l'insertion sur le marché du travail : jeunes et immigrants (la transition professionnelle)

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Rocket clouds
l'insertion sur le marché du travail : jeunes et immigrants (la transition professionnelle) par Mind Map: l'insertion sur le marché du travail : jeunes et immigrants (la transition professionnelle)

1. introduction : transition professionnelle et transformation d'insertion professionnelle

1.1. transition : passage d'une situation professionnelle à une autre

1.2. la transition école-travail est une transition majeure

1.2.1. passage d'une période de formation à un premier emploi

1.2.2. transition institutionnalisée

1.2.2.1. formation/vie professionnelle / retraite

1.3. contexte contemporain de multiplication, de diversification et de complexification des transitions

1.3.1. changement d'emploi

1.3.2. retour en formation

1.3.3. plus grande diversité dans la population des travailleurs

1.3.4. les situations professionnelles sont plus complexes et les transitions aussi

1.4. désynchronisation des parcours dans les différentes sphères de vie

1.4.1. classiquement, les transitions institutionnalisées se passaient au même moment dans une vie

1.4.2. Aujourd'hui on n'est plus dans cette logique linéaire où les étapes se succèdent

1.4.2.1. retour en formation

1.5. la transition linéaire école/emploi n'est plus la norme

1.5.1. la transition école-travail n'est pas nécessairement un moment fixe très bien défini

1.5.2. C'est plutôt un processus qui prend plusieurs années

1.6. l'insertion professionnelle s'apparente plus à un processus long et complexe qu'à un moment achevé

1.7. l'entrée sur le marché du travail est pavé de difficultés face auquels les nouveaux entrants développent des stratégies

1.7.1. conséquences économiques et psychologiques de la transition professionnelle

1.7.2. redéfinition identitaire

2. le travail comme moteur d'intégration sociale

2.1. l'intégration sociale via l'intégration professionnelle

2.1.1. jeunes et immigrants

2.1.2. l'entrée sur le marché du travail, c'est plus largement une intégration socioprofessionnelle

2.1.2.1. liée à la place centrale du travail

2.1.2.1.1. la place qu'on occupe dans une société

2.1.2.2. le travail est structurant

2.2. moment crucial pour la construction identitaire

2.3. le travail pendant les études

2.3.1. la recherche d'une position confortable et stable

2.3.2. prendre en compte le travail pendant les études et après les études

2.3.3. le travail après les études

2.3.3.1. recherche d'une position confortable et stable

2.3.3.2. défi par rapport à la stabilité et la flexibilité

2.4. le travail comme valeur centrale

2.4.1. la vie personnelle subordonnée au travail ?

2.4.1.1. la travail n'est pas la sphère de vie que les québécois placent en premier

3. le rapport au travail des jeunes: effet d'âge, effet de génération

3.1. insertion professionnelle et évolution du rapport au travail des jeunes selon leur avancée en âge

3.1.1. pendant les études

3.1.1.1. les mcjobs

3.1.1.2. la quête d'une indépendance financière

3.1.2. insertion professionnelle

3.1.2.1. la flexibilité et la précarité

3.1.2.2. la recherche d'une position alignée sur le diplôme

3.1.3. 10 ans après les études

3.1.3.1. emploi en lien avec le diplôme

3.1.3.2. la recherche d'une position confortable et stable

3.1.3.3. réalisation de soi

3.2. le rapport au travail évolue en fonction de l'étape de vie

4. perception et attentes des jeunes vis à vis du travail

4.1. attentes générales vis à vis du travail

4.1.1. les jeunes recherchent un travail intéressant

4.1.2. un travail qui procure la satisfaction personnelle

4.1.3. un travail qui paye bien

4.1.4. un travail qui permet d'être autonome, qui donne la responsabilité

4.1.5. un travail qui donne les possibilités d'avancement

5. le rapport au travail des jeunes : formations professionnelles et techniques

5.1. raisons de l'importance au travail (en ordre d'importance)

5.1.1. gagner de l'argent

5.1.2. structurer le quotidien

5.1.3. se développer

5.1.4. contribuer à la société

5.1.5. socialiser

5.2. les valeurs attribuées au travail (en ordre d'importance)

5.2.1. tâches

5.2.1.1. un travail qu'on apprécie

5.2.2. relations

5.2.2.1. collègues, supérieurs, atmosphère

5.2.3. conditions

5.2.3.1. avantages sociaux, stabilité et sécurité

5.2.4. accomplissement

5.2.4.1. sentiment de se réaliser

6. les jeunes ont ils un rapport spécifique au travail?

6.1. la représentation qu'ont les jeunes du travail n'a pas tellement changée par rapport aux époques ultérieures

6.2. le travail reste une valeur importante pour les jeunes

6.2.1. leurs attentes demeurent élevées à l'égard du travail

6.3. les jeunes québécois montrent cependant une adhésion plus grande aux normes managériales que leurs aînés

6.3.1. flexibilité

6.3.2. engagement envers le travail

6.4. surtout, ils cherchent davantage l'équilibre entre travail et vie privée

6.4.1. refusent l'empiétement du travail sur la vie privée

6.4.1.1. plutôt volonté d'une polycentration des activités

7. la question des différentes générations au travail

7.1. baby-boomers

7.1.1. années 40-50

7.1.2. attentes carrière :

7.1.2.1. permanence

7.1.2.2. stabilité

7.1.2.3. continuité

7.1.2.4. durée

7.1.3. repères :

7.1.3.1. état

7.1.3.2. église

7.1.3.3. famille

7.1.4. compétences :

7.1.4.1. ancienneté

7.1.4.2. expérience

7.1.5. reconnaissance :

7.1.5.1. conformité

7.2. X:

7.2.1. années 60-70

7.2.2. attentes carrière :

7.2.2.1. temps pour soi

7.2.2.2. conciliation famille /travail

7.2.2.3. qualité de vie

7.2.2.4. émotions-communication- proximité

7.2.3. compétences

7.2.3.1. style

7.2.3.2. image

7.2.4. formation :

7.2.4.1. savoir

7.3. Y (enfants roi)

7.3.1. 79-80

7.3.2. permissivité

7.3.3. facilité

7.3.4. compromis

7.3.5. dialogue

7.3.6. négocier

7.3.7. jugement d'utilité

7.3.8. formation:

7.3.8.1. pour avoir des opportunités

7.3.9. reconnaissance : de distinction

7.3.10. les Y ne cherchent pas la sécurité d'emploi et la permanence

7.3.10.1. il aura entre 5 et 8 carrières différentes

7.3.11. repères :

7.3.11.1. star

7.3.11.2. ami

7.4. Z:

7.4.1. digital, social, bien branchés

8. les différences intergénérationnelles au travail (sabia 2009)

8.1. des attentes et des besoins différents ?

8.1.1. si les jeunes ont des attentes plus élevées en termes de conciliation travail /famille

8.1.1.1. avancement de la carrière

8.1.1.2. construction de son employabilité

8.1.2. Ça ne veut pas dire que les autres générations n'avaient pas ces attentes là

8.2. Quels implications pour la gestion ?

8.2.1. gestion plus individualisée:

8.2.1.1. jusqu'à quel point les organisations peuvent prendre en compte des attentes différentes ?

8.2.1.2. différences entre capacités d'action au sein des organisations

8.2.1.3. différences révélatrices des mutations du marché du travail

8.2.1.3.1. des technologies

8.2.1.4. différences individuelles ont toujours existés

9. difficultés d'insertion professionnelle des jeunes et des immigrants

9.1. les représentations d'insertion professionnelle chez les jeunes

9.1.1. les différentes définitions de l'insertion professionnelle "réussi"

9.1.1.1. l'importance de la satisfaction au travail

9.1.1.1.1. est ce que mon travail correspond aux compétences que je suis allé chercher ?

9.1.1.2. le diplôme comme principale source de perspective d'avenir intéressant

9.1.1.2.1. le diplôme est vraiment majeur dans la capacité à réussir son insertion professionnelle

9.1.1.3. le rôle de la chance et du hasard dans le parcours socioprofessionnel

9.1.1.4. des écarts entre les attentes et les réalités du marché du travail

9.1.1.4.1. écarts en termes de possibilités d'emploi

9.1.2. les définitions de ce qui serait une insertion professionnelle réussie varie selon les individus

9.1.3. le chômage chez les jeunes

9.1.3.1. taux de chômage 2 fois plus élevé que dans les autres groupes d'âge

9.1.3.1.1. le taux de chômage diminu quand le taux de diplôme augmente

9.1.3.2. un chômage de courte durée lié à la trajectoire d'insertion

9.1.3.2.1. chômage d'insertion

9.1.3.3. un chômage structurel lié à l'inadéquation entre les qualifications et les besoins de main d'oeuvre

9.1.3.3.1. enjeux de formation

9.1.3.3.2. phénomène de surqualification

10. les principaux facteurs nuisant à l'insertion professionnelle des jeunes

10.1. facteurs individuels

10.1.1. manque d'expérience

10.1.2. manque de formation

10.1.3. manque de bilinguisme

10.1.4. manque de qualification

10.2. facteurs structurels et sociologiques

10.2.1. offre marché du travail selon la région

10.2.2. flexibilité d'emploi (atypique, contractuel, temps partiel)

10.2.3. discrimination

10.2.4. milieu social, ressources économiques, réseaux sociaux (capital social, contacts)

11. le rôle facilitant des réseaux relationnels dans l'insertion professionnelle

11.1. lien fort et lien faible

11.2. les différentes formes de soutien parentale

11.2.1. soutien financier pendant les études

11.2.2. accès aux réseaux sociaux des parents pour trouver un emploi

11.2.3. soutien financier et patrimonial (logement, cohabitation)

11.3. le rôle de la famille varie selon que les jeunes sont diplômés ou non (formation secondaire)

12. différents types de stratégies d'insertion

12.1. 2 types de stratégies

12.1.1. stratégie individuelle

12.1.1.1. polyvalence

12.1.1.1.1. développer des compétences polyvalentes

12.1.1.2. retour aux études

12.1.1.2.1. retourner chercher une formation complémentaire

12.1.1.3. migration

12.1.1.3.1. ces obstacles et stratégies facilitantes concerne les jeunes mais aussi les immigrants

12.1.1.4. acquisition de l'expérience par les emplois atypiques

12.1.2. stratégies collectives

12.1.2.1. recours au soutien familial

12.1.2.2. solidarité entre amis

12.1.2.3. les nouvelles solidarités

12.1.2.4. pratiques communautaires

13. la main d'oeuvre immigrante: une catégorie spécifique

13.1. plusieurs difficultés d'insertion

13.1.1. concentration des immigrants dans les grandes villes

13.1.1.1. dans certains secteurs d'activité

13.1.2. population sensible aux variations économiques

13.1.3. maintient dans des emplois mal rémunérés avec peu de chances d'avancement

13.1.4. difficulté à atteindre des postes décisionnels

13.1.5. manque de réseau de contacts

13.1.6. non reconnaissance des acquis et des compétences

13.1.6.1. l'acquisition du diplôme ne suffit pas toujours

13.1.7. décalage entre la formation et l'expérience acquise et les nouveaux emplois créés au Québec

13.1.8. barrière linguistique

13.1.8.1. malentendu culturel

13.1.9. discrimination

14. comprendre la signification particulière du chômage prolongé pour les jeunes et les immigrants

14.1. crainte face au vieillissement des compétences acquises par la formation

14.2. inquiétudes vis à vis du choix professionnel

14.2.1. ou son choix de pays / province d'immigration

14.3. inquiétudes face à l'insertion sociale

14.4. grave atteinte à l'estime de soi

14.5. impact majeur sur le bien être économique et psychologique

14.6. l'instabilité professionnelle retarde plusieurs autres projets de vie

14.6.1. si chômage suite à un échec en début de carrière

14.6.1.1. dévalorisation durable possible

15. la France : un contexte différents du Québec pour l'insertion des jeunes

15.1. modèle particulier de l'insertion professionnelle en France

15.2. un ségrégation statutaire

15.2.1. isoler les jeunes

15.3. ségrégation spatiale

15.4. des dispositifs publics spécifiques pour l'insertion professionnelle des jeunes

15.5. un marché du travail très administré et protégé

15.6. un taux de chômage des jeunes très élevé

15.7. une socialisation au travail différente

15.7.1. l'importance du travail salarié est moins répandue en France

16. 4 grands types de difficultés

16.1. les difficultés liées aux conditions structurelles du marché du travail

16.1.1. l'instabilité du lien d'emploi

16.1.1.1. remplacement, contrats temporaires

16.1.2. une politique sociale d'insertion professionnelle défavorable

16.1.2.1. contrats temporaires, exploitation

16.1.2.2. effet pervers: multiplication des contrats temporaires (insertion)

16.1.3. la discrimination ethnique et raciale

16.1.4. grande exigence des patrons

16.1.4.1. cherchent quelqu'un rapide, efficace, ponctuel

16.2. les difficultés liées aux logiques de fonctionnement du secteur de la restauration

16.2.1. emploi mal rémunéré et heures supplémentaires non payés

16.2.2. conditions de travail difficiles et horaires contraignants

16.2.3. force physique et grande rapidité

16.3. des difficultés liées aux attitudes et caractéristiques des jeunes

16.3.1. difficultés scolaires

16.3.2. difficulté à travailler sous pression

16.3.3. un rapport instrumental au travail

16.3.4. manque de motivation

16.3.5. choix du métier par défaut

16.4. Nouveau sujet

16.5. les difficultés d'ordre sociale et familiale

16.5.1. divorce des parents

16.5.2. décès d'un proche

16.5.3. absence d'autorité parentale et de soutien familial

16.5.4. origine sociale défavorable

16.5.5. absence de soutien du réseau d'amitié

16.5.6. manque de permis de conduire

17. les stratégies des jeunes face aux difficultés rencontrées

17.1. les stratégies de maintien et de stabilisation en emploi

17.1.1. cultiver son réseau de contacts, envoyez des CV pour obtenir un emploi

17.2. les stratégies visant la sortie de l'emploi salarié ou du secteur de la restauration

17.2.1. partir son propre restaurant ou sortir du secteur de la restauration

17.3. les stratégies de désinvestissement progressif du marché du travail

17.3.1. marginalisation

18. Conclusion

18.1. l'importance du diplôme et de la formation

18.1.1. ce nest pas une garantie d'avoir une formation professionnelle

18.1.1.1. le diplôme n'est pas tout le temps suffisant pour obtenir un emploi durable dans le temps

18.2. les ressources personnelles, familiales et amicales doivent être mises à contribution lors de l'insertion

18.3. l'insertion au défi de la discrimination

18.4. l'insertion réussie n'égale pas emploi permanent

18.4.1. une insertion professionnelle réussie ne peut plus se mesurer par l'obtention d'un emploi permanent car ceux ci sont devenus rares

18.5. l'insertion comme période de construction de son identité professionnelle

18.6. le travail demeure une valeur centrale