Le triangle pédagogique Jean Houssaye, 1993. La pédagogie, une encyclopédie pour aujourd'hui.

Get Started. It's Free
or sign up with your email address
Rocket clouds
Le triangle pédagogique Jean Houssaye, 1993. La pédagogie, une encyclopédie pour aujourd'hui. by Mind Map: Le triangle pédagogique Jean Houssaye, 1993. La pédagogie, une encyclopédie pour aujourd'hui.

1. Le projet de Houssaye

1.1. Il faut révéler et comprendre les briques élémentaires de la situation pédagogique.

1.2. Toute pédagogie est une tentative d'élaboration d'un édifice cohérent en utilisant ces briques élémentaires. C'est au pédagogue, "praticien théoricien de l'action éducative" de faire ses choix et de construire sa propre pédagogie.

2. Les clefs pour comprendre

2.1. Les trois éléments de la situation pedagogique

2.1.1. Le savoir (contenus, disciplines, programmes...)

2.1.2. Le professeur

2.1.3. Les élèves

2.2. Les différents rôles dans la situation pédagogique

2.2.1. Le sujet: celui avec qui je peux établir une relation privilégiée, faite de reconnaissance mutuelle

2.2.2. L'exclu

2.2.2.1. Le mort: fonction mineure mais indispensable

2.2.2.2. Le fou: récuse les règles du jeu, ne reconnait pas le rôle des autres joueurs, perturbe...

2.3. Trois processus pédagogiques. Trois articulations possibles entre deux éléments et l'exclusion du troisième

2.3.1. enseigner

2.3.1.1. Processus qui privilégie l'axe professeur-savoir: transmettre

2.3.1.2. Les élèves doivent consentir à avoir la place du mort

2.3.1.3. Les élèves peuvent devenir les "fous"

2.3.1.3.1. décrochage externe: les élèves ne rentrent pas dans la situation pédagogique

2.3.1.3.2. décrochage interne: les élèves sont présents mais perturbants

2.3.2. former

2.3.2.1. Processus qui privilégie l'axe professeur-élèves

2.3.2.2. Le savoir à la place du mort

2.3.2.3. impose aux élèves une forte implication, qui peut les destabiliser et qu'ils peuvent refuser

2.3.3. Apprendre

2.3.3.1. Processus qui privilégie l'axe élèves-savoir

2.3.3.2. Le professeur à la place du mort, il accepte que sa médiation forcée entre l'élève et le savoir disparaisse, devient préparateur et accompagnateur

2.3.3.3. La préparation doit être bien ciblée, sinon les élèves vont revendiquer un retour au processus "enseigner"

2.4. L'hybridation impossible... On ne sort pas d'un processus pédagogique de l'intérieur, on en change

2.4.1. Les logiques des trois processus sont exclusives et non complémentaires

2.4.2. chaque processus à une logique propre dont l'inertie est forte

2.4.3. On ne peut compenser les défaut d'un processus en introduisant partiellement les qualités d'un autre: la superposition de plusieurs processus créé immanquablement la folie

2.4.4. Mais... l'exclu ne l'est jamais vraiment: c'est un tiers inclu ("ne prenons pas le terme d'exclusion dans son sens trop fort" p16)

2.5. L'école, forme sociale instituée d'éducation

2.5.1. Une forme sociale parmi d'autres

2.5.2. L'ultradomination du processus "enseigner" (une "évidence")

2.5.3. d'autres formes institutionnelles existent (formation professionnelle, faire plus qu'écouter)

3. Le triangle pédagogique, une géométrie solide pour penser et agir en situation pédagogique

3.1. les "illusions" du cours magistral

3.1.1. Le repos des acteurs

3.1.1.1. L'enseignant bien au chaud, tout entier absorbé dans son savoir

3.1.1.2. les élèves confortablement installés dans le rôle de spectateurs

3.1.2. "Le cours magistral, forme pédagogique contemporaine dominante, sous sa forme interrogative ou vivante, perdure sous couvert de la justification de la pédagogie interactive" (Houssaye, 2014)

3.1.3. Le cour magistral "fait l’économie de la question de l’apprentissage en la réduisant à celle de l’enseignement. Plus précisément, il suppose résolu le processus d’apprentissage, une fois maîtrisé le processus d’enseignement" (Houssaye, 2014)

3.2. La difficulté à faire entrer le processus "former" et "apprendre" dans l'école

3.2.1. Gardienne du savoir, l'institution scolaire ne peut accepter que le savoir ait la place du mort

3.2.2. L'enseignant, maitre du jeu, ne peu accepter d'avoir la place du mort

3.2.3. Les promoteurs d'autres processus sont "anormaux"

3.3. Le pédagogue expert du choix, à un moment donné, du processus pédagogique le plus opportun

3.3.1. situer sa pratique pédagogique (réflexivité) pp. 22-23

3.3.2. arbitrer en toute conscience le dosage et la composition du processus pédagogique

4. Des limites au "triangle" ?

4.1. Trop simple pour être vrai?

4.1.1. La théorie: simplification nécessaire et éloignement du réel (Houssaye, p. 23)

4.2. Le "maitre ignorant" (J. Rancière, 1987)

4.2.1. La nécessité suffit à l'apprentissage?

4.2.1.1. Jacotot: "Il faut que je vous apprenne que je n'ai rien à vous apprendre"

4.2.1.2. Même dans la maïeutique socratique, le maitre explicateur soumet celui qui doit comprendre...

4.3. Un triangle culturellement et historiquement marqué: "Ce que nous apprennent les sociétés traditionnelles" (J. Diamond, 2013)

4.3.1. L'"auto éducation", forme "naturelle" d'apprentissage?

4.3.2. Des pratiques différentes de celles communes actuellement en occident

4.4. Une analyse datée?

4.4.1. Le numérique bouscule le triangle

4.4.1.1. Le savoir sort de l'institution: l'enjeu de la validation des savoirs (scientificité)

4.4.1.2. Les élèves viennent à l'école avec leurs propres connaissances

4.4.1.3. L'institution résiste pourtant, pour combien de temps ?

4.4.1.3.1. Le nécessaire auto apprentissage des formateurs

4.4.1.3.2. La plus grande autonomie des apprenants

4.4.1.3.3. Le processus apprendre devient central, le rôle de l'accompagnement aussi