Trente ans de psycholinguistique

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Rocket clouds
Trente ans de psycholinguistique par Mind Map: Trente ans de psycholinguistique

1. Nouveaux courants de recherche

1.1. Neuropsychologie cognitive

1.1.1. corrélations entre dommages dans des régions spécifiques du cerveau et certains déficits linguistiques

1.1.1.1. aires de Broca et de Wernicke

1.1.2. caractérisation du fonctionnement cognitif

1.1.3. Travaux

1.1.3.1. Kutas 1998

1.1.3.2. Poeppel 1996

1.1.3.3. Grodzinsky 2000

1.1.3.4. Zurif et Swinney 1994

1.1.3.5. Fodor 1983

1.1.3.6. Caplan 1992, 1994

1.1.4. nouvelles techniques d’imagerie cérébrale

1.1.4.1. tomographie par émission de positrons (tep)

1.1.4.2. magnéto-encéphalographie (meg)

1.1.4.2.1. Levelt et coll. 1998

1.2. Étude des potentiels évoqués

1.2.1. étudier en temps réel l’activité électrique générée par l’influx nerveux lors du traitement du langage

1.2.2. de plus en plus de recherches

1.2.3. identification de région du cerveau responsable de la détection de l’erreur

1.2.4. calcul à la milliseconde près l’effet d’une variable

1.3. L’étude des mouvements des yeux

1.3.1. développée dès la fin du XIXe siècle par Cattell 1886, puis par Huey 1908

1.3.2. Just et Carpenter 1980, Rayner et coll. 1989

1.3.2.1. intégration des informations sémantiques se fait en fin de phrase ou de syntagme

1.3.3. Blanchard et coll. 1989

1.3.3.1. premières lettres jouent un rôle crucial dans l’identification des mots

1.3.4. Rayner et Duffy 1986

1.3.4.1. reconnaissance d’un mot est affectée par sa fréquence

1.3.5. Frazier et Rayner 1982, 1987

1.3.5.1. résolution de l’ambiguïté syntaxique

1.3.6. Pickering et Frisson 2001

1.3.6.1. résolution de l’ambiguïté lexicale

1.4. Réseaux d’activation et connexionnisme

1.4.1. notion de distribution d’activation

1.4.1.1. Collins et Loftus 1975

1.4.2. informations circulent d’une unité de traitement à une autre par transmission de l’activation

1.4.3. modèles informatiques de réseaux neuronaux, ou réseaux connexionnistes

1.4.3.1. Rumelhart, McClelland et coll. 1986

1.4.4. influence considérable sur notre façon de concevoir les processus cognitifs

2. Évolution des connaissances en production et en compréhension du langage

2.1. Production du langage

2.1.1. phénomènes de performance observés dans la production linguistique

2.1.1.1. chercheurs

2.1.1.1.1. Fromkin 1971 (lapsus)

2.1.1.1.2. Goldman-Eisler 1972 (hésitations)

2.1.1.1.3. Brown et McNeill 1966 (mot sur bout de la langue)

2.1.1.2. réalité psychologique des unités linguistiques reconnue

2.1.1.3. Fromkin 1971

2.1.1.3.1. modèle des opérations cognitives impliquées dans la production du langage

2.1.1.4. Garrett 1975

2.1.1.4.1. traitement en cascade

2.2. Compréhension

2.2.1. Parole

2.2.1.1. impossible d’identifier un phonème indépendamment de son contexte

2.2.1.2. théorie motrice de la perception de la parole (Liberman et coll. 1967, Liberman et Mattingly 1985, Liberman 1996)

2.2.1.2.1. existence d’analyseurs du signal acoustique

2.2.1.3. questionnement sur unité de perception de la parole

2.2.2. Lexique

2.2.2.1. Identification des frontières de mots

2.2.2.1.1. segmenter la parole continue en mots

2.2.2.1.2. identifiable par le fait que les possibilités de cooccurrences de phonèmes ne sont pas les mêmes à l’intérieur d’un mot qu’entre deux mots

2.2.2.2. Théories de l’accès lexical pour les mots simples

2.2.2.2.1. accès à la forme phonologique d’abord, puis accès au sens

2.2.2.3. Décodage des mots morphologiquement complexes

2.2.2.3.1. mots fléchis sont interprétés via leur racine

2.2.2.3.2. mots construits sémantiquement opaques sont listés dans le lexique

2.2.2.3.3. mots sémantiquement transparents

2.2.3. Syntaxe

2.2.3.1. comment l’analyseur syntaxique humain (le parseur) assigne une structure grammaticale à une phrase

2.2.3.1.1. à chaque mot décodé une fonction dans une structure syntagmatique

2.2.3.1.2. recherches sur le traitement des phrases ambiguë

2.2.4. =simplement le symétrique de la production?

3. Conclusion

3.1. 2 aspects

3.1.1. Accroissement du caractère multidisciplinaire du domaine

3.1.1.1. Participants: psychologues, linguistes, neurologues, informaticiens

3.1.2. Apparition de modèles théoriques

3.1.2.1. + en + précis

4. Clémentine Pannetier