Online Mind Mapping and Brainstorming

Create your own awesome maps

Online Mind Mapping and Brainstorming

Even on the go

with our free apps for iPhone, iPad and Android

Get Started

Already have an account? Log In

Les Cartes mentales en cycle 3 by Mind Map: Les Cartes mentales en cycle 3
5.0 stars - 1 reviews range from 0 to 5

Les Cartes mentales en cycle 3

Dispositifs possibles

Recherche d'informations

Cibler la thématiquePartir des représentationsProblématiqueDonner des pistes de rechercheMots clés

Collecte d'informations

Questionnement

A quoi ça sert?

objectifs

Pour quels usages ?

Utilisations

Pourquoi?

Des apprentissages signifiants

Des apprentissages signifiants : Selon Ausubel (1968), la création de liens entre les connaissances est fondamentale dans le processus de construction de connaissances puisqu’une information ne peut devenir une connaissance tant qu’elle n’est pas reliée de façon signifiante aux connaissances antérieures d’un individu. C’est d’ailleurs en s’appuyant sur cette théorie que les premiers usages de la carte conceptuelle en éducation ont été élaborés dans les années 1980 (Novak et Gowin, 1984).

Une aide à la structuration des connaissances

Une aide à la structuration des connaissances : Le fait de nommer les connaissances incluses dans la carte et de rendre explicites et plus précises des associations implicites et souvent confuses de mots favorise la construction de significations (Fisher, 2000) ainsi que l’organisation des connaissances en structures mentales cohérentes.

Un traitement interne actif des connaissances

Un traitement interne actif des connaissances : L’activité consistant à faire construire des cartes de connaissances incite l’apprenant à créer et à réviser constamment ses représentations internes (Anderson-Inman et al., 1998). Pour Anderson-Inman et Zeitz (1993), l’activité de création de cartes conceptuelles constitue une « stratégie d’étude active pour des apprenants actifs ». Pour Jonassen (Jonassen et Marra, 1994 ; Jonassen, 1998 ; Jonassen, 2000), l’activité de construction d’une carte de connaissances incite les apprenants à s’engager dans des processus de traitement profond des connaissances visées.

Un outil d'amplification cognitive

Un outil d’amplification cognitive : Pour McAleese (1998) et Fisher (1990), la carte de connaissances constitue une extension de la mémoire de travail et permet ainsi de réduire la charge de traitement cognitif.

Un moyen de favoriser la pensée réflexive

Un moyen de favoriser la pensée réflexive : La carte de connaissances permet à l’apprenant d’adopter une position d’observateur face à ses propres connaissances et à ses processus cognitifs. C’est un excellent exercice pour apprendre à « manier les idées » (Novak et Gowin, 1984).

Un outil d’autorégulation cognitive

Un outil d’autorégulation cognitive : La construction de cartes de connaissances peut faire émerger chez l’individu ce que Piaget a appelé des conflits cognitifs pouvant mener au changement conceptuel (Tsai, 2000). Placé devant de tels conflits, le sujet met en œuvre un processus d’autorégulation cognitive, conçu comme un processus intentionnel de résolution de tensions internes entre les représentations mentales de l’apprenant et leur représentation externe (McAleese, 1998). C’est pourquoi, pour Novak et Gowin (1984), l’activité de construction d’une carte conceptuelle permet d’ ‘apprendre à apprendre’.

Une aide à la compréhension et à la mémorisation

Une aide à la compréhension et à la mémorisation d’une représentation du domaine décrit dans un texte : Des recherches ont mis en évidence le rôle facilitateur de la création de cartes de connaissances pour la lecture et la mémorisation (Breuker, 1984). »

Quelques exemples

Projets

Cartes réalisées par les élèves

Synthèses réalisées en classe

Les applications et Logiciels

Logiciels

Des banques d'images pour les icônes

Outils commun

Applications

Comment faire?

Principe général

Papiers / crayon

Sitographie

ClasseMapping

Cartes heuristiques en classe

Pearltrees

Des cartes à télécharger