TRENTE ANS DE PSYCHOLINGUISTIQUE

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Rocket clouds
TRENTE ANS DE PSYCHOLINGUISTIQUE par Mind Map: TRENTE ANS DE PSYCHOLINGUISTIQUE

1. Apparition des modèles intégrés des processus cognitifs mis en jeu dans le décodage et l’encodage du langage.

2. Courants de recherche

2.1. Neuropsychologie

2.1.1. objectif: contribuer à la caractérisation du fonctionnement cognitif en utilisant des données d’ordre neurologique

2.1.2. corrélations entre des dommages dans des régions spécifiques du cerveau et certains déficits linguistiques

2.1.3. aires de Broca et de Wernicke

2.1.3.1. préciser les fonctions exactes prises en charge par ces aires

2.1.3.2. dans quelle mesure il était possible de cerner de façon précise les aires du cerveau impliquées dans les différentes tâches cognitives (Caplan 1994)

2.1.3.3. l’aire de Broca regroupe en fait quatre ou cinq aires fonctionnellement distinctes (Kutas 1998)

2.1.3.4. les diverses tâches de nature phonologique mettent en cause divers sous-systèmes fonctionnels (Poeppel 1996 )

2.1.3.5. l’aire de Broca est en fait le siège de la composante transformationnelle du langage, la combinatoire syntaxique elle-même étant plus largement représentée ( Grodzinsky 2000)

2.1.3.6. les traces de mouvement QU sont traitées par les patients souffrant d’une aphasie de Wernicke, mais pas par ceux souffrant d’aphasie de Broca (Zurif et Swinney 1994)

2.1.4. techniques d’imagerie cérébrale

2.1.4.1. la tomographie par émission de positrons (TEP)

2.1.4.2. la magnéto-encéphalographie (MEG)

2.2. Étude des potentiels évoqués

2.2.1. étudier l’activité électrique générée par l’influx nerveux lors du traitement du langage

2.2.1.1. identifier la région du cerveau responsable de la détection de l’erreur

2.2.1.2. comparer l’effet de différents types de violations

2.3. L’étude des mouvements des yeux

2.3.1. l’intégration des informations sémantiques se fait en fin de phrase ou de syntagme (Just et Carpenter 1980, Rayner et coll. 1989)

2.3.2. les premières lettres jouent un rôle crucial dans l’identification des mots (Blanchard et coll. 1989)

2.3.3. la reconnaissance d’un mot est affectée par sa fréquence (Rayner et Duffy 1986)

2.3.4. la résolution de l’ambiguïté syntaxique (Frazier et Rayner 1982, 1987)

2.3.5. la résolution de l’ambiguïté lexicale (Pickering et Frisson 2001)

2.4. Réseaux d’activation et connexionnisme

2.4.1. distribution d’activation (Collins et Loftus 1975)

2.4.1.1. chaque neurone communique avec un ou plusieurs autres au moyen de synapses ayant un effet excitant ou inhibant

2.4.1.2. lorsqu’un neurone est activé, il transmet une stimulation positive ou négative aux neurones auxquels il est relié

3. Évolution des connaissances en production et en compréhension du langage

3.1. Production du langage

3.1.1. phénomènes de performance observés dans la production linguistique

3.1.1.1. les lapsus (Fromkin 1971)

3.1.1.2. les hésitations (Goldman-Eisler 1972)

3.1.1.3. mot sur le bout de la langue (Brown et McNeill 1966)

3.1.2. un modèle des opérations cognitives impliquées dans la production du langage (Fromkin 1971)

3.1.2.1. planification de la phrase comporte cinq étapes

3.1.2.1.1. le contenu sémantique de la phrase est planifié

3.1.2.1.2. la structure syntaxique est construite avec, sous les nœuds lexicaux, des ensembles de traits sémantiques

3.1.2.1.3. l’intonation phrastique est déterminée

3.1.2.1.4. les lexèmes ayant les traits sémantiques appropriés sont sélectionnés

3.1.2.1.5. la forme phonologique résultante subit des règles morphophonémiques s’il y a lieu

3.1.2.2. organes d’articulation

3.1.3. la production du langage comme formée d’un ensemble de modules de traitement fonctionnant en cascade (Garrett 1975, 1980 et développé par Levelt 1989)

3.1.3.1. dès qu’un module a terminé de traiter une partie de l’information, il envoie cette information au module suivant pour traitement ultérieur

3.1.3.2. la phrase peut commencer à être articulée sans avoir été complètement planifiée

3.1.4. perspective connexionniste interactive (Dell 1986, Dell et Reich 1981, Stemberger 1985)

3.1.4.1. les informations d’un niveau inférieur de traitement peuvent influencer en retour les niveaux supérieurs

3.2. Compréhension

3.2.1. modèle de production: idées→grammaire+lemmes→lexique→sons

3.2.2. modèle de compréhension: sons→lexique→ lemmes+grammaire→idées

3.2.3. sous-sections

3.2.3.1. Parole

3.2.3.1.1. théorie motrice de la perception de la parole (Liberman et coll. 1967, Liberman et Mattingly 1985, Liberman 1996)

3.2.3.1.2. malgré la variabilité du signal sonore, les indices acoustiques qui y sont présents suffisent à faire discriminer les sons du langage (Elman et Zipser 1988, Nakisa et Plunkett 1998)

3.2.3.2. Lexique

3.2.3.2.1. Identification des frontières de mots

3.2.3.2.2. Théories de l’accès lexical pour les mots simples

3.2.3.2.3. Décodage des mots morphologiquement complexes

3.2.3.3. Syntaxe

3.2.3.3.1. Deux principes (Frazier 1978)

3.2.3.3.2. MacDonald, Pearlmutter et Seidenberg (1994), Trueswell et Tanenhaus (1994)

4. Deux aspects pour caractériser ces trente ans de psycholinguistique

4.1. caractère multidisciplinaire du domaine,

4.1.1. psychologues

4.1.2. linguistes

4.1.3. neurologues

4.1.4. informaticiens

4.2. l’apparition de modèles théoriques de plus en plus précis des processus mis en jeu dans l’encodage et le décodage du langage