L'insécurité sociale

Get Started. It's Free
or sign up with your email address
Rocket clouds
L'insécurité sociale by Mind Map: L'insécurité sociale

1. Introduction

1.1. 2 types de protections Paradoxe : Société de + en + sûre / Sentiment d'insécurité

1.1.1. Protections civiles

1.1.1.1. libertés fondamentales

1.1.1.2. sécurité des biens & des personnes

1.1.1.3. Etat de droit

1.1.2. Protections sociales

1.1.2.1. risques de dégradat° de la situat° de l'individu

1.1.3. Société "assurancielle"

1.1.3.1. pays sûrs

1.1.3.1.1. guerres éloignées

1.1.3.1.2. "vie au jour le jour" terminée

1.1.3.2. individus n'assurent pas eux-même leur protect°

1.1.3.3. vulnérabilité de l'individu

1.1.3.4. valorisat° de l'individu

1.1.4. Souci de sécurité

1.1.4.1. préoccupat° populaire

1.1.5. Paradoxe

1.1.5.1. Insécurité moderne

1.1.5.1.1. "ombre portée" des protect°s

1.1.5.1.2. quête sans fin de protect°s

1.1.5.1.3. système de protect°s complexe & fragile

1.1.5.1.4. crée elle-même de l'insécurité

1.1.5.2. Recherche de protect°

1.1.5.2.1. consubstancielle au dvpmt des sociétés

1.1.5.3. Décalage

1.1.5.3.1. attente de protect°

1.1.5.3.2. capacité de la société à les mettre en oeuvre

1.1.5.4. Hypothèse : être protégé, c'est être menacé

1.1.5.4.1. acceptat° du risque

2. Sécurité civile dans l'Etat de droit

2.1. Sociétés pré-modernes

2.1.1. "Protections rapprochées"

2.1.1.1. assurée par

2.1.1.1.1. famille

2.1.1.1.2. lignage

2.1.1.1.3. gpes de proximité

2.1.1.1.4. corps de métiers

2.1.1.2. place de l'individu définie par hiérarchie

2.1.1.3. force des attaches communautaires

2.1.2. exposées aux "risques du dehors"

2.1.2.1. guerres

2.1.2.2. disettes

2.1.2.3. famine

2.1.2.4. épidémie

2.1.3. insécurité interne

2.1.3.1. individus détachés du syst. communautaire

2.1.3.2. "vagabond"

2.2. Thomas Hobbes

2.2.1. Individu reconnu en dehors du groupe

2.2.2. Le Leviathan

2.2.2.1. Société "d'individus"

2.2.2.2. Insécurité totale

2.2.2.3. Etat de nature

2.2.2.3.1. sans loi

2.2.2.3.2. sans droit

2.2.2.3.3. concurrence des individus

2.2.2.3.4. guerres

2.2.2.4. Menace permanente

2.2.2.4.1. pas de protection

2.2.3. Importance de l'Etat Absolu

2.2.3.1. monopole de l'exercice de la violence

2.2.3.2. pourvoir extrême

2.2.3.2.1. utile à la protection

2.2.3.2.2. subir le pouvoir politique

2.2.3.3. libère les individus de la peur

2.2.3.4. individus libres de penser

2.2.3.5. conditions

2.2.3.5.1. société civile

2.2.3.5.2. paix civile

2.2.4. Etre protégé

2.2.4.1. n'est pas un état "naturel"

2.2.4.2. existence de l'insécurité

2.2.4.2.1. existence de la société

2.2.4.2.2. coexistance des individus

2.2.4.2.3. société civile = menace ?

2.3. John Locke

2.3.1. Père "débonnaire" du libéralisme

2.3.2. Homme moderne

2.3.2.1. déploie librement ses activités

2.3.2.2. indépendance par le travail

2.3.2.3. propriétaire de lui-même

2.3.2.4. propriétaire de ses biens

2.3.3. La propriété protège

2.3.3.1. protection des personnes

2.3.3.2. protection des biens

2.3.3.3. existence d'un Etat nécessaire

2.3.3.4. signification anthropologique

2.3.3.4.1. conditions de l'indépendance

2.3.4. Etat de Droit

2.3.4.1. garant des droits et des biens des individus

2.3.4.2. gardien de l'ordre public

2.3.4.3. rigueur

2.3.4.3.1. défense de l'intégrité des personnes

2.3.4.3.2. défense des droits des personnes

2.3.4.4. impitoyable contre les ennemis de la propriété

2.4. Edifice socio-politique à partir du XIXème

2.4.1. Protection civile

2.4.1.1. Etat de Droit

2.4.1.2. garantit exercice des libertés

2.4.1.3. rend la justice

2.4.1.4. bon déroulement de la vie sociale

2.4.2. Protection sociale

2.4.2.1. propriété privée

2.4.2.2. sauvegarde de l'indépendance

2.4.2.3. assure contre les risques

2.4.2.4. individus se protègent eux-même

2.4.2.4.1. via leurs ressources

2.4.2.4.2. dans un cadre légal

2.4.2.5. sécurité sociale assurée

2.4.3. Insécurité tjr présente

2.4.3.1. l'Etat ne peut pas tout contrôler

2.4.3.1.1. cf paradigme de Hobbes

2.4.3.2. Etat Démocratique

2.4.3.2.1. limite à l'exercice d'un pouvoir absolu

2.4.3.2.2. crée les conditions de l'insécurité

2.4.4. Contradiction

2.4.4.1. "laxisme" pour le maintien de l'ordre

2.4.4.1.1. application et respect de la loi

2.4.4.1.2. procédures juridiques complexes

2.4.4.1.3. distance

2.4.4.1.4. obsession sécuritaire

2.4.4.2. demande de liberté des individus

2.4.4.2.1. légalisme

2.4.4.2.2. justice rendue dans tous les domaines

2.4.4.3. sentiment de frustration

2.4.4.3.1. insécurité

2.4.4.4. sécurité = droit

2.4.4.4.1. demande d'autorité

2.4.4.4.2. autorité peut-elle s'exercer dans un Etat démocratique ?

2.4.4.4.3. Etat de Droit glissent vers un excès ou un autre

3. La sécurité sociale dans l'Etat protecteur

3.1. Sécurité sociale & insécurité sociale

3.1.1. Risque social

3.1.1.1. incapacité à gagner sa vie

3.1.1.1.1. maladie

3.1.1.1.2. accident

3.1.1.1.3. chômage

3.1.1.1.4. retraite

3.1.1.2. plus la capacité d'assurer son indépendance sociale

3.1.1.3. "De quoi demain sera t il fait ?"

3.1.1.4. = insécurité

3.1.2. Insécurité sociale

3.1.2.1. expérience qui a traversé l'histoire

3.1.2.2. éprouvée par les "petits salariés" à l'époque

3.2. Les individus "non propriétaires"

3.2.1. Etat de droit = valorisat° de la propriété

3.2.2. Question du statut pour le "non-propriétaire"

3.2.2.1. communisme ?

3.2.2.2. modernité libérale restreinte

3.2.3. Insécurité permanente pour les catégories populaires

3.2.3.1. pauvreté

3.2.3.2. démoralisation

3.2.3.3. dissociation sociale

3.2.3.4. dissolution des liens sociaux

3.2.3.5. corrosion du caractère

3.2.3.6. imprévoyance

3.2.3.7. désassociation sociale ( # cohésion sociale)

3.3. La propriété sociale = le travail ?

3.3.1. Protections fortes attachées au travail

3.3.1.1. réhabilitation des non-propriétaires

3.3.1.1.1. propriété sociale

3.3.1.2. travail --> emploi

3.3.1.3. # garanties

3.3.1.3.1. salaire minimum

3.3.1.3.2. droit du travail

3.3.1.3.3. couvertures accidents

3.3.1.3.4. maladie

3.3.1.3.5. retraite

3.3.1.4. post WW2 = société salariale

3.3.1.5. citoyenneté sociale

3.3.2. Accès à la propriété sociale

3.3.2.1. équivalents sociaux des protections données par propriété privée

3.3.2.2. retraité (sociale) = rentier (propriété)

3.3.2.3. retraite = droit construit à partir du travail

3.3.2.4. socialisation du salaire

3.3.2.5. propriété pour la sécurité

3.3.3. Mise en place d'une Sécurité Sociale généralisée

3.3.3.1. Au début, seulement ouvriers pauvres

3.3.3.2. XXè : ensemble des travailleurs

3.3.3.3. Etat

3.3.3.3.1. réducteur de risque

3.3.3.3.2. vaste assurance

3.3.4. # de "l'égalité de fait" (Harmand)

3.3.4.1. société salariale inégalitaire

3.3.4.1.1. pas de partage de la propriété privée

3.3.4.1.2. revenus différents

3.3.4.2. mais = droits

3.3.4.2.1. protecteurs

3.3.4.2.2. droit du travail

3.3.4.2.3. protection sociale

3.3.5. Pas une société d'égaux, mais une société de semblables

3.3.5.1. différenciée, hierarchisée

3.3.5.2. interdépendance entre individus

3.3.5.3. fonds de ressources communs

3.3.6. Rôle protecteur de l'Etat

3.3.6.1. pas de fonction redistributive

3.3.6.2. mais assure pour tous les conditions de l'indépendance sociale

3.3.6.3. constitue une société de semblables

3.3.6.4. réducteur de risques sociaux

3.3.6.4.1. croissance entre 1953 et 1970

3.3.6.4.2. inscription des individus dans des collectifs protecteurs

4. Robert Castel

5. La remontée de l'incertitude

5.1. Crise de la modernité organisée

5.2. Risque de dissociation sociale portée par la modernité

5.2.1. inscription des individus dans systèmes d'organisation collective

5.2.2. Echec du libéralisme

5.2.3. Etat = collectif par excellence ? = implication croissante

5.2.3.1. Dvpmt du capitalisme industriel

5.2.3.2. groupe prof. homogènes dans l'Etat-nation

5.2.3.3. Système qui montre ses limites à partir de 1970

5.3. Individualisation & décollectivisation

5.3.1. affaiblissement de l'Etat national-social

5.3.1.1. ne pilote plus l'économie

5.3.1.1.1. équilibre dvpmt éco + dvpmt social = cohésion sociale

5.3.1.1.2. mondialisation des échanges

5.3.1.2. maximiser les capacités productives

5.3.1.3. Etat contre-productif

5.3.1.3.1. surcoûts imposés au travail pour charges sociales

5.3.1.3.2. limites légales posées à l'exigence de compétitivité maximale

5.3.1.3.3. augmenter la rentabilité du capital en baissant pesée exercée par salaires + charges soc.

5.3.2. affaiblissement de la défense des intérêts des salariés

5.3.2.1. avant = cercle vertueux

5.3.2.1.1. rapports de travail structurés de façon collective

5.3.2.1.2. syndicats de masse

5.3.2.1.3. homogénéité régulations droits du travail

5.3.2.1.4. forme généraliste des interventions de l'Etat

5.3.2.2. ajd : homogénéité des catégories prof. remise en question

5.3.2.2.1. chômage de masse

5.3.2.2.2. précarisation relations de travail

5.3.2.2.3. disparités intra catégoricielles

5.3.2.2.4. csq : chacun met en avant sa différence pour maintenir sa condition

5.3.2.2.5. concurrence entre travailleurs égaux

5.3.3. mise en mobilité généralisée

5.3.3.1. plus de système de régulation collective

5.3.3.2. salarié surexposé et fragilisé

5.3.3.3. individualisation des tâches et des trajectoires professionnelles

5.3.4. Chacun doit se prendre en charge

5.3.4.1. - de contraintes collectives

5.3.4.2. mais "obligé d'être libre"

5.3.4.3. obligation de performance en étant livré à soi-même

5.3.4.4. nouveaux clivages dans le monde du travail

5.3.4.5. les protections sont forcément collectives pour ceux qui ne possèdent pas de capitaux économiques, culturels, sociaux

5.4. Retour des classes dangereuses

5.4.1. processus historique

5.4.2. promotion de groupes dominants = déclin d'autres groupes

5.4.3. ex : petits commerçants & artisans lors du dvpmt économique = ne trouvent plus leur place

5.4.4. réaction collective = ressentiment

5.4.4.1. différentiel de situation sociale

5.4.4.2. accuser catégories sociales placées juste au dessus ou en dessous sur l'échelle sociale

5.4.4.3. ressentiment collectif = sentiment partagé d'injustice

5.4.5. déqualification de masse lié à la dimension européenne et mondiale

5.4.5.1. diplôme comme le CAP ou BEI = quelle place dans l'Europe ?

5.4.5.2. diplômes de spécialisation = stade antérieur de la division du travail

5.4.6. Vote pour le FN en 2002 = réaction poujadiste ?

5.4.6.1. sentiment d'abandon, ressentiment

5.4.7. certaines catégories sociales pas armées pour faire face

5.4.7.1. au changement

5.4.7.2. à la mobilité

5.4.7.3. à l'adaptation permanente

5.4.7.4. au recyclage incessant

5.4.8. remontée de l'insécurité = certaines franges de la population laissées "sur le bord du chemin"

5.4.8.1. avenir qui fait peur = cultivent valeurs du passé

5.4.8.2. attitude défensive, rejet de

5.4.8.2.1. nouveauté

5.4.8.2.2. pluralisme

5.4.8.2.3. différence

5.4.8.3. cherchent des "boucs émissaires"

5.4.8.3.1. avant : le travailleur indépendant en veut au salarié

5.4.8.3.2. ajd : français "de souche" en veulent aux immigrés

5.4.8.3.3. cible les catégories proches

5.4.8.4. stigmatisation des jeunes de banlieue identique à celle des prolétaires au XIXè

5.4.8.4.1. condensation de la problématique globale de l'insécurité en se focalisant sur les jeunes de banlieue

5.4.8.4.2. mise en scène ? montrer qu'on fait qqch en évitant de résoudre autres pb comme chômage, ou inégalités sociales, etc ...

6. Apports de l'auteur pour la discipline

6.1. Livre clair, concis, et accessible aux personnes qui ne connaissent pas bien la sociologie

6.2. RC écrit son livre en 2003, juste après ascension du FN au 2nd tour des élections présidentielles, thème récurrent pendant la campagne = insécurité

6.2.1. ressentiment, frustration collective

6.2.2. poujadisme ?

6.2.3. Hommes politiques qui se servent du sentiment de peur pour faire campagne

6.3. pas de solutions clé en main apportées, mais bonne analyse de ce qu'est l'insécurité aujourd'hui

6.4. Bcp de questions restent en suspens

7. Conclusion, questionnement

7.1. les hommes aujourd'hui s'inquiètent autant que leurs ancêtres, pourtant ces derniers avaient de "vraies" raisons de s'inquiéter

7.2. R. Castel dénonce l'inflation du souci de sécurité

7.3. inflation du souci de prévention lié à inflation souci de sécurité

7.3.1. recherche de sécurité absolue qui irait à l'encontre des principes de l'Etat de Droit

7.3.2. quête infinie de sécurité, la vie est un risque, tous les éléments ne peuvent être contrôlés

7.3.3. Corrélation entre le fait de vivre la menace de l'insécurité civile et l'insécurité sociale.

7.3.3.1. Lien = difficulté matérielles = vivre dans l'insécurité civile au jour le jour

7.4. problématique des protections sociales à l'intersection du travail et du marché

7.5. citation de Karl Polanyi : "Domestiquer le marché" ?

7.5.1. endiguer le marché

7.5.2. solution : un Etat social flexible et actif qui régulerait le marché

7.6. Contexte qui a changé depuis la rédaction du livre (10 ans)

7.6.1. Crise économique grave

7.6.2. solutions avancées par RC sont elles réalisables ? Solutions d'accompagnement, alors que c'est le système dans sa globalité qu'il faudrait remettre à plat

7.6.3. Rappel : RC dit "Le travail est-il condamné à demeurer la principale “variable d’ajustement” pour maximiser les profits ?" . On constate ajd que c'est le cas

7.7. // Accords sur la sécurisation de l'emploi

7.7.1. R.Castel restait optimiste quand au retour du plein emploi dans les années 2010 pour des raisons démographiques

7.7.2. Récemment : accords sur la sécurisation du travail : il en découle que les entreprises ont des difficultés à s'engager pour maintenir l'emploi pendant 2 ans au vu du contexte actuel

7.7.3. En revanche , nouveaux droits pour les salariés qui reprennent quelques éléments de réponse apportés par RC dans son livre, comme un compte personnel de formation, individuel et intégralement transférable en cas de changement ou de perte d’emploi

7.7.4. prise de conscience de la part de l'Etat, même si beaucoup de choses restent à faire

7.7.5. flexibilité donnée aux entreprises, qui garantissent l'emploi = sécurité du travail ?

8. Une nouvelle problématique du risque

8.1. difficulté croissante à être assuré contre risques sociaux "classiques

8.1.1. accident

8.1.2. maladie

8.1.3. chômage

8.1.4. retraite

8.2. errosion des systèmes de protection

8.2.1. affaiblissement de l'Etat national social

8.2.2. personnes qui ne peuvent maîtriser chgmts sociaux économiques en situation de vulnérabilité

8.2.3. insécurisation qui alimente insécurité civile

8.3. Risques, dangers, dommages

8.3.1. nouvelle génération de risques

8.3.1.1. industriels, technologiques, sanitaires, etc ...

8.3.1.2. csq incontrôlées du dvpmt des technologies

8.3.1.3. prolifération des risques = promotion de la modernité

8.3.1.4. affaiblissement des couvertures classiques + nv menaces = double source

8.3.2. la sensibilité aux risques rend la quête de sécurité infinie

8.3.3. Risque = évènement prévisible, on peut estimer chances de se produire, coûts des dommages, peut être indemnisé et mutualisé

8.3.4. Nouveaux risques = imprévisibles et incalculables, ne peuvent être maîtrisés par système d'assurance

8.3.5. Anticiper le pire = produire des dommages très réels pour éviter une éventualité improbable ?

8.3.6. Confusion entre RISQUE et DANGER

8.3.7. la culture du risque, la recherche du "risque zéro" fabrique du danger (ex famine /vache folle ou produits cancérigènes) = demande irréaliste de sécurité

8.3.8. le risque doit devenir réducteur d'incertitudes

8.3.9. injustices dans la répartition des risques à l'échelle de la planète

8.3.10. Nouveaux risques = dommages, nuisances?

8.3.10.1. imposer limites à la frénésie du profit

8.3.10.2. domestiquer le marché mondialisé

8.4. Privatisation ou collectivisation des risques

8.4.1. développement des assurances privées

8.4.2. naturalisation du risque = célébration de l'individu détâché des obligations collectives

8.4.2.1. "risquophiles" vs "risquophobes"

8.4.3. relation étroite entre explosion des risques / individualisation / privatisation des assurances

8.4.3.1. risques se multiplient à l'infini

8.4.3.2. l'individu doit s'assurer lui-même

8.4.3.3. stratégie individuelle

8.4.4. la mutation actuelle du capitalisme impose la decollectivisation = impossible de revenir à l'ancien système

8.4.5. construction des protections = transformation irréversible du statut de l'individu

8.4.6. paradoxe

8.4.6.1. emprise croissante de l'Etat social

8.4.6.2. puissant facteur d'individualisation

8.4.6.3. L'individu s'affranchit des "protections rapprochées" car l'Etat le protège, mais devient fragile et exigeant lorsque les protections de l'Etat se fissurent = individu habitué à la sécurité

8.4.7. Besoin de protection = nature sociale de l'homme ?

8.4.7.1. il est devenu naturel d'être protégé

8.4.7.2. il est devenu naturel de revendiquer que l'Etat assure sa protection

8.4.7.3. individu "infusé" par les systèmes de sécurisation montés par l'Etat social

9. Comment combattre l'insécurité sociale ?

9.1. Reconfigurer les protections sociales

9.1.1. Sécurité Sociale en France

9.1.1.1. assurances ratachées au travail

9.1.1.2. cotisations sociales prélevées sur salaires

9.1.1.3. Difficultés

9.1.1.3.1. blocage financier dû au chômage de masse / espérance de vie qui s'allonge

9.1.1.3.2. incapacité à prendre en charge tous les individus en rupture avec monde du travail

9.1.2. Nouveau régime de protection sociale

9.1.2.1. plus de flexibilité

9.1.2.2. diversification (spécificité des pb des individus)

9.1.2.3. individualisation de leur mise en oeuvre

9.1.2.4. exemple : RMI

9.1.2.5. les bénéficiaires participent à leur réhabilitation, s'engagent dans la réalisation d'un projet par le biais d'un contrat

9.1.2.6. Individualisation des protections

9.1.2.7. Deux problèmes se posent

9.1.2.7.1. stigmatisation négative attachée à ce type de mesure, "prise en charge des malheureux"

9.1.2.7.2. On demande bcp à ceux qui ont peu

9.1.2.7.3. paradoxe : miser sur les ressources d'individus qui ont justement peu de ressources

9.1.2.8. S'interroger sur la portée de ces nouvelles protections, actuellement faible

9.1.3. Dégradation de la conception de solidarité

9.1.3.1. être protégé = être assuré d'avoir le minimum ?

9.1.4. Quelles mesures ?

9.1.4.1. assurer une continuité des droits

9.1.4.1.1. agir par le droit

9.1.4.1.2. "un droit ne se négocie pas, il se respecte"

9.1.4.1.3. il ne faut donc pas confondre le droit d'être protégé avec l'octroi au secours en faveur des plus démunis et qui ne serait accordé qu'en cas d'une infériorité prouvée

9.1.4.2. approfondissement des politiques d'insertion

9.1.4.2.1. s'adresser à la personne à partir de la spécificité de sa situation, et des besoins qui lui sont propres

9.1.4.2.2. ne plus voir les personnes en difficulté comme des assistés, mais comme des individus qui ont besoin d'un minimum de sécurité pour se projeter dans le futur

9.1.4.2.3. corriger le caractère impersonnel de la distribution de prestations

9.1.4.3. création de collectifs d'insertion

9.1.4.3.1. centraliser au niveau local les différents partenaires impliquer pour la réintégration des personnes en difficulté

9.1.4.3.2. relancer une dynamique d'insertion

9.2. Sécuriser le travail

9.2.1. sécurisation des situations de travail et des trajectoires prof.

9.2.2. Etat actuel - diagnostic

9.2.2.1. effritement

9.2.2.2. emploi reste central

9.2.2.3. rapport travail-protections tjr déterminant

9.2.3. le travail n'a pas perdu de son importance, mais de sa consistance

9.2.4. réinterroger le statut de l'emploi

9.2.4.1. avant : statut de l'emploi, qui n'était pas soumis aux fluctuations du marché et changements technologiques

9.2.4.2. ajd : contrats précaires, flexibilité des tâches de travail

9.2.4.3. présence de situation de hors-droit : temps partiel, télé travail, indépendant, chômage

9.2.5. transférer les droits du statut de l'emploi à la personne du travailleur

9.2.5.1. continuité des droits

9.2.5.1.1. refonder tout le système ou

9.2.5.1.2. améliorer le système en place

9.2.5.2. les étapes hors emploi feraient partie de la carrière prof.

9.2.5.3. instaurer un droit à la formation

9.2.6. dynamiques d'individualisation : peu d'optimisme mais est-ce une période transitoire entre capitalisme industriel et nouveau capitalisme ?

9.2.6.1. capitalisme = condamne le travail à n’être qu’une variable d’ajustement pour maximiser le profit

9.2.6.2. prise de conscience des effets négatifs du burn out des travailleurs

9.2.6.3. effets destructeurs des modes de management dictés par des logiques financières