Chapitre 4 : Comment expliquer l'engagement politique dans les sociétés démocratiques ?

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Chapitre 4 : Comment expliquer l'engagement politique dans les sociétés démocratiques ? par Mind Map: Chapitre 4 : Comment expliquer l'engagement politique dans les sociétés démocratiques ?

1. Introduction

1.1. Qu'est ce que l'engagement politique ?

1.1.1. Renvoi à différentes conceptions des contours politiques.

1.1.1.1. Entraîne une compétition.

1.1.1.1.1. Entre différentes pratiques

1.1.1.1.2. Parfois conflictuelles

1.1.2. Différentes formes

1.1.2.1. MILITANTISME

1.1.2.1.1. Engagement d'un individu dans un parti, un syndicat, une association (engagement associatif inclus).

1.1.2.2. PARTICIPATION REGULIERE A DES ACTIONS COLLECTIVES

1.1.2.2.1. Participation régulière, grèves, manifestations, pétitions, émeutes...

1.1.2.3. CONSOMMATIONS ENGAGEES

1.1.2.3.1. Exprime des revendications à travers l'achat ou le boycott de produit ("voter avec son porte feuille").

1.1.2.4. VOTE

1.1.2.4.1. Ne peut être considérée comme une forme d'engagement car peu intense durable et active, abstention n'est pas non-participation.

1.1.3. Engagement politique = forme de participation + intense.

1.1.3.1. L'engagement politique est une forme particulière de participation puisqu'il nécessite une participation :

1.1.3.1.1. ACTIVE

1.1.3.1.2. DURABLE

1.1.3.1.3. INTENSE

1.1.3.2. Comportements différents et inégaux

1.1.3.2.1. En poids

1.1.3.2.2. En influence

1.1.4. ENGAGEMENT POLITIQUE = recouvre donc un ensemble de comportements durable et intense visant à exercer une influence sur la prise de décisions politique.

2. I - Pourquoi s'engage t-on ?

2.1. A. Les différences d'engagement politique s'expliquent par des déterminants sociaux.

2.1.1. Inégalités entre les degrés de compétences et les degrés d'appétence (= intérêts)

2.1.2. Les classes populaires s'estiment incompétentes et illégitimes.

2.1.2.1. Conduit à de l'abstention de ces populations.

2.1.2.2. Et à une non représentation aux élections.

2.1.3. Catégories supérieures s'estiment légitimes.

2.1.3.1. Actions collectives.

2.1.4. Inégalités liées à une socialisation politique différenciée selon le milieu social.

2.1.4.1. A l'école

2.1.4.2. Dans la famille

2.1.5. Niveau de revenu & de diplômes sont liés à l'intégration sociale.

2.1.5.1. - diplômés -> + haut taux d'abstention.

2.1.5.2. Capital scolaire favorable au militantisme.

2.1.5.3. Manifestants ont un capital culturel élevé.

2.1.5.3.1. Syndicalisation

2.1.5.3.2. Associations

2.1.6. Profil type du votant et plus largement des personnes qui s’engagent :

2.1.6.1. Sexe : homme

2.1.6.2. Age : 40 - 60 ans

2.1.6.3. PCS : CPIS

2.1.6.4. Secteur : privé (tout dépend du parti)

2.1.6.5. Représentatif des rapports de domination.

2.1.7. Distinction entre l'effet d'âge et l'effet de générations.

2.1.7.1. EFFET D'AGE = renvoi à des différences de comportements ou de pratiques liés uniquement à l'âge.

2.1.7.2. EFFET DE GENERATION : renvoi au fait d'avoir vécu certains évènements marquants.

2.1.7.3. Pas vécu les mêmes choses.

2.1.7.4. Valeurs différentes.

2.1.8. + de contestations de la part des nouvelles générations.

2.1.8.1. Due à l'augmentation de connaissances politiques.

2.1.8.1.1. Due à l'augmentation de diplômes.

2.1.8.2. Entraîne ->

2.1.8.2.1. Défiance

2.1.8.2.2. Autres formes d'engagements

2.1.8.2.3. Pas de vote ou vote intermittant

2.1.9. CONCLU / BILAN : invisibilisation de la parole des dominés. -> inégalités politiques.

2.2. B. L'engagement politique dépend du contexte politique.

2.2.1. PARADOXE DE L'ACTION COLLECTIVE = l'avantage est collectif alors que les coûts sont individuels, ne pas participer permet de ne pas supporter les coûts mais bénéficier de l'avantage -> passager clandestin.

2.2.1.1. Comportement d'un agent rationnel : ne rien faire.

2.2.1.1.1. Bilan : personne ne fait rien, l'action perd en puissance.

2.2.1.1.2. Dans 1 grand groupe : cacher son comportement opportuniste.

2.2.1.1.3. Dans 1 petit groupe : comportement surveiller.

2.2.2. Calcul coûts/avantages.

2.2.3. Comment encourager la non - participation ?

2.2.3.1. INCITATIONS SELECTIVES

2.2.3.1.1. +

2.2.3.1.2. -

2.2.3.1.3. Fierté + satisfaction + prestige doivent aussi être pris en compte.

2.2.3.1.4. Mais surtout les convictions personnelles.

2.2.4. L'engagement politique rapporte :

2.2.4.1. Des rétributions symboliques

2.2.4.1.1. Non - officielles et non - économiques

2.2.4.1.2. Les militants accèdent au parti pour accède au parti pour accéder au pouvoir pas l'inverse.

2.2.4.1.3. ex : honneur, notoriété...

2.2.4.2. Du capital

2.2.4.2.1. Social

2.2.4.2.2. Economique

2.2.4.2.3. Culturelle

2.2.5. LA STRUCTURE DES OPPORTUNITES POLITIQUES (=SOP)

2.2.5.1. = facteurs liés à l'environnement politique susceptibles d'influer (+ ou -) sur les conditions d'émergence de développement d'une action collective.

2.2.5.2. Critères :

2.2.5.2.1. Degrés d'ouverture du système politique; attitude prédominante à l'égard des contestataires.

2.2.5.2.2. Degré de stabilité des alliances politiques.

2.2.5.2.3. Disponibilité d'alliés influents apportant leur soutien.

2.2.5.2.4. Le moment.

3. II - Comment l'engagement politique s'observe-il aujourd'hui ?

3.1. A. L'engagement politique se recompose.

3.1.1. Engagement politique chez les jeunes.

3.1.1.1. Autres comportements -> + protestataires

3.1.1.2. Politique autrement

3.1.1.2.1. ex: nuit debout

3.1.1.3. Dépolititsés

3.1.2. Recul de l'engagement politique

3.1.2.1. Perte d'adhérants

3.1.2.2. Taux de syndicalisation en baisse

3.1.2.3. Taux d'abstention aux différentes inégalités ne cessent d'augmenter.

3.1.3. ACTION COLLECTIVE : désigne la mise en œuvre de moyens par des groupes ou des individus dans un objectif commun de défense de leurs intérêts, d'une cause ou d'un idéal.

3.1.4. Délitement de la vie démocratique au profit d'un repli sur soi individualiste.

3.1.5. 3 thèses infondées

3.1.5.1. Crise du militantisme

3.1.5.2. Repli sur soi

3.1.5.2.1. -> Pas de disparition de l'engagement politique

3.1.5.3. Dépolitisation

3.1.6. Pratiques individuelles : ex -> consommation engagée

3.1.6.1. Ne passant pas par une organisation centrale.

3.1.7. BILAN : ces transformations conduisent à une recomposition de l'action collective.

3.1.7.1. Changements des objets de lutte

3.1.7.2. Changements des acteurs qui la compose

3.1.7.3. Changements des formes et des répertoires qu'elle peut prendre.

3.2. B. L'action collective se diversifie et se transforme.

3.2.1. 1° Les transformations des objets de l'action collective.

3.2.1.1. Rôle des syndicats s'est transformé

3.2.1.1.1. - Passé : conflit avec le patronat //

3.2.1.1.2. - Présent : négociation collective

3.2.1.2. Ces évolutions s'expliquent par des transformations de l'emploi.

3.2.1.2.1. Individualisation du travail

3.2.1.2.2. Développement de l'emploi précaire.

3.2.1.3. NOUVEAUX MOUVEMENTS SOCIAUX

3.2.1.3.1. = féminisme, anti - nucléaire, régionalisme.

3.2.1.3.2. Cette nouveauté provient de l'enjeu des actions collectives qui ont changé.

3.2.1.3.3. < -

3.2.1.3.4. Groupes minoritaires

3.2.1.4. Nouveaux mouvements sociaux

3.2.1.5. CONCLUSION : pas de recul des conflits du travail et du social mais transformations de ceux - ci.

3.2.2. 2° Les transformations des acteurs de l'action collective.

3.2.2.1. Qu'est-ce qu'un :

3.2.2.1.1. PARTI

3.2.2.1.2. SYNDICAT

3.2.2.1.3. ASSOCIATION

3.2.2.2. De nouvelles mobilisations collectives

3.2.2.2.1. Nouveaux acteurs centraux informels.

3.2.3. 3° Les transformations des répertoires de l'action collective.

3.2.3.1. 3 Répertoires/Thèses

3.2.3.1.1. De Charles Tilly

3.2.3.1.2. De Erik Neveu