Enquête sur la vie de Louise Pikovsky

Get Started. It's Free
or sign up with your email address
Enquête sur la vie de Louise Pikovsky by Mind Map: Enquête sur la vie de Louise Pikovsky

1. Entre 1941 et 1944

1.1. 80 000 juifs ont transité par ce camps

2. 2) Un lien très fort entre l'élève et son professeur pendant sa scolarité

2.1. Madame Malingrey est son professeure de latin-grec au lycée Jean-de-La-Fontaine

2.1.1. a gardé le cartable de Louise après sa disparition

2.1.2. a aidé pour que son histoire se face connaitre grâce aux lettres

2.1.3. a gardé une photo de Louise

2.1.3.1. l'a confié au mémorial de la Shoah avant sa mort

2.2. Leurs sujets de conversation dans leurs correspondances portent beaucoup sur les émotions et les envies de Louise

2.2.1. ses doutes

2.2.1.1. sa foi

2.2.2. ses peurs

2.2.2.1. au mois d’Aout 1942

2.2.2.1.1. la rafle du Vélodrome d’Hiver

2.2.2.1.2. plus de 13 000 juifs ont été arrêtés dans Paris et sa banlieue

2.2.2.1.3. son père est lui aussi arrête

2.2.3. ses interrogations

2.2.3.1. le sens à donner à la religion

2.2.4. sa soif de connaissance

2.3. Louise est comparée à Anne Frank. Dans leurs écrits, les deux jeunes filles se ressemblent

2.3.1. ont une incroyable soif d’apprendre

2.3.2. s’interrogent sur leur foi

2.3.3. pensent ne pas avoir de véritable amie

2.3.4. meurent en déportation

2.3.5. se sont fait connaitre indirectement

2.3.5.1. Otto Frank, le père d'Anne

2.3.5.2. Madame Malingrey, la professeur de Louise

2.4. Grâce à ces nombreuses lettres, on identifie mieux qui est Louise

2.4.1. c'est une jeune fille de 15 ans

2.4.2. étudie au lycée Jean-de-la-Fontaine

2.4.3. durant ses années de 4eme et 3eme (de 1941 à 1943)

2.4.3.1. entretient une correspondance avec Madame Malingrey

2.4.4. dans sa dernière lettre, elle explique à sa professeure que sa famille et elle sont arrêtées

2.4.5. meurt pendant sa déportation

3. 1) Des lettres retrouvées dans une armoire

3.1. En février 2010, Christine Lerch, professeure de mathématiques au lycée Jean-de-la-Fontaine, découvre des documents anciens dans une armoire lors d’un déménagement de matériels scolaires

3.1.1. des livrets

3.1.2. des lettres

3.1.3. une bible

3.1.4. une photo de classe

3.2. Ces documents sont transmis en 2016 par la documentaliste du lycée Jean-de-La-Fontaine, Khalida Hatchy

3.3. le premier indice suit la piste de Jacques Kohn

3.3.1. c'est le cousin germain de Louise Pikovski

3.3.1.1. il est décédé

3.3.2. ses soeurs Françoise et Daniele sont encore vivantes

3.3.2.1. elles résident à Jérusalem

3.4. On apprend grâce aux lettres que Abraham (le père de Louise), Barbe Brunette (la mère), ainsi que les 4 enfants Pikovski ont tous été déportés

3.4.1. le 3 février 1944

3.4.2. sur la liste du convoi n°67 au départ de Drancy

3.4.3. les matricules sont de 12 194 à 12 199

4. 4) L'arrestation des Pitovsky

4.1. la famille de Louise

4.1.1. de l'Ukraine à la France ...

4.1.1.1. originaire de Rotmistrovka, en Ukraine

4.1.1.1.1. une deuxième vague de pogroms éclate, au début du XXe siècle, en Russie puis en Biélorussie et Ukraine

4.1.2. Abraham, le père de Louise

4.1.2.1. entre en France le 4 octobre 1921

4.1.2.2. se marie une première fois à Hélène Moch à Paris

4.1.2.2.1. c'est une sténodactylographe de 20 ans

4.1.2.2.2. décède brutalement en 1923

4.1.2.3. se marie une seconde fois à Barbe Brunette Kohn le 17 mars 1925

4.1.2.3.1. c'est une employée de banque

4.1.2.3.2. née à Paris

4.1.2.3.3. fille d’un courtier en diamants

4.1.2.3.4. petite fille d’un grand rabbin de Colmar

4.1.2.4. vécurent quelques années dans le Marais, à Paris

4.1.2.4.1. puis, au 53, rue Georges-Sorel, à Boulogne Billancourt, au début des années 30

4.1.2.5. devient père de quatre enfants

4.1.2.5.1. 3 filles

4.1.2.5.2. 1 garçon

4.1.2.6. change plusieurs fois de métier

4.1.2.6.1. employé de commerce

4.1.2.6.2. horloger

4.1.2.6.3. chauffeur de taxi pour un garage de Courbevoie

4.2. été 1942

4.2.1. Abraham, est interné une première fois à Drancy, puis relâché

4.3. 22 janvier 1944

4.3.1. arrestation des Pikovsky

4.3.2. la famille se croyait en sécurité grâce à la nationalité française

4.3.2.1. la préfecture de police, ne trouvait plus de juifs étrangers à arrêter car ils se cachaient

4.3.2.1.1. Il y avait donc moins de gens à arrêter

5. 5) Vers les camps de la mort

5.1. les biens de la famille

5.1.1. ils sont récupérés par les Allemands qui viennent avec un camion de déménagement classique

5.1.2. des personnes peuvent aussi très bien se servir avant l'arrivée des Allemands

5.1.2.1. les voisins

5.1.2.2. la concierge

5.1.3. les affaires pillées rejoignent un entrepôt allemands où elles sont triées

5.1.3.1. puis sont acheminées en outre-Rhin

5.2. le camp de Drancy

5.2.1. des lettres pouvaient êtres inscrites sur les fiches des déportés juifs

5.2.1.1. La lettre B écrite en gros, au stylo bleu, signifie qu’on est sélectionné pour partir au plus vite en déportation

5.2.2. à l'arrivée, on est

5.2.2.1. rasé

5.2.2.2. tatoué de son numéro de matricule qui laisse une marque indélébile sur le bras, mais aussi dans l'esprit

5.3. le convoi 67 vers Auschwitz

5.3.1. 3 février 1944

5.3.1.1. 1214 personnes sont désignées pour faire partie de ce convoi

5.3.1.2. dont 184 enfants

5.3.2. les circonstances du trajet

5.3.2.1. des manques

5.3.2.1.1. la soif

5.3.2.1.2. la faim

5.3.2.1.3. l'intimité

5.3.2.1.4. la chaleur

5.3.2.2. des odeurs

5.3.2.2.1. les excréments

5.3.2.2.2. les corps en décomposition

5.3.3. Léa Schwartzmann

5.3.3.1. réussit à survivre à ce massacre

5.3.3.2. faisait partie du convoi 67

5.3.3.3. originaire de Tinqueux, près de Reims

5.3.3.4. se fait arrêter avec ses parents et onze de ses frères et sœurs

5.3.3.5. pu témoigner de son horrible aventure

5.3.4. à l'arrivée

5.3.4.1. 985 personnes sont immédiatement gazées

5.3.4.2. seuls 166 hommes et 49 femmes ont été employés dans un camp de travail

6. 6) La mémoire de Louise

6.1. un nom qui a survécu

6.1.1. Son souvenir a soudainement été ravivé grâce à la découverte de ses lettres

6.2. une fille qui n'a pas subie ce sort toute seule

6.2.1. 4 filles de son lycée ont elles aussi étaient déportées

6.2.1.1. Leurs noms sont désormais gravés dans le hall d’entrée du lycée

6.2.1.1.1. Berthe Bauman

6.2.1.1.2. Anna Janowski

6.2.1.1.3. Hélène Poulik

6.2.1.1.4. Lucie Pikovsky, la soeur de Louise

6.3. « le mur des noms » ou mémorial de la Shoah

6.3.1. il remémore les victimes du génocide juif durant la seconde guerre mondiale

6.3.1.1. 76 000 juifs

6.3.1.2. dont 11 000 enfants

6.3.2. pratiquement tous les noms des juifs décédés y sont gravés

6.3.3. sur le site internet, des informations de chacune des personnes sont précisées

6.3.3.1. son identité

6.3.3.2. son internement

6.3.3.3. son lieu d'inscription sur "le mur des noms"

6.3.3.4. sa déportation

7. 3) Une lycéenne brillante

7.1. Louise est une élève cultivée

7.1.1. obtient le Prix d’excellence et le premier prix en grec et récitation

7.1.2. est première dans la plupart des matières

7.1.2.1. français

7.1.2.2. version latine

7.1.2.3. latin

7.1.2.4. histoire-géographie

7.1.2.5. mathématiques

7.1.2.6. sciences naturelles

7.1.2.7. anglais

7.1.3. répond couramment avec beaucoup de philosophie

7.2. Sa scolarisation est très mouvementée

7.2.1. Les Allemands réquisitionnent l’école pour y établir une caserne de la Kriegsmarine

7.2.1.1. en octobre 1940, l'occupant établit les bureaux de la marine de guerre

7.2.2. Les élèves durent déménager à Janson-de-Sailly (16e arrondissement)

7.2.2.1. pour poursuivre leur scolarité, jusqu’en 1945

7.2.2.2. étaient privés de beaucoup de choses

7.2.2.2.1. chauffage

7.2.2.2.2. nourriture

7.2.3. certains élèves ont protesté contre le port de l'étoile jaune par leurs camarades

7.2.3.1. manifestation de soutien eut lieu dans les classes

7.2.3.2. fabrication d'étoiles jaunes en papier pour les épinglées sur toutes les blouses des élèves