Rousseau - Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes

Commencez. C'est gratuit
ou s'inscrire avec votre adresse courriel
Rocket clouds
Rousseau - Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes par Mind Map: Rousseau - Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes

1. L'inégalité

1.1. Deux sortes

1.1.1. naturelle ou physique

1.1.1.1. établie par la nature

1.1.2. morale ou politique

1.1.2.1. établie par les hommes

2. L'état de nature

2.1. Les prédécesseurs

2.1.1. Aucun philosophe n'est arrivé à remonter à l'état de nature

2.1.2. Ils transposent à l'état de nature ce qu'ils voient dans la société

2.1.2.1. l'avidité, l'oppression, l'orgueil etc.

2.2. Une hypothèse et non un raisonnement historique

2.2.1. Comprendre la nature humaine en essayant de voir l'homme indépendamment de la société

2.2.2. Rousseau lit dans la nature et non dans les libres

2.2.3. La supériorité de la nature rend pessimiste sur l'histoire

2.3. Digressions

2.3.1. L'homme est bipède, bien qu'on trouve des hommes quadrupèdes

2.3.1.1. la nature de l'homme lui permet de choisir entre différentes possibilités

2.3.2. L'homme est frugivore (végétarien)

2.4. Les hommes

2.4.1. Vivent dispersés dans la nature fertile

2.4.1.1. L'homme n'a pas d'instinct propre

2.4.1.2. Ne vivent pas en famille

2.4.1.3. N'ont pas besoin les uns des autres

2.4.2. La réflexion n'est pas naturelle à l'homme, est peut-être même contre nature

2.4.3. Sont différents dans l'état de nature et dans la civilisation

2.4.3.1. Dans la civilisation : comme des animaux domestiques plus faibles

2.4.4. Différence homme - animal

2.4.4.1. Animal = une "machine ingénieuse, à qui la nature a donné des sens pour se remonter elle-même"

2.4.4.1.1. Instinct

2.4.4.1.2. Idées et entendement

2.4.4.2. "Machine humaine" = similaire, sauf qu'il n'est pas guidé uniquement par la nature mais aussi par lui-même.

2.4.4.2.1. Homme = agent libre

2.4.4.2.2. Liberté

2.4.4.2.3. Volonté

2.4.4.2.4. Perfectibilité = faculté de se perfectionner

2.4.5. Naturellement bon

2.4.5.1. Dépravé par ce qui l'éloigne de sa constitution (progrès, connaissances…)

2.4.5.2. Les sociétés portent les hommes à se haïr mutuellement

2.4.5.2.1. "Si l'on me répond que la société est tellement constituée que chaque homme gagne à servir les autres, je répliquerai que cela serait fort bien s'il ne gagnait encore plus à leur nuire. Il n'y a poins de profit si légitime qui ne soit surpassé par celui qu'on peut faire illégitimement et le tort fait au prochain est toujours plus lucratif que les services."

2.4.5.3. Paix de l'homme naturel

2.4.5.3.1. Ne possédant rien, il n'a pas de colère

2.4.5.3.2. Si quelqu'un lui prend sa nourriture, il va en chercher ailleurs

2.4.5.4. "Ni bons ni méchants", "ni vices ni vertus" puisque les hommes n'ont aucune relation morale ni de devoirs entre eux.

2.4.5.4.1. "Il faudrait appeler le plus vertueux celui qui résisterait le moins aux simples impulsions de la nature" Cf. Nietzsche

2.4.5.5. Pas naturellement méchant ≠ Hobbes

2.4.5.5.1. Hobbes n'a pas vu que l'état de nature étant le plus adapté à notre survie, on a d'autant moins de tendance à l'agressivité.

2.4.5.5.2. C'est que Hobbes prête à l'homme sauvage les passions de l'homme civilisé.

2.4.5.5.3. De plus, les hommes sauvages n'ont aucune dépendance les uns vis-à-vis des autres

2.4.5.6. Empathie

2.4.5.6.1. "Répugnance innée à voir souffrir son semblable"

2.4.5.6.2. = Pitié

2.4.5.6.3. Amour-propre ≠ amour de soi-même

2.4.6. Langage

2.4.6.1. Le plus souvent inutile puisque les hommes vivent séparés

2.4.6.2. Développé par les enfants pour communiquer avec leur mère (c'est eux qui en ont besoin)

2.4.6.3. Pas naturel et rudimentaire

2.4.6.3.1. Pas naturel à l'homme : les hominidés sans langage découverts par les explorateurs pourraient être des hommes.

2.4.6.3.2. "à l'égard des adjectifs la notion ne s'en dut développer que fort difficilement, parce que tout adjectif est un mot abstrait, et que les abstractions sont des opérations pénibles, et peu naturelles"

2.4.6.3.3. Les idées générales ne viennent qu'avec les mots. Le singe n'a pas l'idée de la noix en générale, seulement de cette noix singulière.

2.4.6.3.4. Rousseau ne sait pas comment le langage est devenu plus élaboré.

2.4.6.4. Premier langage = cri de la nature

2.4.7. L'amour

2.4.7.1. Passion violente

2.4.7.2. Distinguer le physique du moral

2.4.7.2.1. L'amour moral est un sentiment factice, né de la société

2.4.7.2.2. Physique : beauté indifférente

2.4.7.2.3. Caraïbes : pas de jalousie, amours libres

3. Sortie de l'état de nature

3.1. Hypothèse

3.1.1. Trop d'hommes, pas assez de nourriture

3.1.2. De nombreuses choses à apprendre

3.1.2.1. Agriculture, technique etc.

3.1.2.2. Il faudrait que les hommes les aient apprises des dieux.

3.1.3. Production, travail

3.1.3.1. Pourquoi travailleraient-ils si le résultat ne leur appartenait pas ?

3.1.3.2. Il faut donc déjà être sorti de l'état de nature pour se mettre à cultiver.