Les grands courants pédagogiques et les démarches pédagogiques et processus cognitifs

Get Started. It's Free
or sign up with your email address
Rocket clouds
Les grands courants pédagogiques et les démarches pédagogiques et processus cognitifs by Mind Map: Les grands courants pédagogiques et les démarches pédagogiques et processus cognitifs

1. l'apprentissage par observation et imitation

1.1. Beaucoup de livres sur les enfants et sur les aspects progessionnels

1.1.1. Dans les apprentissages scolaires, on a évacué ce modèle

1.1.1.1. On laisse découvrir par l'apprenant

1.1.1.2. Il apprend par lui-même

1.2. Chez les Québécois: le "modelage"

1.3. Ce n'est un modèle passif

1.3.1. Etude en neuro

1.3.1.1. Notre cerveau travaille quand nous observons

1.3.1.2. Nous prennons des points de repères,

1.3.1.3. on organise alors l'observation

1.3.1.4. On donne une image du produit fini !

1.3.2. Exemple des noeuds marins

2. l'apprentissage par entraînement et répétitition

2.1. Renvoi sur le Behaviorhisme

2.1.1. Expérience du comportement des rats en labyrinthe

2.1.2. C'est la personne qui agit

2.1.3. Apprentissage par essai/erreurs

2.1.3.1. Récompense par les notes

2.1.3.1.1. La récompense fonctionne mieux que la punition

2.1.3.1.2. Notion de renforcement positif

2.1.3.2. Punition

2.2. Notion de division des apprentissages par échelons successifs

2.2.1. Apprentissage en escalier

2.2.2. Donc découpage des objectifs

2.3. Effets

2.3.1. Avantages

2.3.1.1. Permet l'individualisation

2.3.1.2. On évalue les progrès

2.3.1.2.1. Individuelle

2.3.1.2.2. et de progrès

2.3.1.3. Automatisation des apprentissages

2.3.1.3.1. Exemple de Michel Fayolle

2.3.1.3.2. Test de STROOP

2.3.1.3.3. Notion de répétition

2.3.2. Inconvénients

2.3.2.1. Pas d'effet de groupe

2.3.2.2. Exigences contradictoires avec les programmes

2.3.2.3. Perte de sens liée au découpage excessif

2.3.2.4. Pour certains apprentissages il est nécessaire de revenir en arrière sur d'autres apprentissages

2.3.2.5. Le problème des 3 mémoires

2.3.2.5.1. La mémoire phonologique: les sons

2.3.2.5.2. la mémoire visuelle: le mot

2.3.2.5.3. La mémoire sémantique: le sens

3. l'apprentissage par l'action

3.1. Jean Piaget

3.2. On construit par l'action

3.3. Avant de conceptualiser il faut sentir, vivre les apprentissages

3.4. Approche par résolution des problèmes

3.5. Les méthodes centrées sur l'action

3.5.1. Décroli

3.5.2. Montessori

3.5.3. etc..

3.6. Avantages

3.6.1. Situations concrètes

3.6.2. Situations problèmes

3.6.3. Impliquantes

3.6.4. Connaissances contextualisées

3.7. Inconvénients

3.7.1. Insécurisant pour:

3.7.1.1. les jeunes

3.7.1.2. l'enseignant

3.7.2. Crainte du réel

3.7.3. Reconnaissance du fait implicite de ne pas savoir avant

3.7.4. Tout ne peut pas être appris de cette façon !

3.7.5. Les connaissances ne sont pas systématisées

3.7.5.1. il faut reprendre ces apprentissages pour qu'ils soient mémorisés

3.7.6. Méthodes mises en place dans l'improvisation

3.7.6.1. Et il ne suffit de tâtonner pour apprendre !

4. l'apprentissage par la médiation

4.1. Repose sur Piaget

4.1.1. Vygostky

4.1.1.1. On apprend dans la vie chaque chose au moins 2 fois

4.1.1.1.1. Faire avec l'autre

4.1.1.1.2. Faire tout seul

4.1.1.2. Il y a3 zones

4.1.1.2.1. La première qui est ce que l'on ne décripte pas

4.1.1.2.2. La seconde : la ZPD la zone proximale de développement

4.1.1.2.3. Ce que je sais (faire)

4.1.2. Brunner

4.1.2.1. Psychologue qui a repris les travaux de Vygotsky

4.2. Les jeunes apprennent pas tous seuls: il y a quelqu'un qui organise la relation

4.2.1. Donc amorcer l'envie (susciter le jeu)

4.2.2. L'adulte va aider le jeune en cours de réalisation

4.2.3. Parfois même l'adulte fait à la place de

5. l'apprentissage par la coopération

5.1. Idée: si l'enseignant ne peut pas être simultanément derrière chaque élève

5.1.1. Confrontation socio-cognitive

5.1.2. Alors la confrontation de différents point de vue

5.2. Avantages

5.2.1. On peut prendre en compte le point de vue de l'autre

5.2.2. Donc on peut changer d'avis !

5.3. Inconvénients

5.3.1. On peut d'accord avec le leader

5.3.2. Notion de socio-affectif

5.4. "Ca aide le tuteur avant l'aidé"

5.4.1. Donc on améliore sa propre performance !

5.4.2. Le bon tuteur, c'est celui qui ne fait pas à la place de l'autre !

5.5. Idée: le tutorat collectif

5.5.1. Apports par les autres

5.5.2. Régulation par l'enseignant

6. L'apprentissage par transmission

6.1. Méthode magistrale

6.2. Yatus entre méthode et ce qu'il conviendrait de faire

6.3. les points forts

6.3.1. Facile à mettre en oeuvre

6.3.2. Rassurante pour l'enseignant

6.3.3. Rassurante pour l'apprenant

6.3.4. Facilite la gestion de la classe

6.3.5. Méthode efficace

6.3.5.1. On sait beaucoup de choses avec cette méthode là !

6.3.5.2. C'est la référence par rapport à ce qui a été dit !

6.4. les points faibles

6.4.1. L'apprenant est passif

6.4.1.1. Il reçoit

6.4.1.2. Il est en attente, il peut rester en passivité

6.4.1.3. Attitudes possibles adoptées

6.4.1.3.1. Passivité

6.4.1.3.2. Perturbation

6.4.1.3.3. Pas motivante

6.4.2. Ne permet pas de déceller les individus en difficulté

6.4.3. Les appreants sont capables de comprendre

6.4.4. Mais pas forcément de reproduire

6.4.5. Décallage possible entre:

6.4.5.1. les intentions de l'enseignant

6.4.5.2. Et ce qu'il en est admis par l'apprenant

6.4.6. Problème de la déperdition

6.4.6.1. Il reste entre 10 et 15% du contenu après une conférence

6.4.6.2. Cela pose le problème de la mémoire

6.4.6.2.1. La mémoire à court terme

6.4.6.2.2. La mémoire à long terme

7. la démarche métacognitive

7.1. Cognition sur la cognition

7.1.1. Je sais que je sais !

7.1.2. Les jeunes en difficultés ne savent pas ou sont les difficultés

7.1.2.1. Donc savoir identifier ce que je sais, ce que je sais pas

7.1.2.2. Donc il est important de faire verbaliser au moment ou on fait l'action

7.2. Donc avant d'agir

7.2.1. Se poser des questions avant de commencer

7.2.1.1. Quels obstacles vais-je rencontrer

7.2.1.2. De quoi j'ai besoin avant de comencer

7.2.2. Faire un bilan de ce que l'on a fait

7.2.2.1. Se situer par rapport a ce que l'on a fait

7.2.2.2. S'auto-évaluer

7.2.3. En prennant conscience des difficultés et de la tâche

7.2.3.1. On va développer des stratègies d'apprentissage

7.3. La méta cognition on en a besoin quand:

7.3.1. Pour résoudre des problèmes

7.3.2. Quand on devient formateur

7.4. Le langage

7.4.1. Sert à communiquer

7.4.2. Sert à organiser sa réflexion

8. l'apprentissage par la déconstruction

8.1. Idée qu'on part jamais de zéro

8.1.1. On a des représentations

8.1.1.1. Initiales

8.1.1.2. Naïves

8.2. Lorsque l'on aborde une notion nouvelle

8.2.1. Ex du désert sahara et désert artique et notion désert froid

8.2.2. Donc déconstruire