit de l'attendre. Dans ces cas précis on demande exceptionnellement aux soignants de travaillé en mode "dégradé" pour faire face à la crise. Mais l'exceptionnel devient régulier

9.2.1. Sur la periode post manifestation intersyndicale, j'ai le sentiments que le phénomène, sans être totalement résolu, à une forte tendance à se rarifier. A confirmer par l'avis de mes collègues.