Paul Verlaine, Colloque Sentimentale,1869

Get Started. It's Free
or sign up with your email address
Rocket clouds
Paul Verlaine, Colloque Sentimentale,1869 by Mind Map: Paul Verlaine, Colloque Sentimentale,1869

1. Le décor symbolique

1.1. Le poème est constitué de trois strophes initiales de narration et de une strophe finale de narration après le dialogue.

1.1.1. Ces strophes de narrations encadrent donc le poème de façon dissymétrique. Les distiques sont unis par les rimes plates = (monotonie, tristesse)

1.1.2. Le dialogue est encadré par les rimes AA et BB (décor). Ce cadre est connoté par la tristesse, le froid, l’abandon. (vers 1) « vieux, solitaire, glacé » => cela retrace la mort et la souffrance.

1.1.3. Verlaine est hanté par les fantômes et il se sent abandonné « avoine folle »

1.1.4. La répétition du vers 1 au vers 5 est l’image d’un enfermement

1.1.5. Il y a une opposition fantastique qui disparaît au vers 15 et dont on se demande si l’on a réellement entendu les paroles.

2. Le temps à fait son œuvre

2.1. Le début du poème est au passé composé donc un passé proche évoqué par le complément « tout à l’heure » (les présents « sont molles » « sont mort » ont un caractère intemporel)

2.2. Au vers 6, le passé semble s’éloigner. Au vers 15, après l’imparfait, on a une rupture avec le passé simple qui nous montre la fin définitive du poème (vers 16) => il correspond à la fin des paroles, la fin du rêve d’un des interlocuteurs. C’est un passé qui ne peut être ravivé. Le dialogue cesse mais a-t-il existé ou provient-il de l’imagination du poète ?

2.3. Verlaine fait un effort pour revivre le passé (vers 7) mais il va être arrêté par le présent (vers 8) qui est désenchanté par rapport au passé magnifique (vers 13).

3. Les deux personnages

3.1. Les deux personnages sont deux interlocuteurs anonymes qui ont une absence de vie.

3.1.1. Vers 2 : « deux formes », vers 6 : « deux spectres », vers 3 : « leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles » => absence de réalité physique

3.1.2. Vers 16 : « Et la nuit seule entendit leur parole » => leurs paroles ne s’accordent pas

4. L’échange dissymétrique

4.1. Répliques longues exprimant une vision idéale de l’amour, avec des mots hyperboliques : « extase », « ton cœur », « mon âme », « bonheur indicible » => exalté.

4.1.1. Ces répliques sont différentes aux réponses froides ou l’interlocuteur est maître de lui => négation de l’amour, désenchantement (vers 14)

4.2. On remarque une opposition du tutoiement pressant (vers 7-9-10-12), de la complicité (nous => intimité) et du vouvoiement pour mettre la distance (vers 8 puis plus de référence à l’autre dans les réponses).

5. Le refus de communication

5.1. Il y a une accumulation de questions (vers 7-9-10) et d’exclamation (vers 11-12-13) auxquelles le deuxième interlocuteur répond en monosyllabes ou en phrases très brèves, très sèches. Il fait une interrogation rhétorique qui est une fin de non recevoir.

5.1.1. - 1er interlocuteur :

5.1.1.1. Il essaie de raviver l’amour et recherche une alliance

5.1.1.1.1. => Il utilise des pronoms personnels et des adjectifs possessifs de la 2ème personne du singulier et de la 1ère personne du singulier et du pluriel « je + tu = nous »

5.1.1.1.2. => Vers 9-10, il recherche une réunion et montre la volonté d’abolir la fuite du temps. Emploie du présent et de l’adverbe toujours qui insistent sur la continuité. Les « ? » ont une valeur affective et seront remplacés par des exclamations.

5.1.1.1.3. Le 1er interlocuteur trouve son bonheur dans le passé (présent remplacé par l’imparfait)

5.1.2. - 2ème interlocuteur :

5.1.2.1. Il refuse de se souvenir de l’amour.

5.1.2.1.1. Sa 1ère réplique est une interrogation, soit un refus.

5.1.2.1.2. L’interlocuteur répond aux sentiments (extase) par la raison (pourquoi… donc). Ce sont des réponses laconiques qui stoppent le 1er interlocuteur (vers 9-10, il reste un monosyllabe pour la réplique du second. Pareil vers 12 : 3 syllabes)

5.1.2.1.3. - Dans le dernier distique du dialogue, le deuxième interlocuteur répond de façon pessimiste

6. Conclusion

6.1. Dans Colloque sentimental, Verlaine dégage une atmosphère de désespoir, de pessimisme et de désenchantement.