Dynamique des groupes restreints

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Rocket clouds
Dynamique des groupes restreints par Mind Map: Dynamique des groupes restreints

1. Les facteurs de cohésion d'un groupe

1.1. Le leadership

1.1.1. des définitions

1.1.1.1. le leadership comme "un processus d'Influence sociale par lequel un individu amène un groupe à atteindre des objectifs. Le leadership n'implique pas seulement le fait de faire faire quelque chose à d'autres individus, mais également (ce qui n'est pas le cas pour les relations d'autorité) la capacité à changer l'attitude des membres du groupe, à les mobiliser et à entraîner leur adhésion à des buts communs. De ce fait le leader doit savoir susciter les motivations et entraîner ceux qui le suivent bien plus que les diriger de manière autoritaire." Levy-Leboyer

1.1.1.2. le leadership est « un processus de comportement qui pousse les individus et les groupes à atteindre les objectifs fixés ». BARROW, 1977,

1.1.2. Tous les styles de leadership ne sont pas favorables à la cohésion d'un groupe

1.1.2.1. Trois styles de leadership selon Kurt Lewin

1.1.2.1.1. Le leadership autoritaire : Un leader autoritaire prend les décisions seul et se contente de les énoncer au groupe sans les justifier. Il intervient ensuite peu dans la phase de réalisation. Ce style de leadership favorise la soumission des membres qui n’osent pas exprimer leur désaccord, ou bien leur agressivité lorsqu’ils se révoltent.

1.1.2.1.2. Le leadership démocratique (ou participatif) : Le leader favorise la discussion entre les membres du groupe et tient compte des avis énoncés. Il explicite ses propres opinions et les justifie. Il propose plusieurs solutions quand un problème apparaît, afin que le groupe fasse lui-même un choix. Il reste en contact avec le groupe pendant que celui-ci conduit sa tâche. Ce style de leadership élève la performance du groupe.

1.1.2.1.3. Le leadership «laissez-faire» : Le leader indique au groupe la tâche à accomplir et les moyens dont il dispose puis adopte un comportement passif et neutre, sans juger ni évaluer les résultats obtenus. Le groupe bénéficie alors d’une totale liberté dans l’accomplissement de sa mission. Ce style de leadership est celui qui entraîne le plus de conflits et la plus mauvaise performance.

1.1.2.2. Quatre styles de leadership selon Likert

1.1.2.2.1. Le style autoritaire : le dirigeant fait peu confiance à ses subordonnés qui sont considérés uniquement comme des exécutants. Le manager dirige par la peur ou avec des récompenses si le travail lui convient.

1.1.2.2.2. Le style paternaliste : un style de direction très autoritaire mais s'appuyant davantage sur les relations humaines car il est plus proche de ses salariés ; le dirigeant accorde une confiance mesurée à ses subordonnés.

1.1.2.2.3. Le style consultatif : un style de direction s'appuyant sur une bonne communication interne ascendante ou descendante ; le dirigeant prend des décisions après consultation des membres de l'organisation. Il cherche l'adhésion des salariés aux valeurs et aux objectifs.

1.1.2.2.4. Le style participatif : un style de direction consensuel centré sur le groupe ; les membres de l'organisation ou ses représentants participent aux prises de décision. La relation de confiance est très forte.

1.2. L'objectif commun : l'organisation doit mobiliser son équipe autour d'un objectif simple à comprendre, mesurable, atteignable et suffisamment ambitieux pour mobiliser.

1.3. Les valeurs communes aident à garder la cohésion du groupe

1.4. Un mode de fonctionnement clair et connu de tous au niveau de la prise de décision peut résoudre des conflits.

1.5. Des compétences diverses et complémentaires renforcent également la cohésion car chacun peut s'appuyer sur les compétences d'un collègue pour dépasser la difficulté. En connaissant son rôle, chacun amène ainsi sa contribution et l'esprit d'équipe s'impose.

2. Qu'est ce qu'un groupe

2.1. Différents critères/caractéristiques qui définissent un groupe

2.1.1. Quatre critères selon Elisabeth Deswarte

2.1.1.1. L’influence réciproque : il y a interdépendance entre les membres du groupe

2.1.1.2. La présence de relations interpersonnelles : les individus communiquent personnellement avec les autres membres

2.1.1.3. La poursuite d’un but commun : l’intérêt de chacun se confond avec l’intérêt du groupe

2.1.1.4. La mise en place d’une organisation : chaque membre a son Rôle ou son Statut, les valeurs et les Normes de groupe se créent

2.1.2. Sept caractéristiques psychologiques fondamentales selon Roger MUCCHIELLI

2.1.2.1. Les interactions

2.1.2.2. L’existence de buts collectifs communs

2.1.2.3. L’émergence de normes ou règles de conduite

2.1.2.4. L’émergence d’une structure informelle de l’ordre de l’affectivité avec répartition de la sympathie et de l’antipathie, elle est dite informelle car non officielle et souvent non consciente

2.1.2.5. L’existence d’émotions et de sentiments collectifs communs (« comme-uns » : formule de Jacques LACAN)

2.1.2.6. L’existence d’un inconscient collectif

2.1.2.7. L’établissement d’un équilibre interne et d’un système de relations stables avec l’environnement.

2.2. Des définitions

2.2.1. Un groupe fonctionne comme un organisme et s’inscrit dans un cycle de vie : il naît, atteint sa maturité, se dégrade et meurt. Les éléments qui le composent ne sont pas une juxtaposition d’individus mais une totalité dynamique qui possède une identité spécifique résultant de leurs interactions. (J. DREVILLON, 1973)

2.2.2. “forme de classification opérée par les individus eux-mêmes et qui ne peut se confondre avec une forme institutionnelle particulière. Le groupe à l’inverse de la catégorie socio-professionnelle où les personnes peuvent très bien ne pas se rencontrer, repose sur la mise en présence”. Delignères et P.Duret. in « Lexique thématique en STAPS », VIGOT, Paris, 1995

2.2.3. « ensemble des individus qui partagent un destin commun ». Lewin.K in « Frontiers in group dynamics », Human relations 1947

2.2.4. « ensemble d’individus amenés à réaliser un but commun par leurs activités interdépendantes (..) Structure sociale implicite ou formelle ». Sherif.M., in « Intergroup relations and leadership », 1962

2.2.5. « ensemble d’individus amenés à réaliser un but commun par leurs activités interdépendantes (..) Structure sociale implicite ou formelle ». Sherif.M., in « Intergroup relations and leadership », 1962