L'enseignement des langues étrangères aux élèves en déficit du langage

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Rocket clouds
L'enseignement des langues étrangères aux élèves en déficit du langage par Mind Map: L'enseignement des langues étrangères aux élèves en déficit du langage

1. "Double Iceberg" de Cummins (1986)

1.1. = Le fait que toute appropriation bilingue repose sur une interdépendance du développement dans les deux langues qui s’appuie sur un socle commun.

2. Problèmes liés au développement de la compétence linguistique

2.1. Troubles articulatoires, prosodiques et grammatico- lexicales ( incapacité de catégoriser les éléments de la langue, difficultés d’attirer l’attention sur les éléments pertinents, fautes d’interférences …)

2.1.1. en FLM, chez une personne malentendante, fautes souvent commises: omission et substitutions de prépositions, auxiliaires, déterminants, pronoms, omission d’objets ou objet nul. Exemples:

2.1.1.1. J’ai rencontre à Tours comme ça

2.1.1.2. –Ce devoir est plein de fautes de frappe. –Mais il faut rendre demain. Tu crois que j’ai le temps de refaire? Oui, mais j’ai déjà refais deux fois.

2.2. Déficits cognitifs : compréhension erronée, création des néologismes à partir des indices non partagés par la société.

2.2.1. Exemples: arc en ciel = essuie glace (car enlève les gouttes); quelqu’un qui est gai,montre les dents: donc si un chien montre les dents, il est gai..., il lit la fleur = regarde de manière t'rès attentive.

2.3. les troubles liés à la compétence pragmatique/ discursive

2.3.1. difficulté d'entrer en communication, peut-être même un refus, problèmes avec les types de questions qu'on ne peut pas poser en société.

2.3.1.1. Exemple: d'un enfant à une femme: Tu as quel âge? Tu es mariée? Moi si j'avais ton âge, je serais déjà marié....

3. Recommandation du Parlement européen et du Conseil, du 18 décembre 2006, sur les 8 compétences clés pour l'éducation et la formation tout au long de la vie.

3.1. La communication dans la langue maternelle (faculté d'exprimer et d'interpréter et d'avoir des échanges linguistiques appropriées et créatives dans toutes les situations de la vie sociale et culturelle)

3.2. • La communication en langues étrangères (implique en plus de celles de dans la LM, la médiation et la compréhension des autres cultures)

3.3. • Apprendre à apprendre liée à l'apprentissage, à la capacité à entreprendre et organiser soi-même un apprentissage. = L'enseignant doit savoir préparer et développer son utilisation de ses compétences quand nécessaire.

3.4. La compétence mathématique et celles de base en sciences et technologies

3.5. La compétence numérique

3.6. Les compétences sociales et civiques qui renvoient aux compétences personnelles, interpersonnelles et interculturelles

3.7. L'esprit d'initiative et d'entreprise

3.8. La sensibilité et l'expression culturelles

4. Lois européennes

4.1. Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR): enseigner, apprendre, évaluer (2001)

5. Le projet personnalisé de scolarisation (loi du 11 février 2005 en France) établit les étapes de la scolarisation et garantit une formation en milieu ordinaire: 3 principes:

5.1. Le droit à la compensation du handicap = bon environnement mis en place à l'école.

5.2. L'accés de la personne handicapée à l'ensemble des dispositifs de la société = préparer la société à l'accueil de cette personne

5.3. La place centrale de la personne handicapée dans le choix de son projet de vie

6. Principales lois mises en place pour l'intégration des personnes en situation d'handicap

7. Double objectif de l'enseignement et l'apprentissage d'une LE

7.1. Educatif: développement de la communication en LE (Christian Puren)

7.2. Rééducatif:

7.2.1. Développement cognitif (= savoir sur le monde: littéraire, culturel, historique, géographique,...) sur la manière de penser, de comprendre

7.2.2. Compensation des déficits en LM: ce regard métalinguistique va changer le regard sur la LM.

7.2.2.1. occasion de décontextualisation de ses connaissances en LM. (Matthey)

8. Origine des déficits du langage

8.1. L’origine culturelle et sociale (degré de stimulation linguistique, pluralité des cultures, exemple: enfants immigrés

8.2. Des troubles sensoriels: sourds

8.3. Des difficultés dans la construction des structures cognitives (pensée logique, repères liés au temps et à l’espace, la capacité d’abstraction, etc.) exemple: les dyslexiques, dysphasiques, etc...

9. Moyens de communication

9.1. Personnes qui suivent une rééducation orale: langue des signes acquise, problème avec la compréhension de notions et de concepts.

9.2. Utilisateurs du LPC = Langage Parlé Complété: Lecture Labiale (facilité + éfficacité)

9.3. Utilisateurs de la langue des signes: + langage affectif, adjectifs, difficulté car pas la même vision et organisation du monde (idéo-spatiale)

9.4. Personnes bilingues (phonique + langue des signes)

10. Valeur Compensatoire de l'apprentissage d'une LE

10.1. Découvrir certains traits de sa LM lorsqu'on apprend une LE où le même phénomène n’existe pas ou est exprimé différemment, Exemple: le subjonctif qui n'existe pas en polonais.

10.2. La confrontation avec le même type de phénomène oblige à s’interroger sur un certain nombre d’éléments qui, jusqu'alors, semblaient provisoirement définis et, peut-être, utilisés incorrectement, Exemple: essuie glace pour arc en ciel.

10.3. L’idée d’une compétence langagière globale peut être proposée comme appui conceptuel pour développer des compétences métalinguistiques relatives à une réflexion sur l’utilisation du répertoire verbal.

11. Pour apprécier le progrès de l’élève en déficit du langage

11.1. L' évaluation formative = soutien individuel = favorise les progrès en LM et en LE

11.2. Ajustée à une norme (= la sienne) correspondante aux particularités du développement de la LM et aux particularités de l’interlangue

11.3. ajustée à la spécificité développementale et à l’étape thérapeutiquede l’élève en déficit (l’idée de baisser seulement le niveau de compétences des élèves en difficulté est une idée erronée du point de vue des objectifs thérapeutiques),

11.4. élaborée (et au moins renouvelée) à chaque étape d’apprentissageen collaboration avec l’enseignant de la langue maternelle.